Obrazy na stronie
PDF
ePub
[ocr errors]

anges maudits qui, créés dans la sainteté , car Dieu ne fait rien que bon , se laissèrent séduire à l'orgueil, et furent chassés du ciel à cause de leur révolte. . .

Entraîné dans leur désobéissance, l'homme est associé à leur perte. Il viole la défense que Dieu lui avoit faite de.manger du fruit de l'arbre de la science du bien et du mal ; et de ce premier péché, qui corrompt la nature humaine dans son principe , sortent tous les crimes dont la terre sera bientôt comme inondée, les maladies, les chagrins, les inquiétudes, les douleurs, et enfin la mort (1), si affreuse à tout ce qui vit, et que doit suivre une mort plus terrible (2) .: «Mais pendant que les rigueurs de Dieu nous » épouvantent, admirons comme il tourne nos » yeux vers un objet plus agréable, en nous dé

d'Herbelot, non seulement le Diable, mais un serpent. Biblioth. orient., tom. V , p. 192.

(1) Stipendia enim peccati, mors. Epist. ad Romanos. VI, 23.

(2) Et infernus et mors missi suni in stagnum ignis Hæc est mors securda... Timidis autem , et incredulis , et execratis, et homicidis, et fornicatoribus, et vcneficis, et idolatris, et omnibus mendacibus, pars illorum erit in stagno ardenti igne et sulphure ; quod est mors secunda A pocal. XX, 14; et XXI, 8.

» couvrant notre délivrance future dès le jour

de notre perte. Sous la figure du serpent, dont

le rampement 'tortueux étoit une vive image » des dangereuses insinuations et des détours » fallacieux de l'esprit malin , Dieu fait voir à » Eve notre mère, le caractère odieux et tout » ensemble le juste supplice de son ennemi » vaincu. Le serpent devoit être le plus 'haï de » tous les animaux, comme le Démon est la » plus maudite de toutes les créatures. Comme » le serpent rampe sur sa poitrine , le Démon » justement précipité du ciel où il avoit été » créé, ne se peut plus relever.... Dans l'inimi» tié éternelle entre toute la race humaine et le » Démon, nous apprenons que'la victoire nous » sera donnée , puisqu'on nous y montre une » semence bénite par laquelle notre vainqueur » devoit avoir la tête écrasée, c'est-à-dire devoit » voir son orgueil dompté, et son empire abattu » par toute la terre (1). »

Cependant les hommes, en se multipliant, se corrompent de plus en plus, et s'abandonnent à tous les désirs de leur cæur. La science du mal fructifie; l'iniquité monte à son comble. Dieu ne reconnoît plus son image, et il se résout

(1) Bossuet, Disc. sur l'hist. univers., IIo parl., ch. I, p. 170, 171. Ed. de Versailles.

à venger sur le genre humain coupable l’outrage fait à sa sainteté. Les eaux du ciel et les flots de l'abîme couvrent la terre souillée, et engloutissent toutes les créatures vivantes. Une seule famille s'étoit préservée des désordres que punissoit la justice divine; elle échappe seule au déluge universel. Dieu la bénit au sortir de l'arche (1); et, pour rassurer les hommes contre la crainte d'une nouvelle inondation, il met son arc dans les nues pour leur être un signe perpétuel de sa promesse et de l'alliance qu'il fait avec eux (2). Noé et ses enfans repeuplent la terre ; ils se dispersent après la division des

(1) Genes. IX, d.,

(2) Statuam pactum meum vobiscum, et nequaquam ultrà interficietur omnis caro aquis diluvii, neque erit deinceps diluvium dissipans terram. Dixitque Deus : Hoc signum foederis quod do inter me et vos, et ad omnem animam viventem quæ est vobiscum in generationes sempiternas; arcum meum ponam in nubibus, et erit signum fæderis inter me et terram. Genes. IX, 11-13.

- M. le comte de Stolberg observe que les anciens peuples regardoient l'arc-en-ciel comme un signe sacré. « Man findet sehr deutliche spuren von geheimnissvoller » Bedeutung der Regenbogens bey den alten Völkern. » Il trouve des traces de cette croyance dans la Perse, chez les Grecs et les Scandinaves. Hoinère dit expressément que Zeus a mis l'arc-en-ciel dans les nues pour être un signe aux hommes.

langues (1), et fondent les premiers empires. L'âge des Patriarches, parmi lesquels Abraham tient le premier rang à cause de sa vocation, dure jusqu'à Moïse, ou jusqu'à l'époque de la loi écrite donnée sur le mont Sina, l'an du monde 2513, selon le texte hébreu (2), ou 3943 selon le texte samaritain (3).

Τρείς, εκάτερθ' ίρισσιν έoικότες, άς τε Κρονίων

Εν νεφεϊ στήριξε, Τέρας μερόπων ανθρώπων. Tres ab utraque parte iridibus similes , quas utique Saturnius In nube fixit, signum articulatè loquentibus hominibus.

Iliad. XI, 0. 27 et 28. — Geschichte der Religion JesuChristi. Erster Theil., p. 64. Hamburg, 1811.

(1) Le souvenir de la tour de Babel et de la dispersion des hommes s'est conservé parrni les Chinois d'une manière très-remarquable. On sait que ce peuple n'a point de caractères alphabétiques, mais qu'il représente les idées au moyen de signes dont le nombre s'élève jusqu'à plus de quatre-vingt mille. Or, le signe d'une tour signifie s'en aller, se séparer , un fils qui quitte son père. Expliquez ce fait sans la tradition.--Vid. Sto!berg, Geschichte der Relig. Jesu-Christi; fünfte Beylage. Beleuchtung varschiedene spuren früher Ueberlieferung , etc. Erst. Th., p. 496. - Vid. et. Abyden. ap. Eus., Præp. Evangel., lib. IX, p. 416. — Herodot., lib. I, cap. CXXLI. — Plat. in politic. -- Et ali. ap. Joseph., Antiq., lib. I, cap. IV et V. ,

(2) 1492 ans avant J.-C.

(3) 1850 ans avant J.-C. — Voyez Pezron, l'Antiquité des temps rétablie, p. 331.

Voilà ce que nous apprenons dans la Genèse, et les traditions de tous les peuples, leur chronologie certaine, l'état physique même du globe que nous habitons, rendent témoignage à la vérité de ce récit.

« La nature, dit M. Cuvier, nous tient par» tout le même langage; partout elle nous dit » que l'ordre actuel des choses ne remonte pas » très-haut; et, ce qui est bien remarquable, » partout l'homme nous parle comme la nature, » soit que nous consultions les vraies traditions » des peuples, soit que nous examinions leur état » moral et politique, et le développement intellec» tuel qu'ils avoient atteint au moment où com» mencent leurs monumens authentiques (1). »

Il n'est pas une science qui ne concoure à prouver l'exactitude, tous les jours mieux reconnue, des annales rédigées par Moïse (2). La géologie démontre l'existence du déluge, et s'ac

(1) Recherches sur les ossemens fossiles des quadrupedes. Disc. prélim.

(2) Voyez l'excellente dissertation de Jacquelot sur l'Existence de Dieu. Il y prouve entre autres choses, que la question de l'âge du monde avoit été discutée avec un soin extrême par les anciens, et que toutes leurs recherches, aussi nombreuses que variées, confirment l'exactitude de la chronologie Mosaïque , tom. I, ch. IV et suiv,

« PoprzedniaDalej »