Obrazy na stronie
PDF
ePub

rieté le inérite de noire soine ce talent nous rendra toujours agréables aux cutres peuples; c'est ce qui fait que des personnes de la plus haute distinction représentent souvent nos ouvrages dramatiques, en Allemagne , en Italie , qu'on les traduit inime en Angleterre, tandis que nous voyons dans nos provinces des salles de spectacles magnifiques, comme on voyait des cirques dans toutes les provinces Roinaines; preuve in. contestable du goît qui subsiste parni 120us , o preuve de nos resources dans les temps les plus difficiles. C'est en vain que plulsieurs de nos compatriotes s'efforcent d’unnoncer nótre décadence en tout genre. Je ne sulis pas de l'avis de ceux qui au fortir d'un spectacle, dans un fouper délicieux dans le sein du luxe dy des plaisirs , diJeni gatiment que tout est perdil ; je fiuis assez pire's d'une ville de province , aulji peuplée que Rome moderne , beaucoup plies opilente , qui entretient plus de qua

Yante

rante mille ouvriers, de qui vient de construire en mêine temps le plus bel pital du Royaume , le plus beau théctre. De bonne foi, tout cela existerait-il si les campagnes ne produisaient que des ronces ?

J'ai choisi pour non habitation un des moins bons terrains qui soient en France; cependant rien ne nous y manque. Le pays eft orné de maisons, qu'on est regardées autrefois comme trop belles; le pauvre qui veut s'occuper y cesse d'être pauvre ; cette petite province est devenue un jardin riant; il vaut mieux sans doute fertiliser sa terre, que se plaindre à Paris de la stérilité de sa terre.

Me voilà, MADAME, un peu loin de Tancrède ; j'abuse du droit de mon áge, jabuse de vos momens , je tombe dans les digresions, je dis peu en beaucoup de paroles. Ce n'est pas le caractère de tre esprit ; mais je serais plus diffus, si

je

je n'abandonnais aux sentimens de una reconnaissance. Recevez avec vôtre bonté ordinaire, MADAME, non attachement do mon respect , que rien ne peut altérer jamais.

TANCREDE,

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

ARGIRE,
TANCREDE,
ORBASSAN, Chevaliers.
LOREDAN,
CATANE,
ALD A MON, foldat.
A M E N A ID E.
FANIE, suivante.
Pluficurs Chevaliers afliltans au Conseil.
Ecuyers, Soldats, Peuples.

La Scène est à Syracuse, d'abord dans le Palais d'Are gire dans une salle du Conseil, ensuite dans la place publique sur laquelle cette salle est confruite. L'époque de laction ejt de l'année 100s. Les Sarrazins d'Afrique avoient conquis toute la Sicile au neuviéme siécle; Syracuse avait secoué leur joug. Des Gentilshomines Normans commentçaient à s'établir vers Salerne dans la Pouille. Les Empe-. reurs Grecs pojédaient Messine ; les Arabes tenaient Dan lerme Agrigente.

« PoprzedniaDalej »