De la philosophie du moyen âge depuis le viiie siècle jusqu'à l'appartiion en Occident de la physique et de la métaphysique d'Aristote

Przednia ok³adka
 

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Wybrane strony

Spis tre¶ci

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 71 - matière semblable, qui est l'homme, et d'une » forme différente, qui est la platonité, et ainsi des » autres hommes. Et de même que la socratité, qui » constitue formellement Socrate, n'est nulle part » hors de Socrate, de même cette essence d'homme » qui est, en Socrate, le substrat de la socratité n'est • nulle part ailleurs qu'en Socrate; et ainsi des
Strona 16 - quemadmodum de his ac de propositis proba« biliter antiqui tractaverunt, et horum maxime « peripatetici, tibi nunc tentabo monstrare. » En voici la traduction française : « Chrysaore, puisqu'il est nécessaire pour com« prendre la doctrine des Catégories d'Aristote de « savoir ce que c'est que le genre, la différence, « l'espèce, le propre et l'accident, et puisque...
Strona 141 - ... bien. Il suit que tous les autres biens sont biens par un autre, et ce bien-là seul par lui-même. Mais aucun bien, tel par la vertu d'un autre, n'est égal à celui qui l'est par soi-même, ou n'est plus grand que lui. Celui-là donc est seul souverainement bon qui est bon par soi ; car cela seul est suprême qui est tellement élevé au-dessus des autres , qu'il n'a ni égal ni supérieur.
Strona 130 - Voici ma pensée : l'amour est la pente du cœur vers quelque objet à cause d'une certaine fin. Désir dans la recherche et joie dans la jouissance ; l'une de ces impression s le fait courir et l'autre produit son repos. Voilà tout ce qui rend le cœur humain bon ou mauvais, c'est-à-dire aimer bien ou mal ce qui est bon en soi. Car la bonté forme le caractère général et essentiel de tout ce qui existe. Ainsi, ni celui qui aime n'est un mal, ni ce qu'il aime, ni l'amour par lequel il aime....
Strona 182 - Ces essences sont, au témoignage d'Aristote lui-même, dans la théorie platonicienne , distinctes des objets sensibles en ce qu'elles sont éternelles et immobiles, et des idées, en ce qu'elles sont plusieurs semblables, tandis que chaque idée est seule de son espèce (2).
Strona 64 - ... ab ipsis ea, quae ipsa sola et pura contemplari debet, valeat discernere. Qui enim nondum intelligit quomodo plures homines in specie sint unus...
Strona 65 - ... secretissima natura comprehendet quomodo plures personae, quarum singula quaeque est perfectus Deus , sint Deus unus? Et cujus mens obscura est ad discernendum inter equum suum et colorem ejus, qualiter discernet inter unum Deum et plures relationes? Denique qui non potest intelligere aliud esse hominem, nisi indi"viduum , nullatenus intelliget hominem nisi humanam personam.
Strona 64 - In eorum quippe animabus ratio, quae et princeps et judex omnium debet esse quae sunt in homine, sic est in imaginationibus corporalibus obvoluta ut ex eis se non possit evolvere , nee ab ipsis ea quae ipsa sola et pura contemplari debet , valeat discernere.
Strona 61 - Secundum indifferentiam , ut Petrum et Paulum idem dicimus esse in hoc quod sunt homines. Quantum enim ad humanitatem pertinet sicut iste et mortalis, et ille. Sed, si veritatem confiteri volumus , non est eadem utriusque humanitas , sed similis, cum sint duo homines...
Strona 89 - La même chose peut donc être successivement éternelle et créée, infinie et finie : éternelle, infinie en Dieu; créée et finie dans sa manifestation dans le monde. Toutes les choses ont leur principe dans la pensée de Dieu, et la pensée que Dieu a d'une chose est la substance de cette chose , cognitio eorum quœ sunt, ea quœ sunt , est , a dit l'aréopagite.

Informacje bibliograficzne