Obrazy na stronie
PDF
ePub

Mais en plaisir point de monotonie;
Et comme un bal réjouit encor plus,
Un bal paré suit la cérémonie.

Là Sigismond régnait avec splendeur:
Les menuets, les danses pédantesques
Faisaient briller maint grave ambassadeur;
Maint cardinal préférait les grotesques.
Beaux chevaliers, bachelettes de cour,
Ayant au bal doux rendez-vous d'amour,
Se réservaient contredanse française,
Vive polaque et sémillante anglaise,
Walse germaine, où couples amoureux,
De pas en pas accélérant la danse,
Rasent le sol et tournent en cadence,

Tels que zéphyrs voltigeant deux à deux.
Filles d'honneur effaçaient les plus belles;
Sans ornement, Cécile, au milieu d'elles,
Éclipsait tout par ses appas naissans :
Ses grands yeux noirs, tendres et languissans,
Laissaient percer douce mélancolie;

Et son chagrin la rendait plus jolie.
Elle voilait sa timide beauté,

Ainsi qu'on voit, aux apprêts d'un orage,
L'astre des nuits, de nuage en nuage,
Cacher l'éclat de son disque argenté.
Stérile effort! D'hommages poursuivie,
Elle dansait sans en avoir envie,

Tout en baissant des regards pudibonds.

L'impératrice avait les yeux très-bons, Quoique moins beaux, et vit certaine enflure: « Ceci, dit-elle, est un mal d'aventure.

<«< Eh quoi, déjà? vous n'avez que seize ans !

[ocr errors]

Trop d'embonpoint ne sied pas à votre âge: « Les médisans ne vous croiront pas sage; « Fille d'honneur doit faire peu d'enfans. « C'est un de fait: qu'il soit donc fils unique. « Son père, au moins, est-il vrai Chevalier? << Est-ce un Baron? est-ce un Grand-écuyer? « Peut-il entrer dans l'ordre teutonique? << Serait-ce point quelque Sérénité?

« Une Excellence? ou peut-être une Altesse? <«<--Nenni. - Vraiment, est-ce une Majesté?

[ocr errors]

L'ingrat César, oubliant ma tendresse,

« M'aurait-il fait une infidélité?

«< -Rassurez-vous, mon auguste maîtresse,

[ocr errors]

Répond Cécile, en levant ses beaux yeux:

« Ce qui m'arrive est le secret des cieux.
« Il faut parler, hélas! et j'en soupire :
« J'aurais bravé le charme suborneur

<< Des hauts Barons et du Chef de l'empire:

[ocr errors]

Car, après tout, on est fille d'honneur.

« Aux vanités Cécile n'est soumise;

« Mais résister aux lois de sainte église! « Il faut avoir du respect pour la foi.

« Vous en avez, Madame, et plus que moi: Vous faites honte à la pauvre Cécile;

[ocr errors]

« Et sans raison: Dieu me gard' du péché! « Pour cet enfant, qui m'est tant reproché, « C'est... c'est encor l'ouvrage du Concile. >>

De cet aveu tout fut sanctifié :

On salua la brunette chérie

Du nom sacré de nouvelle Marie.
Si l'Empereur en fut édifié,
L'Impératrice y parut trop sensible.
Le Fou prédit qu'il viendrait un garçon;
Qu'avant quinze ans le céleste poupon
Vaudrait son père, et serait infaillible.
Ce fut le terme et l'exploit triomphant
Du saint Concile. On ne se plaindrait guère
S'il n'eût jamais produit que cet enfant;
Mais, par malheur, il enfanta la guerre,
Qui déchaîna contre l'humanité
Peste et famine, effroyables compagnes.
Plus de moissons : des stériles campagnes
Crêpe sanglant couvrait la nudité;

Le glaive errait des bords de la Baltique
Au Pont-Euxin, au golfe adriatique;
Les noirs agens du pontife romain
Chantaient la messe un poignard à la main,
Comme on chantait les vêpres en Sicile;
Dans les cités, veuves de combattans,

Le sang humain coula pendant vingt ans :
C'était toujours l'ouvrage du Concile.

LE COUCOU,

CONTE RETOUCHÉ D'APRÈS PASSERAT.

MARS est passé; voici le premier jour
Du mois chéri par la mère d'Amour.
Dites, oiseaux de diverse peinture,
Sentez-vous pas rajeunir la nature?
Qu'attendez-vous? recommencez vos chants;
Réjouissez les forêts et les champs.
En récompense, ici rêvant à l'ombre,
Je chanterai quelqu'un de votre nombre,
Homme autrefois, mais oiseau devenu,
Et de Coucou portant le nom connu.

Ce Coucou fut un bourgeois de Corinthe,
Fort ombrageux et sujet à la quinte;
Puissant d'amis, de biens, d'écus comptans;
Mais de l'hiver plus près que du printems.
Il épousa bachelette élégante,

Belle, en sa fleur, fine, accorte et fringante,
Et dont l'aspect si bien sut l'enflammer
Qu'il l'aima trop, si l'on peut trop aimer.
En toute chose il voulait lui complaire;

OEuvres posthumes. II.

22

Voire il faisait plus qu'il ne pouvait faire!
Il lui jurait mille fois son amour;

Jurer n'est rien, si l'effet n'a son tour.
En peu de tems la moitié jeune et roide
Hors des arçons mit la moitié plus froide.
Le pauvre époux, voyant qu'à tel métier
Il ne pourrait durer le mois entier,
Ayant tiré ses plus grands coups de lance,
Eut son recours à sainte remontrance.
De mari donc il devint sermonneur,
Ne prêchant plus que chasteté, qu'honneur,
Et répétant cent fois dans la journée :
« Garder il faut la loi de l'hyménée;
<«<< Sans son mari femme ne doit sortir: >>
Discours moraux, bien faits pour convertir,
Si toutefois l'enfant de Cythérée

Se contentait de parole dorée:

Ce qu'il ne fait. Il est par trop dispos,
Volage, ardent, ennemi du repos,
Pour endurer que folâtre jeunesse
Languisse à l'ombre, et moisisse en paresse.

La dame un jour se plaignit un peu haut;
Dont le mari, tout tremblant et penaud,
D'un certain mal, qu'on nomme jalousie,
Sentit brouiller sa triste fantaisie;

Et, quand au vif de ce mal il fut poinct
Qui met au front cornes qu'on ne voit point,

« PoprzedniaDalej »