Oeuvres complètes de Voltaire: Notice sur Voltaire. Théatre

Przednia ok³adka
Hachette, 1859
 

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Wybrane strony

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 309 - Ne conçut un projet aussi grand que le mien. Chaque peuple, à son tour, a brillé sur la terre, Par les lois, par les arts, et surtout par la guerre. Le temps de l'Arabie est à la fin venu.
Strona 309 - ÏAlcoran, dans mes sanglantes mains, Imposeraient silence au reste des humains; Ma voix ferait sur eux les effets du tonnerre, Et je verrais leurs fronts attachés à la terre : Mais je te parle en homme, et sans rien déguiser; Je me sens assez grand pour ne pas t'abuser.
Strona 203 - Acomat me paraît l'effort de l'esprit humain. Je ne vois rien dans l'antiquité ni chez les modernes qui soit dans ce caractère, et la beauté de la diction le relève encore : pas un seul vers ou dur ou faible; pas un mot qui ne soit le mot propre ; jamais de sublime hors...
Strona 305 - L'un croit voir un héros, l'autre voir un tyran. Celui-ci le blasphème, et le menace encore ; Cet autre est à ses pieds, les embrasse, et l'adore. Nous faisons retentir à ce peuple agité Les noms sacrés de Dieu, de paix, de liberté. De Zopire éperdu la cabale impuissante Vomit en vain les feux de sa rage expirante. Au milieu de leurs cris, le front calme et serein, Mahomet marche en maître, et l'olive à la main : La trêve est publiée ; et le voici lui-même.
Strona 101 - Je meurs; le voile tombe, un nouveau jour m'éclaire : Je ne me suis connu qu'au bout de ma carrière. J'ai fait jusqu'au moment qui me plonge au cercueil Gémir l'humanité du poids de mon orgueil. Le Ciel venge la terre : il est juste, et ma vie Ne peut payer le sang dont ma main s'est rougie. Le bonheur m'aveugla, la mort ma détrompé...
Strona 61 - Nos prêtres ne sont point ce qu'un vain peuple pense: Notre crédulité fait toute leur science.
Strona 291 - PÈRE, votre Sainteté voudra bien pardonner la liberté que prend un des plus humbles, mais l'un des plus grands admirateurs de la vertu, de consacrer au chef de la véritable religion un écrit contre le fondateur d'une religion fausse et barbare. A qui pourrais-je plus convenablement adresser la satire de la cruauté et des erreurs d'un faux prophète, qu'au vicaire et à l'imitateur d'un Dieu de paix et de vérité ? Que votre Sainteté daigne permettre que je mette à ses pieds et le livre et...
Strona 300 - Que l'insecte insensible, enseveli sous l'herbe, Et l'aigle impérieux qui plane au haut du ciel, Rentrent dans le néant aux yeux de l'Éternel? Les mortels sont égaux ; ce n'est point la naissance , C'est la seule vertu qui fait leur différence.
Strona 101 - Des dieux que nous servons connais la différence : Les tiens t'ont commandé le meurtre et la vengeance, Et le mien , quand ton bras vient de m'assassiner, M'ordonne de te plaindre et de te pardonner.
Strona 570 - Par ce terrible exemple apprenez tous du moins Que les crimes secrets ont les dieux pour témoins. Plus le coupable est grand, plus grand est le supplice. Rois, tremblez sur le trône, et craignez leur justice '. 1.

Informacje bibliograficzne