Obrazy na stronie
PDF
ePub

Sans le secours de la pensée,
Causer un même évenement.
Nous agissons tout autrement.

· La volonté dous détermine, . Non l'objet, ni l'inftin&t. Je parle, je chemine;

Je sens en moi certain agent; : Tout obeït dans ma machine

A ce principe intelligent.
Il eft diftin&t du corps, fc conçoit netement,
Se conçoit mieux que le corps même:
De tous nos mouvemens c'est l'arbitre supréme.
Mais comment le corps l'entend-il ?

C'ett-là le point: je vois l'outil
Obeïr à la main: mais la main qui la guide?
Eh! qui guide ics Cieux, & leur course rapide?
Quelque Angeest attaché peut-étre à ces grands corps.
Un esprit vit en nous, & meut tous nos refforts:
L'impression se fait; Le moien , je l'ignore;
On ne l'apprend qu'au sein de la Divinité;
Et s'il faut en parler avec fincerité,

Descartes l'ignoroit encore, Nous & lui' là-dessus nous sommes tous égaux. Ce que je fais, Iris, c'est qu'en ces animaux

Dont je viens de citer l'exemple, Cer esprit n'agit pas, l'homme (cul eft fon temple. Aussi faut-il donner à l'animal un point,

Que la plante aprés tout n'a point.

Cependant la plante respire: , ' Mais que repondra-t-on à ce que je vais dire ?,

[ocr errors][merged small]

CLXXXIX. Les deux Rats, le Renard, 6 l'Oeuf.

porter,

1

Eux Rars cherchoient leur vie, ils trouverent un
Oeuf.

ie

! Le dîné suffisoit à gens de cette espece: Il n'étoit pas besoin qu'ils trouvaflent un Bæuf. ;

Pleins d'appetit, & d'allegresle, 3 Ils alloient de leur æuf manger chacun sa part; Quand on Quidam parut. C'étoit maître Renard; · Rencontre incommode & fâcheuse.' '

Car comment sauver l'oeuf ? Le bien empaqueter,
Puis des pieds de devant ensemble le porter,

Ou le rouler, ou le traîner,
C'étoit chose impossible autant quç hazardeuse.

Necessité l'ingenieuse

Leur fournit une invention. , in Comme ils pouvoient gagner leur habitation, L’écornifleur étant à demi quart de lieuë; L'un se mit sur le dos, prit l'œuf entre les bras, Puis malgré quelques heures, & quelques mauvais pas,

L'autre le traîna par la qucuë..., Qu'on m'aille foûtenir aprés un tel recit,

Que les beftes n'ont point d'esprit,

Pour moi, di j'en étois le maîcre,. . Je leur en donnerois auffi bien qu'aux enfans...) Ceux ci pensent-ils pas dés leurs plus jeunes aus? Quelqu'un peut donc penser ne se pouvano connoitre.

V 3

Par

Par un exemple tout égal,

J'attribûrois à l'animal., . Non point une raison selon nôtre maniere: Mais beaucoup plụs aussi qu'un aveugle ressort; Je subtiliserois un morceau de matiere, Que l'on ne pourroit plus concevoir sans effort, Quintessence d'atome, extrait de la lumiere', Je ne sais quoi plus vif, & plus mobile encor Que le feu; car enfin, fi le bois fait la fâme, La flâme en s'épurant peût-elle pas de l'american Nous donner quelque idéez & Tort-il pas de l'or Des entrailles du plomb. Je rendrois mon ouvrage Capable de sentir, juger, rien davantage,i]

: Et juger imparfaitement, ::.. b b, viii Sans qu'un Singe jamais fît le moindre argument,

A l'égard de nous autres hommes, : ,..
Je ferois nộtre lor infiniment plus fort: .'." "

Nous aurion's un double tresor;
L'un cette ame pareille en tout-tant que nous som-
Pen! mes, 2.:.:

ini
Sages, fous, enfans, idiots, vi
Hôtes de l'univers sous le nom d'animaux;'
L'autre encore une autre amc, entre nous & les Anges

Commune en un certain degré; wild

Et ce tresor à part créé
Suivroit parmi les airs les celestes phalanges,
Entreroit dans un poin&t sans en étre preflé,

Ne finiroit jamais quoi qu'aiant commencé,
Choses, réelles quoi qu'étranges.

Tant que l'enfance dureroit, ?
Cette fille du Ciel en nous ne paroîtroit."

?? Qu'unc tendre & foible lumiere;' !'.
L'organç écanc-plus forç, la raison perceroit

Les

[ocr errors]

Les tenebres de la matiere,
Qui toûjours enveloperoit
L'autre ame imparfaite & groffiere.
. CD.C*11.69.66mg

| CXC,
L'Homme & la Couleuvre.

UN homme vid une Couleuvre,
Ah! méchante, dit-il, je m'en vais faire une

euvre
Agreable à tout l'univers.
A ces mots l'animal pervers

(C'est le Serpent que je veux dire,
Et non l'homme , ou pourroit aisément s'y tromper.)
A ces mots le Serpent se laissant attraper
Elt pris, mis en un fac, & ce qui fut le pire,
On resolut sa mort , fût-il coupable ou non.
Afin de le payer toutefois de raison,

L'autre lui fit cette haranguc. Symbole des ingrats, étre bon aux méchans C'est étre sot, meurs donc; ta colere & tes dents Ne me nuiront jamais. Le Serpent en la langue Reprit du micux qu'il put: S'il faloit condamner

Tous les ingrats qui sont au monde,

A qui pourroit-on pardonner?. Toi-même tu te fais ton procés. Jc mc fonde Sur tes propres leçons; jette les yeux sur toi. Mes jours font-en tes mains , tranche les: ta justice C'est ton utilité, ton plaisir, ton caprice;

Selon

V 4

Scion ces loix condamne-moi:
Mais trouve bon qu'avec franchise
En mourant au moins je te disc,..

Que le symbole des ingrats ,
Ce n'eit point le serpent, c'eit l'homme. Ces paroles
Firent arrêter l'autre; il recula d'un pas.
Enfin il repartit. Tes raisons sont frivoles: .
Je pourrois décider ; car ce droit m'appartient:
Mais rapportons nous en. Soit fait, dit le rcprile,
Une vache étoit là, l'on l'appelle, clle vient;
Le cas est proposé, c'étoit chose facile.
Faloit-il pour cela, dit-elle, m'appeller?
La Couleuvre a raison, pourquoi diffimuler?.
Jo nourris celui-ci depuis longues années ;.
Il n'a sans mes bienfaits paffè nulles journées;
Tout n'est que pour lui seul; mon lait & mes enfans,
Le font à la maison revenir les mains pleines;
Même j'ay rétabli fa santé que les ans

Avoient alteréc, & mes peines Ont pour but fon plaisir ainsi que fou besoin. Enfin me voilà vieille; il me laisse cn un coin Sans herbe; s'il vouloit encor me laisser paitre! Mais je suis attachée, & si j'cufla cu pour maître Un serpent, eût-il fccu jantais pousser si loin L'ingratitude ? Adieu. J'ai dit ce que je pense. L'homme tout étonné d'une telle fentence Dit au serpent: Faut-il croire ce qu'elle dit? C'est unc radoteuse, elle a perda l'efprit. Croions ce Bæuf. Croions, dit la rempante béte: Ainsi dit, ainsi fait. Le Bæuf vient à pas lents.. Quand il eut ruminé, tout le cas en fa téte,

Il dit que du labeur des ans : Pour nous leurs il portoit les soins les plus pesans 2

[ocr errors]
« PoprzedniaDalej »