Obrazy na stronie
PDF
ePub

1° Les feuillets du commencement qui contenaient les messes du propre du temps, jusqu'à la septuagésime, dont l'introït Circumdederunt est sur la seconde colonne de la première page;

2o Plusieurs feuillets dans le propre du temps, entre les fol. 59 et 60, entre les fol. 62 ct 63;

3o Plusieurs feuillets du cahier consacré aux préfaces et au canon de la messe; il n'en subsiste que trois, cotés 102-104.

4° Plusieurs feuillets au commencement du propre des saints;

5° Après le feuillet 121, les feuillets qui contenaient les messes des fêtes comprises entre le 8 juin et le 4 juillet

Plusieurs feuillets ont beaucoup souffert par suite de l'action de réactifs employés pour faciliter le déchiffrement.

L'origine du missel n'est guère difficile i déterminer. Il a été fait pour une église du Poitou. Les particularités suivantes le démontrent surabondamment:

1° Dans les litanies du Samedi saint (fol. 39), il y a seulement ces trois invocations de pontifes : « Ylarii, Martialis, Martine, » et ces trois invocations de confesseurs : « Benedicte, Maure, Maxenti. »

2° Dans la section des messes diverses, en dehors du Propre suivant l'ordre de l'année liturgique, on trouve, au fol. 164, 1 office intitulé : « Commemoratio sancti Ilylarii. »

3° Le calendrier, dont le texte complet sera reproduit un peu plus loin, mentionne les fêtes suivantes :

[ocr errors][ocr errors]

1 février. Leoni confessoris.

31 mai. Porcharii abbatis.
1 juin. Jovini abbatis.
26 juin. Maxencii confessoris.
1 juillet. Eparcii presbyteri.
16 juillet. Generosi abbatis.
13 août. Radegundis virginis'.
14 décembre. Fortunati.

Les fêtes de deux saints du diocèse de Nantes ont été ajoutées après coup :

17 juin. Similiani confessoris.
10 octobre. Clari, episcopi Nannetensis,

Primitivement le Missel a pu être destiné à un monastère ou à un chapitre; mais dès le xilio siècle il servait i une église paroissiale, comme l'attestent plusieurs notes ajoutées sur les fol. 98 v°, 100 vo, 102 et 103 vo.

Nous avons donc ici le missel de l'église de la Madeleine de Barbechat, et la façon dont le nom de Marie Madeleine est inscrit dans le calendrier (le mot MARIE en lettres capitales) prouve que le livre a été dès l'origine destiné à l'église de Barbechat.

Barbechat est aujourd'hui un simple village du département de la Loire-Inférieure, dont l'église est marquée sur la carte de Cassini au Nord-Est de Nantes, un peu au Midi de la Loire. C'était le siège d'un prieuré de Sainte-Radegonde, qui, dans les temps modernes, dépendait de l'abbaye de SaintSulpice de Rennes.

Sur deux pages du cahier réservé au texte des préfaces et du canon, on a ajouté en marge les noms de différents bienfaiteurs qui étaient particulièrement compris dans les intentions du célébrant. Voici quelques-uns de ces noms :

1. Le manuscrit porte un v surmonté du signe abréviatif des lettres er ou ir. C'est ainsi que le mot virginis est figure å beaucoup d'endroits du calendrier.

Sur le fol. 102 :

Matheus Halegrin. Bona filia, uxor ejus.
Relicta Laurencio li Bedeau.
Heredes de Barbechat.
Dame Aenor de La Riverie.

Sur le fol. 103 vo :

Rivallen archidiaconus.
Daniel cappellanus.
Herveus cappellanus.
Andreas Brito.
Andreas vicecomes.
Petronilla vicecomitissa.
Guillermus Infans.
Amaurri Crespin.
Thebaut, filius ejus.
Davi de Rays.
Petrus Boscher.
Davi Seibran.
Dulcia.
Guillermus de Barbechat.
Reginaudus Grahori.
Mengui de Vaus.
Laurencius capellanus.

