Obrazy na stronie
PDF
ePub

Voici pourtant ut cas où tout l'honneur échůts : A l'hôte des terriers. Un foir il apperccut: La Lune au fond d'un puits : l'orbiculaire image :: Lui parut un ample fromage. :: · Deus sceaux alternativement,

Puisoient le liquide élement.
Notre Renard pressé par une faim canine,
S'accommode. en celui qu'au haut de la machine

L'autre sceau tenoit suspendu.'
Voilà l'animal décendu, 1;73! .
Tiré d'erreur; mais fort en peine,

Et voyant la perte prochaine. :)
Car comment remonter, fu quelque autrc affamé

De la même image charmé,

Et succedant à la misere :; Par le même chemin ne le tiroit d'affaire? ;: Deux jours s'étoient passez sans qu'aucun vînt au puits; Le temps qui toûjours marche avoit pendant deux

** nuits,
Echancré selon l'ordinaire,
De l'astre au front d'argent la face circulaire.

Sire Renard étoit desespeçé. i
Comperc Loup, le golieç alteré,--

Pasie par là: l'autre dit; Camarade,
Je vous veux régaler , voyez-vous cet objet?
C'est un fromage exquis. Lc Dieu Faune l'a fait,
. La vache lo donna le laist. 1.5"; "

Jupiter, s'il étoit malade, Bill.i. :. Reprendroit l'appetit en låtant d'un tel mets.'..

J'en ay mangé cette échancrure, mi) Le reste vous fera fuffisapte pâture. Descendez dans un sceau que j'ay là mis exprés.' Bien qu'au moins mal qu'il pût il ajutât l'histoire, Le Loup fut un sot de le croire: ".., Il descend, & fon poids emportant l'autre part,

Reguinde en haut maître Renard.
Ne nous en mocquons point! nous nous laissons sé.

: 1018 ob duire !
Sur aussi peu de fondement;
Et chacun croit fort aisément
Ce qu'il craint, & ce qu'il desire.
கைலை

CCXI.
Le Païfan du Danube.
TL ne faut point juger des gens sur l'apparance.
Le conseil en est bon, mais il n'est pas nouveau :

Jadis l'erreur du Souriceau
Me servit à prouver le discours que j'avance.

J'ai pour le fonder à present
Le bon Socrate, Efope, & certain Païlan .
Des rives du Danube, homme dont Marc Aurele

Nous fait un portrait fort fidele.
On connoit les premiers ; quant à l'autre, voici

Le personnage en racourci.
Son menton nourrissoit une barbe touffuë,

: Toute la personne veluë
Representoit un Ours, mais un Ours mal leché.
Sous un sourcil épais il avoir l'æil caché,
Le regard de travers, nez tortu, grosse levre

Portoit sayop de poil de chevre,
? Et ceinture de joncs marins.
Cét homme ainsi bâti fut deputé des Villes
Que lave le. Danube : il n'étoit point d'aziles,

[ocr errors]

Où l'avarice des Romains .. 1.1 ?

Ne penetrât alors, & ne portất les mains. Le deputé vint donc, & fit cette harangue. Romains, & vous Senat assis pour m'écouter, . Je supplie avant tout les Dieux de m'affifter: Veüillent les Immortels conducteurs de ma langue

Que je ne dise rien qui doive étre repris. Sans leur aide. il ne peut entrer dans les esprits,

Que tout mal & toute injustice: Faute d'y recourir on viole leurs loix. Témoin nous que punit la Romaine avarice: Rome est par nos forfaits, plus que par ses exploits,

L'inftrument de notre fupplice. Craignez Romains, craignez, que le Ciel quelque jour Ne transporte chez vous les pleurs & la misere, Et mettant en nos mains par un jufte retour : Les armes dont se sert sa vengeance severe, .

Il ne vous fasse en fa colere !

Nos esclaves à vôtre tour. Et pourquoi sommes nous les vôtres ? qu'on me die En quoi vous valez mieux que cent peuples divers ? Quel droit vous a rendus maitres de l'Univers? Pourquoi venir troubler une innocente vie?.. Nous cultivions en paix d'heureux champs, & nos

- mains Etoient propres aux Arts, ainsi qu'au labourage : • Qu'avez-vous appris aux Germains ?..

Ils ont l'adresse & le courage: :.
S'ils avoient eu l'avidité,

Comme vous, & la violence, i;
Pcut-être en vôtre place ils auroient la puissance,
Et sçauroient en user fans inhumanité. 2.210:
Celle que vos Preteurs ont Tur nous'exercée..

| Nocn

N’entre qu'à peine en la penséc. c. i
La majesté de vos Autels i nstein.
Elle même en est offenséc: IAE.

Car Cachez que les Immortels in 3;.: Ont les regards sur nous. Grâces à vos exemples; Ils n'ont devant les yeux que des objets d'horreur,

De mépris d'eux, & de leurs Temples,

D'avarice qui va jusques à la furcur. . À Rien ne suffit aux gens qui nous viennent de Rome; La terre, & le travail de l'homme, we'" Font pour les assouvir des efforts superius,

Retirez-les; on ne veut plus

Cultiver pour eux les campagnes, Nous quittons les Citez, nousfuyons aux montagnes,

Nous laissons nos cheres compagnes. Nous ne conversons plus qu'avec des Qurs affreux, Découragez de mettre au jour des malhcureux; Et de peupler pour Rome un pais qu'elle opprime.

. Quant à nos enfans déja nez Nous sauhaitons de voir leurs jours bien-tôt bornez: Vos Preteurs au mal-heur nous font joindre le crime.

Retirez-les, il ne nous apprendront.
Que la mollefle, & que le vice.si
Les Germains comine eux deviendront

Gens de rapine & d'avarice. :
C'est tout ce que j'ai veu dans Rome à mon abord:

N'a-t-on point de present à faire ? Point de pourpre à donner? c'est en vain qu'on espere Quelque refuge aux loix: encor lcur ministere A-t'il mille longuenrs. Ce discours un peu fort

Doit commencer à vous déplaire. ii - Je finis. Paniffez de mort . r

, Une plainte un peu trop fincere... ..,

A ces mots il. se couche, & chacun étonné Admire le grand cour, le bon sens, l'éloquence

Du sauvage ainfi pofterné. :
On le créa Patrice; & ce fut la vengeance,
Qu'on Crut qu'un tel discours méritoit. On choisit

D'autres Pretours, & par écrit
Le Senat demanda ce qu'avoit dit cét homme,
Pour servir de modele aux parleurs à venir. -

On ne fçut pas long-temps à Rome
Cette éloquence entretenir.

CODICE.COM.Tracerouterscord

CCXII. Le vieillard & les trois jeunes hommes. TIN octogenaire plantoit,

Passe encor de bâtir; mais planter à cet âge! : Disoient trois jouvenceaux enfans du voisinage, • Assurément il radotoit..

Car au nom des Dieux, je vous prie,
Quel frui& de ce labeur pouvez vous recüeillir?
Autant qu'un Patriarche il vous faudroit vicillir.

A quoi bon charger votre vie .
Des foins d'un avenir qui n'est pas fait pour vous;
Ne longez desormais qu'à vos erreurs passées;
Quittez le long espoir, & les vastes pensées ?

Tout cela ne convient qu'à nous. ..

Il ne convient pas à vous mêmes, Repartit leVieillard.' Tout établissement Vient tard & dure peu. La main des Parques blémes. De vos jours, & des micns se jouë également.

Nos

« PoprzedniaDalej »