Obrazy na stronie
PDF
ePub
[graphic]

Mais le desir de voir & l'humeur inquiete
L'emporterent enfin. Il dit: Nc pleurez point
Trois jours au plus rendront mon ame satisfaite:
Je reviendrai dans peu conter de point en point
09. Mes avantures à mon frere asb del banco
Je le desennuirai : quiconque ne voit guerejov od
N'a guere à dire auff). Mon yojage dépeinterion

Vous sera d'un plaisir extréme.
Je dirai : j'étois là; telle chose m'avint,

Vous y croirez étre vous méme.
A ces mots en pleurant ils se dirent adieu.
Le voiageur s'éloigne; & voilà qu'un nuage
L'oblige de chercher retraite en quelque lieu,
Un seul arbre s'offrit, tel encor que l'orage
Mal-traita lc Pigeon en dépit du feuillage.
L'air devenu ferein il part tout morfondu,
Seche du mieux qu'il peut son corps chargé de pluie,
Dans un champ à l'écart voit du bled répandu,
Voit un Pigeon auprés, cela lui donne envie:
Il y vole, il est pris; ce bled couvroit d'un las

Les menteurs & traitres appas...de Le las étoit usé; si bien que de son aisle, 2 tot De ses pieds., de son bec, l'oiseau le rompt enfin: Quelque plume y perit: & le pis du destin Fut qu'un certain, Vautour à la ferre cruelle Vit nôtre malhcureux, qui trajnant la fifcclle, Et les morceaux du las qui l'avoit attrapé, JOT ** Sembloit, un forçat échapéula ingerol Sol Le Vautour s'en alloit le lier, quand des nuës, o Fond à son tour un Aigle aux aisles étenduës. Le Pigeon profita du conflit des voleurs, no S'envola, s'abatit aupres d'une mazure,

Crut pour ce coup que ses malheurs

[ocr errors]

Finiroient par cette avanture:
Mais un fripon d'enfant, cet âge est sans pitié,
Prit fa fronde, & du coup tua plus d'à moitié

La volatile malheureusc,
Qui maudiflant (a curiofité,
Trainant l'aille, & tirant le pié,
Demi morte, & demi boiteuse,
Droit au logis s'en retourna:,,,
Que bien que mal clle arriva, ,

Sans autre avanture facheuse, is w
Voilà nos gens rejojots, & je laisse à juger,
De combien de plaisirs ils payerent leurs peines.
Amans, heureux avans, voulez-vous voyager 2.0

Que ce soit aux rives prochaines. Soiez-vous l'un à l'autre un monde toûjours beau,

Toûjours divers toûjours nouveau;... Tenez vous lieu de tou!, contes pour rien le reste; J'ai quelquefois aimé, je n'aurois pas alors, jir

Contre le Louvrc & ses tresors, .... A Contre le Firmament & fa voute celeste, :) .::Changé les bois, changé les lieux, Honorez par ļas pas, éclairer par les yeux

Dc l'aimable & jeunc bergeren

Pout qui, sous le fils de Cytherei, i Je servis engagé parimes premiers sermens, Helas! quand reviendront de semblables moqmens, Faut-il que tant d'objets si doux & 6 charmans Melaislent viro au gré de mon ame inguiere?.. Ab fi. mon caur ofoi encor se renfâmer!, Ne sentirai-je plus de charme qui m'arréte?. 500 Ai-je pafilé le temps d'aimer!,9 pesos pon. .]

L' ; 1:?xvii. 'isi 4,2!! .

[ocr errors]
[ocr errors]

CLXXI. Le

69EEDED. CLXXI.

