Obrazy na stronie
PDF
ePub

Compagnon du défunt;Tous deux gisent sur l'herbe.
La proye étoit honnéte, un Daim avec un Fan,
Tout modeste Chasseur en eût été content; 1.1:7
Cependant un Sanglier, monstre énorme & fuperbe,
Tente encor nôtre archer friand de tels morceaux.
Autre habitant du Styx : la Parque & ses ciseaux
Avec peine y mordoient; la Déesse infernale
Reprit à plusieurs fois l'heure au monstre fatale..
De la force du coup pourtant il s'abatit. .
C'étoit assez de biens; mais quoi, rien ne remplit
Les vastes appetis d'un faiseur de conquétes.
Dans le temps que le Porc revient à soy, l'archer
Voit le long d'un fillon une perdrix marcher,

Surcroit chetif, aux autres tétes.
De son arc toutesfois il bande les ressorts.
Le sanglier rappellant les restes de la vie
Vient à luy, le découit, meurt vangé sur son corps :

Et la pérdrix le remercic. . . Cette part du recic s'adressc au convoiteux: L'avare aura pour luy le reste de l'exemple. Un Loup vit en passant ce spectacle piteux. , O Fortune, dit-il, je te promets un iemple. Quatre corps étendus! que de biens! mais pourtant Il faut les ménager, ces rencontres sont rares.

(Ainsi s'excusent les avares,) i J'en auray, dit le Loup, pour un mois, pour autant. Un, deux, trois, quatre corps, ce sont quatre semaines,

| Si je sçais conter, toutes pleines. Cominençons dans deux jours; & mangeons cepen

dant La corde de cet arc; il faut que l'on l'ait faite De vray boyau ;-Podeur me le témoigne affez.

En disant ces mots il se jetre'.

SUT

Sur l'arc qui:fc détend, & fait de la fagette lies Un nouveau mort, mon Loup a lcs boyaux percez. Je reviens à mon texte: il faut que l'on jouisse; Témoin ces deux gloutons punis d'un sort commun; 7. La convoitise perdit l'un; ..

L'autre perit par l'avarice. '

CODIGO 629) DTD126009). i ii.cit. CLXIX...?.. 9 Le Dépofitaire infidele.

Race aux Filles de memoire

J'ai chanté des animaux:
Peut-étre d'autres Heros
M'auroicnt aquis moins de gloire..
Le Loup en langue des Dieux .
Parle au Chien dans mes ouvrages.
Les Béres à qui mieux mieux ; .
Y font divers personnages; ...
Les uns fous, les autres Tages;
De telle sorte pourtant
Que les fous vont l'emportant;
La mesure en est plus pleinc.
Je mets aussi sur la Scene
Des Trompeurs, des Scelerats, ...
Des Tyrans, & des Ingrats,..
Mainte imprudente pecore,
Force Sors, force Flatcurs; i ;'.
Je pourrois y joindre encorer.
Des lcgions de Monteurs.

Tout

1 Tout homme mént, dit le Sagep ob food ::A
S'il n'y mettoit seulement i altiov sbnr :11
Que les gens du bas étage, una iupo il
On pourroit aucunemcrit !!!! 2012 :
Souffrir ce defaut aux hommes :! efiri

Mais que tous távt' quc nous Tommes ? ,, - 20 Nous mentions, grand & petic, ini anpisi:

Si quelque laútreil avoit 'dit; jutuh ::! 46 onuje foûtiendrois le contraire, ibidurtis indo

Et méme qui mentiroit wie Jilaus-166B:

Comme Efopel & comme Homerc, 12:17 37 Un vray menteur ne feroit..!): 755305

Le doux charme de maint Tongenit . )

Par leur bel'art inventé, initum elitis. 11Sous les habits du mensonges71b 299OH :) 791Nous offre la vérité',7, 1 min einem

