Obrazy na stronie
PDF

DES CLOCHES,

ET DE
LA SAINTETE DE L'OFFRANDE

DU PAIN !
| £ T D U V IN

AUX MESSES DES MORTS,
NON CONFONDU AVEC-LE PAIN

& le Vin qu'on offroit sur les Tombeaux.
Par M. JE A N-BABTISTE THIERS,
Docteur en Theologie, Curé de Vibraico

A PARIS,
Chez JE AN DE NULLY, ruë S. Jacques s

à l'image Saint Pierre.

M. DCC. XXI.
Avec Approbation & Privilege du Roya

[ocr errors]

LE LIBRAIRE
AU LECTEUR:
T E Public , dont le goûtelt fi

I rejpectable , a reçu les ouvra

zes de M. Thiers Curé de Vibrage, 1. avec tant d'applaudissement, que

je ne crois rien hazarder en lui
donnant une édition des euvres
Pofthumes de cet habile Ecrivain,
J'y aurois volontiers joint l'Hi-
stoire ou le Traité des Samedis
gras.; ce font d'affez bons mate-
riaux, mais aïant consulté quel-
ques sçavans Jur cet ouvrage , ils
ant jugé qu'il n'étoit pas allez
parfait pour être donné au public.
Je me suis rendu à leurs fenti-
mens : tant d'ouvrages que Mona
Jieur Thiers a donnez au Public,
O il y a une fi grande érudi
sion , meriterojent un éloge funs.

l

bre: ce feroit ici la place ; j'espere que quelque bonne plume l'entreprendra, qu'il lui rendra ce bon office. Je suis redevable à son neveu du recouvrement de ce Minuscrit.

APPROBATION.! T'AI lù , fuivant l'ordre de

Monleigneur le Garde des Sceaux , deux Traitez intitulez ; l'un, des Cloches , & l'autre, de la Sainteté des offrandes de Pain & de vin aux Melles des Morts : où je n'ai rien trouvé qui m'ait paru devoir en empêcher l'impression. A Paris, le 3. d'Avril 1720.

BOURGEOIS
DU CHASTE NET.

TRAITE

[merged small][ocr errors][merged small]

CHAPITRE I. ! Que les Cloches n'ont point été in

wentées en Italie. Depuis quel tems elles ont commencé de s'ap. peller en Latin Campanæ Nola? Combien il y avoit de Sonnettes au bas de la Tunique d'hyacinte du Grand-Prêtre de la Loy, & ce qu'elles fignifioient? Quel'opinion de ceuxqui croient guel'invention des cloches vient de la Campanie , n'est fondée

« PoprzedniaDalej »