Obrazy na stronie
PDF
ePub

De former d'autres orages: :,. ? . .1..
Ils feroient feurs. On sourit : ..
On lui dic qu'il étoit pere:, ..
Et qu'il laiflast pour le mieux
A quelqu'un des autres Dicux. i.
D'autres tonnerres à faire. . .
Vulcan entreprit l'affaire, i, .. ..
Ce Dieu remplit ses fourneaux ;..
De deux sortes de carreaux. ;
L'un jamais ne se fourvoye,'.
Et c'est celuy quc toûjours
L'Olympe en corps nous envoye.

L'autre s'écarte en son cours;;
. Ce n'est qu'aux monts qu'il en coutc:
• Bien fouvent méme il se perd,

Et ce dernier en fa route, -
Nous vient du feul Jupiter,

[ocr errors]

word.Connon cet...cups ..?" CLXII.

:
Le Fancon & le Chapon.
U Ne traitresse vois bien souvent vous appelle;

Ne vous pressez donc nullement:'.
Ce n'étoit pas un sot, non, non, & croyez m'en,

Que le Chien de Jean de Nivelle. Toin
Un citoien du Mans Chapon de son métier

Etoit fomnmé, de comparaitre

Par devant les lares du maître,
Au pied d'un tribunal que nous nommons foyer.
Tous les gens luy crioient pour déguiser la chose,
R 4

Pe.

Petit, petit, petit: mais loin de s'g fier; ;
Le Normand & demi laifloit les gens crier ;.
Serviteur, disoit-il, vörre appat ieft groffier ;!;

On ne m'y tient pas ; & pour cause. !
Cependant an Faucon fur fa perchergoyait

Nôtre Manceau qui s'enfuyoitico; g ia Les Chapons ont en nous fort peu de confiance,

Sojt instinct, soit experience.com1is..) Celui-ci qui ne fût qu'avec peine attrapé, i Devoit le lendemain, étré d'un graid foupé; Fort à l'aise, en un plat , honneur dont la volaille

Sc feroit passée aisément. 199., ., L'Oiseau chasseur luy dit: Ton peo d'entendement Me rend tout étonnć: Vous n'éres que racaille, Gensgrossiers, fans esprit , à qui l'on n'apprend rien. Pour moy, je sçais challer & revenir au maître.

Le vois-tu pasià la feneftres, jurat vi Il t'attend, es-tu lourd? Je n'entends que trop bien, Repartir le Chapon, Mais que no veutail direys Et ce beau Cuilinier armé d'un grand couteau?

Reviendrois-tu pour cet appeau;

Laisse-moy fuir, cesse de fire · De l'indocilité qui me fait cnvolshi Lors que d'un ton si doux on s'en vicut m'appeller. s. Si tu voyois mettre à la brochet 5

Tous les jours autant de Fauconso gais. Que j'y vois mettre de Chapons, ! ' 'no' Tu bę mę ferois pas un semblablerreptochcovo

, : ijrosida oh ,, U Oregano 3, ;,

LOT -* pgi 101",; it's ...i'" , "ini vitit 17.5, DAL CIVIL polonenmedia A

or CHall, Lee

[ocr errors]

.CLXIŲ..:

Le Chat & le Rat... Vatre animaux divers, le Chat grippe-fromage, Trifte oiseau le Hibou, Ronge-maille le. Rat, Dame Bcllette au long corsage,.. .

Toutes gens d'esprit scelerat, Hantoient le tronc pourry d'un pin vieux & sauvage. Tant y furent qu'un soir à l'entour de ce pin L'homme tendit ses rets. Le Chat de grand matin

Sort pour aller chercher sa proye, Les derniers traits de l'ombre empeschent qu'il ne

voye Le filet; il y tombe, en danger de inoarir; I Et mon Chat de crier, & le Rat d'accourir,. L'un plein de desespoir, & l'autre plein de joyc. , ::Il voyoit dans les laqs son mortel canerny."

Le pauvre Chat dit: Cher amy, Les marques de ta bienveillance,

Sont communes en inon endroit. Vien m'aider à fortir du piege où l'ignorance M'a fait tomber; C'est à bon droit Que seul entre les tjens par amour singuliere *** Je t'ay toujours choyé, i'aimant comme mes ycux. Je n'en ay point regret & ,j'en rendsgrace aux Dieux.

Pallois leur faire ma priere; Comme tout devot Chat en use les matins. Ce rezeau mc retient; ma vie est en tes mains. . Vicp dissoudre ces næuds. Et quelle recompense I. VI) RI

En

1:1

En auray-je? reprit ļe Rat.
Je jare éternelle alliance

Avec toy, repartit 1c Chat.
Dispose de ma griffe , & fois en assurance:
Envers & contre tous, je te prolegeray.

Et la Belette mangeray" O

Avec l'époux de la Chouette. Is t'en veulent tous deux. Le Rat dit: Idiot : .' Moy ton liberateur? je ne suis pas fi fot.

Puis il s'en va vers sa retraite. .

La Belette étoit prés du trou... Le Rat grimpe plus haut; il y void le Hibou : Dangers de toates parts; le plus pressant l'emporte. Ronge-maile retourne au Chat, & fait en sorte Qu'il détache un chaisnon, puis un autre & puis cant

Qu'il dégage enfin l'hypocrite.. ;

L'homme paroit en cet instant.
Les nouveaux allicz prennent tous deux la fuite.
A quelque-temps de là nôtre Chat vit de loin''.
Son Rat qui se tenoit à l'erte & sur les gardes. .
Ah! mon frerc, dit-il, vien m'embrasser : ton soin

Me fait injure; Tu regardes
Comme ennemy ton allié.
Penses-tu que j'aye oublié

Qu'aprés Dieu je te dois la vie ?
Et moy, reprit le Rat, penses-tu que j'oublie'-.

Ton naturel? aucun traité
Peut-il forcer un Chat à la reconnoiffance; .'

S'assure-t-on für l'alliance 01::.
Qu'a faite la neccfsitć?'ins 9" '

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]
[ocr errors]

conducentem :

CLXIV.
Le Torrent & la Riviere.

A Vec grand bruit & grand fracas, .. . toute
A Un Torrent tomboit des montagnes:
Tout fùyoit devant luy; l'horreur suivoit ses pas;

Il faisoit trembler lcs campagnes..
Nul voyageur n'osoit pafler

Une barriere fi puissante: none
Un seul vit des voleurs, & fc fentant presser,
Il mit entre eux & luy cette onde menaçantc.
Ce n'étoit que menace, & brait, sans profondeur ;
Nôtre homme enfin n'eut que la peur.

Ce succés luy donnant courage, Žitin Et les mêmes voleurs le poursuivant toûjours,?!..

Il rencontra sur son passage ' ;" Une Riviere dont le cours . ' Image d'un fomincil doux, paisible & tranquille Luy fit croire d'abord ce trajet fort facile. ... Point de bords escarper, un sable pur & net.

Il entre, & fon cheval le meti , A couvert des voleurs, mais non de l'onde noire: , Tous deux au Styx allerent boire; ons

Tous deus à nager malheureux. . - ! Allerent traverser au sejour tenebreux, ni

Bien d'autres fleuves que les nôtres, i
Les gens fans bruit font dangereux; -' "
Il n'en est pas ainsi des autres. -.

CLXV: L'E

« PoprzedniaDalej »