Plusieurs de ces noms se retrouvent dans les mémoriaux inscrits sur les fol. 98 vo et 100 vo, relatifs à des fondations faites dans l'église à laquelle le missel était affecté :

Willelmus Potarst, quemdam quarterium cere. (Fol. 98vo.

Johannes Raboteau. Il d. super quemdam (sic) minetam terre. quam dedit confiliole lilie Johannis Raboteau in elemosina. (Ibid.)

Willelmus Girarst! dedit in elemosina ecclesie de Barbechat, s{cilicet] Beate Marie, tria prebendaria terre in feodo Radulfi Boisse. et VI d. ad ecclesiam reparandam, et VI d. confraternitati dicte ecclesie, et III d. capellano dicte ecclesie, super dotem uxoris sue, et II denarios super terram suam de Aleeria, quam tenet uxor Giraldi Torti pedis. (Ibid.

Neredes de Barbechat III d., ad luminare ecclesie, ilbid.)

Matheus Halegrin et Bona filia, uxor ejus, dederunt Deo et Beate Marie Madalene duas libras cere ad luminare ejusdem ecclesie..., pro anniversariis suis faciendis... (Fol 100 vo.)

Dans une de ces notes l'église est expressément dénommée : ecclesia de Barbechat, scilicet Beale Marie, et dans une autre Beata Maria Madalena.

Sur les marges des feuillets qui précèdent le Propre des saints, ont été copiées en caractères du XIII° siècle, deux pièces qui méritent d'être particulièrement signalées.

La première est l'épître farcie de la messe de saint Etienne. Je puis en donner le texte moins les dernières lignes de la fin”.

[merged small][ocr errors]

1. L'anniversaire de « Willelmus Girarst » est marqué au 22 avril dans le calendrier du Missel.

2. Cf. L. MAITRE. Inventaire des Archives de la Loire-Inférieure, E Supplément, p. 319.

s

brarst » est marqué

,,2. Cf. L. MammaMissel

[graphic]

Quar a cel jor reçut il pasions. (Fol. 103 vo.)

Laudabilis' miles et prepotens,
Quem visitavit ex altis Oriens
In hora mortis, qua fuit paciens,
Pulcre declarat presens
Lectio Actuum apostolorum.

In diebus illis : Elegerunt septem levitas in ministerio, de quorum collegio Stephanus, plenus gratia et fortitudine Sancti Spiritus collata sibi divinitus, faciebat prodigia et signa magna in populo, scilicet hebraico non credenti Dei verbo. Surrexerunt autem quidam de sinagoga que apellatur Libertinorum, Cirenensium et Alexandrinorum et eorum qui erant a Cilicia et Asia. disputantes con Stephano, ore torvo, corde furibundo, et non poterant resistere sapiencie et Spiritui de Patre et Filio procedenti, qui loquebatur monitis salutaribus; docebat eos Stephanus. Audientes autem hec dissecabantur cordibus suis, et moti fellis turbine, stridebant dentibus in eum pre nimia invidia, vexati consciencia, inferentes convicia. Con autem esset Stephanus plenus Spiritu Sancto, subtili, dulci. acuto, intendens in celum. vidit gloriam Dei et Jhesum stantem a dextris, et ait : « Laudo celestis glorie regem, natum ex Virgine. nondum sum in certamine. Ecce video celos apertos et filium hominis stantem a dextris virtutis Dei. Patris inestimabilis et in sanctis mirabilis, per omnia possibilis. » Exclamantes autem voce magna continuerunt aures suas a fide sanctam (sic) rigidas, et impetum fecerunt unanimem in eum; feroces et increduli, in accusando seduli contra Stephanum emuli, et eicientes eum virum sanctum et justum extra civitatem. lapidabant et ictibus oppositum occidebant jam Stephanum celos intrantem meritum, et testes deposuerunt vestimenta sua queque trahentes honerosa secus pedes adolescentis necem sancti spectantis, qui vocabatur Saulus, qui hujus sancti precibus

1. Ce qui suit est copié sur le fol. 104. et le texte est accompagné d'une notation en neumes.

« PoprzedniaDalej »