Obrazy na stronie
PDF

Ils croioient s'affranchir, suivans leurs passions;

Ils croient cselavcs d'eux-mêmes. Prince, j'aurois voulu vous choisir un sujet Où je pusse mêler le plaisant à l'utilc:

C'étoit sans doute un beau projet,

Si ce choix eût été facile. Les Compagnons d'Uiisse enfin íè sont offerts; Ils ont force pareils en ce bas Univers;

Gens à qui j'impose pour peine

Vôtre censure & vôtre haine.

[ocr errors][merged small]

Fut logé prés de lui dés l'âge du berceau,
La Cage & le Panier avoient mémes Pénates.
Le Chat étoit souvent agacé par l'Oiscau;
L'un s'eferimoit du bec, l'autre jouoit des pâtes.
Cc dernier toutefois épargnoit son ami>
Ne le corrigeant qu'à demi.
II se fût fait un grand scrupule
D'armes de pointes fa ferule.
Le Passereau moins circonspect
• Lui donnoit force coups de becj
£n- sage & discrette* personne

CCXXVIII.
ht Chat & les deux Moineaux.

gogne.

[graphic]

Maître Chat excufoit ces jeux. Entre amis il ne faut jamais qu'on s'abandonne

Aux traits d'un couroux ferieux. Comme ils fe connoiffoient tous deux dés leur bas âge,

Une longue habitude en paix les maintenoit;
Jamais en vrai combat le jeu ne fe tournoit:

Quand un Moineau du voifinage
S'en vint les vifiter, & fe fit compagnon
Du petulant Pierrot, & du fage Raton.
Entre les deux Oifeaux il arriva querelle.

Et Raton de prendre parti. Cet inconnu , dit-il, nous la vient donner belle

D'infulter ainfi nôtre ami;
Le Moineau du voifin viendra manger le nôtre?
Non , de par tous les Chats. Entrant lors au
combat

Il croque l'eltranger: Vraiment, dit maître Chat,
Les Moineaux ont uo goût exquis & délicat.
Cette reflexion fit aufil croquer l'autre.
Quelle Morale puis-je inférer de ce fait?
Sans cela toute Fable eil un œuvre imparfait.
J'en croi voir quelques traits; mais leur ombre
m'abufe

Prince, vous les aurez incontinent trouvez:
Ce font des jeux pour vous , & non point pour
ma Mufcj

Elle & fes Sœurs n'ont pas l'cfprit que vous avez.

[ocr errors][graphic]
[graphic][ocr errors]

UN Homme accumuloit. On fçait que cette erreur

Vafouvent jufqu'à la fureur.
Celui-ci ne fongeoit que Ducats & Pifióles.
Quand ces biens font oififs , je tiens qu'ils font
frivoles.

Pour feurcté de fon Trefor
Nôtre Avare habitoit un lieu dont Amphitrite
Défcndoit aux voleurs de toutes parts l'abord.
Là d'une volupté, fclon moi fort petite.
Et felon lui fort grande, il entafloit toujours.

Il paiToit les nuits & les jours
A compter, calculer, fupputer fans relâche;
Calculant, fupputaut, comptant comme à la tâche,
Car il trouvoit toujours du mécompte à fon fait:
Un gros Singe plus fage , à mon fens , que fon
Maître,

Jettoit quelque Doublon toûjours par la fenêtre,

Et rendoit le compte imparfait.

La chambre bien cadenacée Permettoit de laiffer l'argent fur le comptoir. Un beau jour Dom-bertrand fe mit dans la penfée

D'en faire un facrifice au liquide manoir.

Quant à moi, lors que je compare
Les plaifirs de ce Singe a ceux de cet Avare»

Je Je ne fçai bonnement aufquels donner le prix: Dom-bertrand gagnerait prés de certains efprits: Les raifons en feraient trop longues à déduire. Un jour donc l'animal, qui ne fongeoit qu'à nuire,

Détachoit du monceau tantôt quelque Doublon,

Un Jacobus, un Ducaton;

Et puis quelque Noble à la rofe, . .
Eprouvoit fon adreflè & fa force à jetter
Ces morceaux de métail qui fe font fouhaiter

Par les humains fur toute chofe.
S'il n'avoit entendu fon Compteur à la fin

Mettre la clef dans la ferrure,
Les Ducats auroient tous pris le même chemin,

Et couru la même avanture. Il les auroit fait tous voler, jufqu'au dernier, Dans le goutte enrichi par maint & maint naufrage.

Dieu veuille préferver maint & maint Financier
Qui n'en fait pas meilleur ufage.

CCXXX.
Les deux Chèvres:

Dés que les Chèvres ont brouté j
Certain cfprit de liberté ■
Leur fait chercher fortune; elles vont en voyage
Vers.- les endroits du pâturage
Les moins fréquentez des humains. . ■ •
Là s!il ell quelque lieu fans route & fans chemins,

Un

Un rocher, quelque mont pendant en précipices,

C'eft où ces Dames vont promener leurs caprices;

Rien ne peut arrêter cet animal grimpant.

Deux Chèvres donc s'é"mancipant,

Toutes deux aïant pate blanche, Quiterent les bás prez, chacune de fa part, L'une Vers l'autre alloit pour quelque bon harard. Un ruifleau fe rencontre , & pour pont une planche;

Deux Belettes à peine auraient pan*? de froflt

Sur ce pont: D'ailleurs l'onde rapide & le ruiffeau profond Dévoient faire trembler de peur ces Amazones. Malgré tant de dangers l'une de ees perlbnnes Pofe un pied fur la planche , & l'autre en fait autant.

Je m'imagine voir avec Loiiis le Grand,

Philippe Quatre qui s'avance

Dans l'Ifle de la Conferencie.

Ainfi s'avançoient pas à pas,

Nez à nez nos Avanturicrcs,

Qui toutes deux étant fort rieres, Vers le milieu du pont ne fc voulurent pas L'une à l'autre ceder. Elles avoicut la gloire De compter dans leur race (à ce que dit l'^iftoite)

L'une certaine Chèvre au mérite fans pair 'Dont Polyphemc rit prefent à Gallaiéej , Et l'autre la Chèvre Amalthéc Par qui fut nourri Jupiter. Faute de reculer leur chute fut commune: 1 Ce Tou

« PoprzedniaDalej »