Obrazy na stronie
PDF
ePub

,!111 Tips , li-5001, 510mobi 'I

[ocr errors][ocr errors]

ET LES GRENOUIL-L E S.

III. ne'll 17. , Cutill
Imitation d'une Fable Latine."

; 261 .* ; 1:1J* ".
Es Filles du Limon tiroient du Roy des Alres
L Affiltance & protection. ***
Guerre ni pauvreté, ni femblables desastres
Ne pouvoient approcher de cette Nation.",
Elle faisoit valoir en cent lieux fon Empire.
Les Reines des Etangs, Grenouilles veux-je dire,

(Car que couste-t'il d'appeller,

Les choses par noms honorables?) Contre leur Bienfaiteur oferent cabaler,

Et devinrent insupportables. L'imprudencé, l'orgueil, & l'oubli des bienfaits, **Enfans de la bonne fortune, Firent bien-cost crier cette Troupe importanc;

On ne pouvoit dormir en paix.
* Si l'on eust cru leur marmarç

Elles auroient par leurs cris
Soulevé grands & petits,

Contre l'cil de la nature.
Le Soleil, à leur dire, alloit tout consumer,
TLH falloit promptemept s’armer,
* Et lever des Troupes puissantes,

Aa.

Aufsi-tost qu'il faisoit un pas.
Ambassades croaffantes
Alloient dans tous les Etats.
A les oüir , tout le monde,
Toute la machine ronde,
Rouloit sur les interests
De quatre méchants Marais.
Cette plainte temeraire
Dure toûjours, & pourtant
Grenouilles doivent se taire,
Et ne murmurer pas tant.
Car fi le Soleil se pique, il
Il le leur fera sentir.
La Republique Aquatique per a
Pourroit bien s'en repentir,

i

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]

CCXXVI.
A LEURS ALTESSES SERENISSIMES

MADEMOISELLE, DE B O URB ON,

ET MONSEIGNEUR
LE PRINCE DE CONTY.

I Tymenée & l'Amour vont conclure un Traité, TlQui les doit rendre Amis pendant longues

années. BOURBON, jcune Divinité, CONTY, jeune Heros, joignent leurs destinées. CONDE' l'avoit, dit-on, en mourant souhaité; Cc Guerrier qui transmet à fon Fils en partage Son esprit, son grand cæur, avec un heritage Dont la grandeur non plus n'est pas à mépriser, Contemple avec plaifir de la Voute Etherée, Que ce neud s'accomplit , que le Prince l'agrée, Que LOUIS aux Condé ne peut rien refuser. Hymenée est vêtu de ses plus beaux atours. Tout rit autour de lui, tout éclate de joye. Il descend de l'Olimpe environné d'Amours,

Dont CONT Y doit estre la proye. .. Venus à BOURBON Ics envoyc,

Ils avoient lait moins attrayant ::
Le jour qu'elle sortit de l'onde,
Et rendit surpris nostre monde,
De voir un peuple fi brillant.
Le Cheur des Muses se prepare,
On attend de leurs Nourrislons
Ce qu'un talent exquis & rare
Fait estimer dans nos chanfons.
Apollon y joindra ses fons,
Lui même il apporte sa Lyre.
Déja l’Amante de Zephire
Et la Décsse du Marin,
Des dons que le Printemps étale
Commencent à parer la Sale
Où se doit faire le Festin.

O vous! pour qui les Dieux ont des soins fi pressans

BOURBON aux charmes tout-puissans
Ainsi qu'à l'ame toute belle,
CONTY par qui font effacez

Les Heros des ficcles passez, . . Conservez l'un pour l'autre une ardeur mutuelle. Vous possedez tous deux ce qui plaist plus d'un

: jour, ' Les Graces & l’Esprit, seuls foûtiens de l'Amour,

Dans la Carriere aux Epoux assignée, .
Prince & Princesse, on trouve deux chemins:
L'un de tiedeur, commun chez les humains, .
La passion à l'autre fut donnée. .

Les Gracios la princefle.ca

N'en fortez point, c'est un estat bien doux, Mais peu durable en nostre ame inquietc.

L'a

L'amour s'étcint par le bien qu'il souhaite,
L'Amant alors se comporte en Epoux.
Ne sçauroit-on établir le contraire,
Et renverser cette maudite Loy?
Prince & Princesse, entreprenez l'affaire,
Nul n'osera prendre exemple sur moy.
De ce conseil faites experience,
Soyez Amans fidelles, & constans.

S'il faut changer , donnez vous patience,

Et ne soyez Époux qu'à soixante ans. Vous ne changerez point, écoutez Calliope; Elle a pour vostre hymen dresé cet horoscope.

Soyez. A faut changerous qu'à la

Pratiquer tous les agréemens
Qui des Epoux font des Amans, .
Employer sa grace ordinaire,
C'est ce que CONT Y sçaura fairc.
Rendre Conti le plus heureux
Qui soit dans l'Empire Amoureux,
Trouver cent moyens de lui plaire,
C'est ce que BOURBON sçaura faire.

Apollon m'apprit l'autre jour,
Qu'il naistroit d'eux un jeune Amour,
Plus beau que l'Enfant de Cytcre,
En un mot semblable à fon Pere,
Former cer Enfant sur les traits
Des modelles les plus parfaits,' -.

C'est ce que BOURBON sçaura fairc; . Mais de nous priver d'un tel bien,

C'eft à quoy BOURBON n'entend rien. 1

SUITE

[ocr errors]
« PoprzedniaDalej »