Obrazy na stronie
PDF
ePub

clat"; tout cela joint au devoir de vous obéir & à la passion de vous plaire, m'a obligé de vous presenter un Ouvrage dont POriginal a été. D'admiration de tous les fiecles, aussi bien que celle de tous les Sages. Vous m'avez méme ordonné de continuër; & si vous me permettez de le dire, il y a des sujets dont je vous fuis re. devable, & vous avez jetté des graces qui ont été admirées de tout le monde. Nous n'avons plus besoin de consulter ni Apollon-, ni les Muses, ni aucune des Divinitez du Parnase. Elles se rencon. trent dans les presens que vous a faits la Nature, 6 dans cette science de bien juger des Ouvrages de l'esprit, à quoi vous joignez déja celle de connoitre toutes les regles qui y conviennent. Les Fables d'Ejope font une ample matiere pour ces talens. Elles embrassent toutes fortes d'é. venemens & de caracteres. Ces mensonges sont proprement une maniere d'Histoi. re, on ne flatte per fonne. Ce ne font pas choses de peu d'importance que ces sujets:

Les

Les Animaux sont les Precepteurs des Hommes dans mon Ouvrage. Je ne m'étendrai pas davantage -dessus;Vous voyez mieux que moi le profit qu'on en peut tirer. Si vous vous connoissez maintenant en Orateurs @en Poëtes , Vous vous connoitre encore mieux quelque jour en bous Politiques & en bons Généraux d'Armée; & Vous vous tromperez aulli peu au choix des Perfonnes, qu'au mérite des Actions. Je ne suis pas d'un åge à esperer d'enêtre témoin. Il faut que je me contente de travailler fous vos ordres. L'envie de Tots plaire me tiendra lieu d'une imagination que les ans ont affoiblie. Quand vous foubaiterez quelque Fable, je la trouverai dans ce fonds-. Je voudrois bien que vousý pusiez trouver des louanges dignes du Monarque qui fait maintenant le deftin de tant de Peuples de Nations, S qui rend toutes les parties du Monde at. tentives à fes Conquétes , à ses Victoires,

à la Paix qui semble serapprocher, ÉS dont il impose les conditions avec toute la Bb 3.

10.

moderation que peuvent souhaiter nos En nemis. Je me le figure comme un Conquerant qui veut mettre des bornes à sa Glois, re&â Ja Puissance, 6.de qui on pourroit dire à meilleur titre qu'on ne l'a dit dA. Lexandre ; Qu'il va tenir les Etats de PUnivers; en obligeant les Ministres de tant de Princes de s'assembler, pour ter. miner une guerre qui ne peut étre que ruineuse à leurs (Maitres. Ce sont des sujets, audessus de nos paroles: Je les laisse à de meilleures Plumes que la mienne ; & fuis avec un profond respect,

MONSEIGNEUR,

Votre tres-humble, tres-obcissant

& tres-fidele Serviteur,

' DE LA FONTAINE.

[graphic]
[ocr errors]

DV PRIVILEGE

| 0 0 R 0 1.

D AR grace & Privilege du Roi, donIné à Versailles le vingt-huitiéme Decembre 1703. signé , Par le Roi en son Conseil , BOUCHER; Il eft permis à CLAUDE BARBIN Marchand Librai're , d'imprimer les Fables choisies du Sieur DE LA FONTAINE, qu'il a ci-devant imprimées ; & ce pendant le temps & espace de fix années, à commencer du jour que lesdites Fables seront achevées d'imprimer pour la premiere fois: avec défenses à tous autres Libraires d'imprimer lesdites Fables", sur les peines portées par lesdites Lettres,

[graphic]
[blocks in formation]

Registré sur le Livre de la Communaudes Marchands Libraires de Paris, le 20. Fevrier 1704.

Signé, AUBOUYN Syndic. Achevé d'imprimer pour la première fois le premier jour de Mars

1704.

[graphic][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]
« PoprzedniaDalej »