Obrazy na stronie
PDF
ePub

DU MÊME AUTEUR : '

Études sur l'ancienne France. — 1 vol. in-12. Paris. Didier.
L'État de la France au 18 Brumaire. — 1 vol. in-12. Paris. Didier.

Napoléon Ier et le roi Louis. — 1 vol. gr. in-80. Paris. Didot.

L'Esprit révolutionnaire avant la Révolution. – 1 vol. gr. in-8°.

Paris. Plon. (Ouvrage couronné par l'Académie française.)

POUR PARAITRE PROCHAINEMENT :

La Cour de Rome avant Luther.

AU MOYEN AGE

NICOLAS JER, GRÉGOIRE VII, INNOCENT III

BONIFACE VITT

[merged small][merged small][merged small][graphic][merged small][merged small]

35, QUAI DES AUGUSTINS, 35

1881
Tons droits réservés.

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

Les Études qui composent ce volume ne sont pas des notices biographiques. Une pensée plus générale a inspiré notre travail. Tout en nous efforçant d'indiquer avec exactitude le caractère et l'action personnelle de chacun des pontifes désignés en tête de ces Études, nous nous sommes attaché plus particulièrement à préciser le degré d'influence et la portée morale du pouvoir dont ils ont disposé. C'est dans ce dessein que nous avons de préférence dirigé notre attention sur les pontificats de Nicolas IC', de Grégoire VII, d'Innocent III et de Boniface VIII. Ces papes ne sont pas seulement les plus grands du moyen âge; ils personnifient les phases principales de la théocratie. A l'époque de Nicolas Ier, les fondements de cette théocratie sont visiblement dessinés. L'édifice en est achevé par Grégoire VII et, sous sa forte main, prend de telles proportions, que le nom de ce pontife se confond dans l'histoire avec celui du monument luimême. Au temps d'Innocent III, il commence à s'ébranler, et il tombe avec Boniface VIII. Nous avons considéré à ce point de vue le rôle de ces différents papes, en relevant plus spécialement les faits que le lecteur pouvait le moins connaître. C'est ainsi que nous avons montré comment Nicolas Ler avait été, à cet égard, le précurseur de Grégoire VII; comment, sous le pontificat d'Innocent III, la société civile tendait déjà de toutes parts à se détacher de l'Église ; comment enfin, à l'avènement de Boniface VIII, la chute de la théocratie, préparée par des causes éloignées et profondes, était devenue inévitable.

Toutefois nous ne nous sommes pas borné à apprécier dans ses effets ou à marquer, dans ses degrés successifs, la domination que ces

« PoprzedniaDalej »