Bibliothèque académique; ou, Choix fait par une Société de Gens-de-Lettres, Tom 9

Przednia ok³adka
 

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 259 - Rien n'est beau que le vrai : le vrai seul est aimable ; II doit régner partout , et même dans la fable : De toute fiction l'adroite fausseté Ne tend qu'à faire aux yeux briller la vérité.
Strona 356 - Fit nodo sinus : hue aliena ex arbore germen Includunt, udoque docent inolescere libro. Aut rursum enodes trunci resecantur, et...
Strona 119 - Provenzali non si può dire così; anzi se ne leggono, per chi vuole, molti, da' quali si vede che hanno apparate e tolte molte cose gli antichi Toscani, che fra tutti...
Strona 305 - Toute poésie est une imitation : la poésie bucolique a pour but d'imiter ce qui se passe et ce qui se dit entre les bergers. Mais elle ne doit pas s'en tenir à la simple représentation du vrai réel , qui rarement serait agréable ; elle doit s'élever jusqu'au vrai idéal, jqui tend à embellir le vrai tel qu'il est dans la nature , et qui produit , dans la poésie comme dans la peinture , le dernier point de perfection.
Strona 218 - Venus, la Déesse, Ayans povoir sur Mondaine Liesse, Salus de cueur, par nostre grant humblesse, A tous amans. Savoir faisons que le duc d'Orléans Nommé Charles, à présent jeune d'ans, Nous retenons pour l'un de noz servans Par ces présentes ; Et...
Strona 50 - Come l'augello, intra l'amate fronde, posato al nido de' suoi dolci nati la notte che le cose ci nasconde, che, per veder...
Strona 385 - De la puissance de nature , et comment les corps célestiaux gouvernent naturellement le monde.
Strona 215 - Ce jeune fils qui en moy a fiance, Qui est sailli de la maison de France, Creu au jardin semé de fleurs de lys. Amour répond, il est le bien venu.
Strona 362 - ... point de lecteur si sauvage Qui ne se déridât en lisant mon ouvrage, Et qui, pour s'égayer, souvent dans ses discours, D'un mot pris en mes vers n'empruntât le secours. Mais aujourd'hui qu'enfin la vieillesse venue, Sous mes faux cheveux blonds * déjà toute chenue, A jeté sur ma tête, avec ses doigts pesans, Onze lustres complets, surchargés de trois ans...
Strona 259 - Dacier, le P. Hardouin, l'abbé Massieu en 1706 louent l'auteur de l'Iliade d'avoir « enfermé dans des fictions presque tous les secrets de la théologie, de la morale et de la physique ». Il est vrai que cette étrange théorie avait été soutenue par un grave philosophe, le P. Thomassin, dès 1680.

Informacje bibliograficzne