3.4 Le: Singe & le Leopard.. I E Singe avec le Leopardi L Gagnoient de l'argent à la foire:

Ils affichoient chacun à part. » L'un deux disoit : Meffieurs', mon merite & ma

iii. , gloire " ! Sont connus en bon lieu, le Roi m'a voulu voir ;

Et si je meurs il veut avoir
Un manchon de ma peau ; täät elle est bigarrée,

Pleine de taches, marquetée .
Et vergetée, & mouchetée. 2; i

i. La bigarrure plait ; partant chacun le vit...' , Mais ce fut bien-tôt fait, bien-tôt chacun fortit, Le Singe de la part difoit: Venez de grace, 13) Venez Messieurs; Je fais cent tours de passe palle. Cette diversité dont on vous parle tant, . " Mon voisin Leopard l'a fur foi seulement; '; Moi je l'ai dans l'esprit; votre serviteur Gille,

Coulin & gendre de Bertrand,6, 373?“. ? " Singe du Pape en son vivant 1. 1.? 1

Tout fraîchement en cetie ville...).
Arrive en trois batcaux, exprés pour vous parler;
Car il parle, on l'entend, il fait danser , baler,

Faire des tours de toute forte; * ;
Paffer en des cerceaux'; & le tout pour fix blancs;
Non, Messieurs, pour un sou; si vous n'étes contens,
Nous rendrons à chacun fon argent à la porte.

[ocr errors]

Le Singe avoic raison; ce n'est pas sur l'habit ,
Que la diversité me plait, c'est dans l'esprit :
L'une fournit coûjours des choses agréables;
L'autre en moins d'un moment;lafle les regardanş.
O que de grands Seigneurs au Leopard semblables,

N'ont que l'habit pour tous talens! , 1

CLXXII. .
Le Glan & la Citroüille.
Icu fait bien ce qu'il fait. Sans en chercher la

preuve En tout cet Univers, & l'aller parcourant, :; Dans les Citroüilles je la treuve.

Un villageois considerant,
Combien ce fruit et gros, & la tige menuë,
A quoi songeoit, dit-il, l'Auteur de tout cela?
Il a bien mal placé cette Citroüille-la?

Hé! parbleu, je l'aurois, penduë
A l'an des chénes que voilà.
C'eût été justement l'affaire ; :1."

Tel fruit, tel arbre, pour bien faire, il C'est dommage, Garo, que tu n'és point entré :Au conseil de celui quc préche ton Curé; i Tout eu eût été mieux: car pourquoi, par exemple, Le glan, qui n'est pas gros comme mon petit doigt.

Ne pend-il pas en cet endroit?.. Dieu s'est mépris; plus je contemple. A Ces fruits ainti: placez, plus il semble à Garo: 3) Que l'on a fait un quiproquor..... .",) S

Cette

ارد

Cette reflexion enibárraffant notre homme; wl
On ne dort point, dit-il, quand on a tant d'esprit.
Sous uv chêne ausfi-rot il va prendre son somme.
Un glan tombe; le néz du dormeur en patit. . :
JP s'éveille; & portant la main sur fon visage, ..
Il trouve elicor le Glan pris au poil du menton.
Son nez meurtri le force à changer de langage;
Oh, oh, dit-il , je faigne! & que seroit-ce donc
S'il fut tombé de l'arbre unc masse plus lourde,

Et que ce Glan eût été gourde?
Dieu ne l'a pas voulu: sans doute it eut raison;

J'en.vois bien à présent la caule.

En loüant Dieu de toute chose si p.Garo retourné à la maison suid

[ocr errors]

Ertain enfant qui sentoit fon College, ..

Doublement for, & doublement fripona
Par le jeune âge, & par le privilege .fi)

Qu'ont les Pedants de gâter la raison.:: pis
Chez un voisini déroboit, ce diton, doen,
Er fleurs & fruitsu Ce voisin en Automne ::
Des plus beaux dons que nous offro Pomonc
Avoit la fleur, les autres le rebutar: povesti ?
Chaque raison apportoit fon tribúc: ;*5";
Car au Printemps ilgjoüilloit encore ae': 0;
6:5)

« PoprzedniaDalej »