L’un & l'autre a fait un livre: ziov 9111
Que je viens digne de vivre!!! no 79005 50
Sans fin, & plus s'il se peut: up li-041
Comme eux ne ment pas qui veut,! !!
Mais mentir comme fçûr faire for violin)
Un certain Dépositaire oport a's TIF
Payé par fon propre mot, 111?) util
El d'un méchant, & d'un fouil bus: i!
Voici le fait. Un trafiquant de Perseis
Chez fon voisin, s'en allant en commerce,

Mit cn dépot un cent de fer un jours :9 Mon fer, dit-il, quand il fut de retour. '* ; :) Vôtre fer? il n'eft plus: :J'ai regret de vous dire,

Qu'un Rat l'a månge tout entier. A sis) J'en ay grondé mos gens: mais qu'y faire? un Greniée A roújóûrs quelque trou: Le trafiquant admirc , ; Un tel prodige, & feint dc le croire pourtant. I

Au bout de quelques jours il détourne l'enfant
Du perfide voisin; puis à souper convie
Le perc qui s'excuse, & lui dit en pleurant, ,

Dispensez moi, je vous supplie:

Tous plaihiss : pour moi font perdus.
J'aimois un fils plus que ma vie::.
Je n'ai que lui; que dis-je? hclas! je ne l'ai plus.
On me l'a dérobé, Plaigncz inon infortune.
Le Marchand repartit: Hier au soir sur la brune
Un Chat-huant s'en vint votre fils enlever.
Vers un vieux bâtiment je le lui vis porter. ;
Le pere dit; Comment voulez-vous que je croye
Qu'un Hibou pût jamais emporter cette proye?
Mon fils en un besoin eût pris le Chat-huani,
Je ne vous dirai point, reprit l'autre, comment,
Mais cnfin je l'ai veu , vcu de mes yeux, vous dis-je,

Et ne vois rien qui vous oblige
D'en douter un moment aprés, ce que je dis.

Faut-il que vous trouviez étrange

Que les Chat-huans d'un pays , Où le quintal de fer par un seul Rat se mange, Enlevent un garçon pesant un demi cent? L'autre vit où tendoit cette feinte avanture, i

Il rendit le fer au Marchand :: :!

Qui lui'tcndit sa geniture... ...... Méme dispute ayint entre deux voyageurs. i.

L'un d'eux étoit de ces contours .., Qui n'ont jamais rien veu qu'avec un microfcope. Tout eft Geant chcz çux: Ecoutez-les, l’Europe, Comme l'Afrique aura des monstres à foison. Célui-ci se croyoit l'hyperbole permise. 10." L'ay veu, dit-il, un chou plus grand qu'une maison. Et moi, dit l'autre, un poc aufligrand qu'une Eglife

Le

Le premier se moquant, l'autre reprit: tout doux;

On le fit pour cuire vos choux... L'homme au pot-fut plaisant ; l'homme au fer fut ha-105 .

bile. . Quand l'absurde est outré, l'on lui fait trop d'honneur De vouloir par raison combattre son erreur; Encherir elt plus court, sans s'échauffer la bile.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Les deux Pigeons, n Eux Pigeons 's'aimoient d'amopr tendre: ;;

L'un d'eux s'ennuiant au logis,!!* 310 Fut afscz fou pour 'entreprendre

Un voiage en lointain Dais. Gin): bil · L'autre lui dit: Qu'allez-vous faire ?..bis 2 Voulez-vous quitter vôtre freres i en

L'absence eit le plus grand des maux;;, Non pas pour vous, cruel : Au moins que les travaux, idün Les dangers, les soins du voiage,

Changent un peu rôtre courage. :?;
Encor fi la saison s'avançoit davantage!
Attendez les Zephirs';. Qui vous prette on Corbeau
Tout à l'heure antronçoit malheur à quelque oiseau.
Je ne songerai plus que rencontre' funeftc,
Qué Faucons, que Rezeaux. Helas! dirai-je , il pleut

Mon frere a-t il tout ce qu'il veur;
Bon foupé, bon gîte, & le restea .
Ce discours ébranla le coeur !
De nôtre imprudent voyageet;)
§ 3

Mais

« PoprzedniaDalej »