Obrazy na stronie
PDF
ePub

On yous fangla le pauvre drille. " Sizi Toi donc, qui que tu sois, ô pere de famille,...) (Er jo ne t'ai jamais envié cét honneur,) Ol? T'attendre aux yeux d'autrui, quand to dors, c'eft er

ei se boreur.' cos] g . 9' Couche-toi le dernier ,, & voi fermer ta porte.si ... Que fi quelque affaire t'importé, is) en

No la fais point par procureur...:."

sendesenterende ICE CET)

CCVIII. 9712?! : Le fonge d'un habitant du Mogol. T Adis certain Mogol vid en fongé un Vizir,

Aux champs Elisiens possesseur d'un plaisir, . Aussi púr qu'infini, tant en prix qu'en durée; Le même songeur vid en une autre contrée!

Un Hermite entourné de feux, n ii
Qui touchoic de pitié même les malheureux. :*.1
Le cas parut étrange, & contre l'ordinaire', ':.
Minos en ces deux morts sembloit s'étre inépris.
Le dormeur s'éveilla tant il en fut surpris: 1:37
Dans ce fonge pourtant soupçonnant du mystere,

Il se fit expliquer l'affaire.
L'Interprete lui dit: Ne vous étonnez point,
Vôtre songe a du sens, & si j'ai sur ce point

Aquis tant soit pou d'habitude,
C'est un avis des Dieux. Pendant l'humain séjour
Ce Vizir quelquefois cherchoit la solitude;
Cér Hermite aux Vizirs alloit faire fa cour.

Si j'ofois ajoûter au mot de l'interpretc, :")
J'inspirerois ici l'amour de la retraite: '10b
Elle offre à ses amans des bicris fans embarras,
Bicns purs, presens du Ciel, qui naissent sous les pas:
Solitude où je trouve une douceur secrete,
Lieux que j'aiinai toûjours , ne pourrai-je jamais,
Loin du monde & du bruit goûter l'ombre & le frais?
O qui m'arrétera sous vos sombres aziles? ..
Quand pourront le næuf Sæurs, loin des cœurs &

des Villes,
M'occuper tout eutier, & m'apprendre des Cieux
Les divers mouvemens inconnus à nos yeux,
Les noms & les verius de ces clartez errantes,
Par qui sont nos destins & nos moeurs differentes?
Que li je ne suis né pour de li grands projets,
Du moins que les ruisseaux m'offrent de doux objets!
Que je peigne en mes Vers quelque rive fleurie!
La Parque à filets d'or n'ourdira point ma vie;
Je ne dorinirai point fous dc riches lambris. 'n!
Mais voit-on que le somme en perde de son prix,
En est-il moins profond, & moins plein de délices ?
Jc lui vouë au desert de nouveaux facrifices.
Quand le moment viendra d'aller trouver les morts,
J'aurai vệcu sans soins, & mourrai sans remordse

CCIX. LE

2 cclx. :: :. Le Lion, le Singe, & les deux Anes.

I E Lion, pour bien gouverner, .. . L Voulant apprendre la morale, ...,

Se fit un beau jour amener Op:29EAU
Le Singe maître és arts chez la gent animalc. 32
La premiere leçon que donna le Regent, to
Fut celle-ci: Grand Roi, pour regner fagement,

Il faut que tout Prince prefere :
Le zele de l'Etat à certain mouvement,
Qu'on appelle communément,

Amour propre; car c'est le pere,,
C'est l'autheur de tous les défauts, si

Que l'on remarque aux animaux...
Vouloir que de tout poinct ce sentiment vous quitte,

Ce n'est pas chose fi petite ; nos qui

Qu'on en vienne à bout en un jour :
C'est beaucoup de pouvoir moderer cet amour.

Par là vôtre personne auguste, . ..
N'admettra jamais ricn en soi , ; .. ;
De ridicule ni d'injuste. 19 ust.

Donne moi, repartit le Roi, soos 23 Des exemples de l'un & l'autre.

Toute espece, dit le Docteur, ... ,

(Et je commence par la nôtre) . Toute profession s'estime dans son cæur,. .. Traite les autres d'ignorantes, ... Ini

[graphic]
[graphic]

Les qualifie impertinentes Et semblables discours qui ne nous coûtent rien.“ L'amour propre au rebours , fait qu'au degré supreme On porte ses pareils; car c'est un bon moien

De s'élever aussi soi-même; De tout ce que dessus j'argumente tres bien..? Qu'ici bas maint talent n'est que pure grimace, Cabale & certain art de se faire valoir, Mieux sçu des ignorans, que des gens de savoir.

L'autre jour suivant à la trace Deux Anes qui prenant tour à tour l'encensoir Se loüoient tour à tour, comme c'est la maniere; J'oüis que l'un des deux difoit à fon confrere: Seigneur, trouvez-vous pas bien injuste & bien sot L'homme cét animal fi parfait? il profâne .

Notre auguste nom, traitant d'Ane . . Quiconque est ignorant, d'esprit lourd, idiot :

Il abuse encore d'un mot, Et traite nôtre rire, & nos discours de braire." Les humains sont plaisans de pretendre exceller Par dessus nous; non, non; c'est à vous de parler,

A leurs Orateurs de Te taire. ::"",7") Voilà les vrays braillards; mais taissons-là ces gens; ." Vous m'entendež, je vous entends:

Il suffit, & quant aux merveilles ,.71 Dont vôtre divin chant vient frapper les oreilles, Philomele est au prix novice dans cét Art :: Vous surpassez Lambert. L'autre baudet repart: Seigneur, j'admire en vous des qualitez pareilles. Ces Anes non contens de s'étre ainsi gratez,

S'en allerent dans les Citez L'un l'autre fe proner. Chacun d'eux croioit faire En prisant ses pareils une fort bonne affaire,

Pre.

Pretendant que l'honneur en reviendroit sur luy.

J'en connois beaucoup aujourd'huy, Non parmi les baudcts, mais parmi les Puislances Que le Ciel voulut mettre en de plus hauts degrez, Qui changeroient entre eux les simples Excellences,

S'ils osoient.cn des Majefter. i :': isi J'en dis peut-étre plus qu'il ne faut , & suppose ? Que vôtre Majefto gardera le fecret.. C C Elle avoit soûhaité d'apprendre quelque trait

Qui lui fît voir entre autre chose L'amour propre, donnant du ridicule aux gens. L'injuste aura son tour : il y faut plus de temps. Ainli parla ce Singe. On ne m'a pas fçu dire13 S'il traita l'autre poin&t; car il est délicat; Et nôtre maître és Arts qui n'étoit pas un fat Regardoit ce Lion comme un terrible Sire.' :1 27119 08 JU N E U

[graphic]
[merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Le Loup, ES le Renard. Ais d'où vient qu'au Renard Efope accorde un M .. . poinet?

C'est d'exceller en tours pleins de matoiferie, J'en cherche la raison, & ne la trouvé point. Quand le Loup a besoin de défendre sa vie, i

Ou d'attaquer celle d'autrui, -' :

N'en fait-il pas autant que lui?.'."! ! Je crois qu'il en fait plus, & j'oserois peut-être, Avec quelquc raison contrcdire mon maitre. :?

Voi

« PoprzedniaDalej »