Obrazy na stronie
PDF
ePub

ros.
c om.com CENDITADO

min. CLIX. .::;
Le Basa & le Marchand.

UN Marchand Grec on certaine contrée

Fajfoit trafic. Un Bassa l'appuyoit; Dequoi lc Grec en Balla le payoit, Non en Marchand : tant c'eft chere denrée Qu'un proiecteur. Celui-ci coûtoit tant, Que nôtre Grec s'alloit par tout plaignant. Trois autres Turcs d'un rang moindre en puissance Lui vont offrir leur support en commun. Eux trois vouloient moins de reconnoissance Qu'à ce Marchand il n'en coûtoit pour un. : Le Grec écoute: avec cux il s'engage; . Et le Bassa du tout est averty: Mémc on lui dit qu'il joúra's'il est fage, ; A ces gens-là quelquç méchant party, Les prévenant, les chargeant ď'un message Pour Mahomet, droit en fon Paradis, Ec Tans tarder ; Sinon ces gens unist i Le préviendront, blen certains qu'à la ronde, Il a des gens tout prests pour le venger. Quelque poison 1'envoyra proteger Lės trafiquans qui font en l'autre Monde. Sur cet avis lc Turc se comporta 5. Comine Alexandre & plein de confiance

Chez le Marchand tout droit il s'en alla; · Sc mit à table:-on vit tant d'assurance . En les discours & dans tout son maintien;

Qu'op

Qu'on ne crût point qu'il se doutast de rien.
Ami, dit-il, je fais que tu me quites: : .
Méme l'on veut que j'en craigne les suites;.
Mais jc te crois un trop homme de bien:
Tu n'as point l'air d'un donneur de brcuvage.
Je n'en dis pas la deflus davantage.-::..
Quant à ces gens qui pensent t'appuyer,
Ecoute-moi. Sans tant de Dialogue,',
Et de raisons qui pourroient t'ennuyers
Je ne te veux conter qu'un Apologue,
Il étoit un Berger, fon Chien, & foń troupeau.
Quelqu'un lui demanda ce qu'il prétendoit faire

D'un Dogue de qui l'ordinaire
Etoit un pain entier. Il faloit bien & beau
Donner cet animal au Seigncur du village. )

Lui Bergei pour plus de ménage

Auroit deux ou trois maltineaux, Qui lui dépensant moins veilleroient aux trou.

peaus. :. Bien mieux que cette bére seulc. į s ;.!! Il mangeoit plus que trois: mais on ne disoit pas

Qu'il avoit aufli triple gucule un ri

Quand les Loups livroient des combats. it Le Berger s'en défait: U prend trois chiens de taille A lui dépenser moins, mais à fuir la bataille. i Le troupeau s'en sentit, & qu te sentiras

Du choix de femblable canaille. ..
Si tu fais bien, tu reviendras à moi.
Le Grec le crut. Ceci montre aux Provinces )
Que tout compté mieux vaut en bonne-foi , i
S'abandonner à quelque puissant Roi,
Que s'appuier de plusieurs perits Princes.

R

2

CLX.

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

CLX. !.

L'avantage de la Science. I Ntre deux Bourgeois d'une Ville LS'émeut jadis un different. '; .

L'un étoit pauvre, mais habile; L'autre riche, mais ignorant.

Celui-ci fur son concurrent ":

Vouloit emporter l'avantage: Lodi
Prétendoit quc cout 'homme sage:

Etoit tenu de l'honorer. 1
C'étoit tout homme fot; car pourquoi reverer

Des biens dépourvcas de meritç?
La raison m'en femble petite.
" Mon ami, difoit-il souvent -ia on

Au lavant,
Vous vous croiez considerablc;

Mais dites-moi, tenez vous table?
Que sert à vos pareils de lire inccflamment:
Ils sont toûjours logés à la troisiéme chambre,
Vétus' au mois de Juin comme au mois de Decembre.
Aiant pour tout Laquais leur ombre seulement.

La Republique a bien affaire
De gens qui ne dépensent rien :

Je nc fais d'homme neceflaire
Que celui dont le luxe épand beaucoup de bien.
Nous en ufons, Dieu fait : notre plaisir occupe
L'Artisan, le vendeur, celui qui fait la jupe,
Et celle qui la porte; & vous qui dédiez

A Messieurs les gens de Finance
De méchans livres bien paiez,
Ces mots remplis d'impertinence,

Eurent le sort qu'ils méritojent...
L'homme lettré se teut, il avoit trop à dire.
La guerre le vengca, bien mieux qu'unc lacyre.
Mars détruisit le lieu que nos gens habitoient.

L'un & l'autre goita sa Ville.
L'ignorant resta fans azile;

Il receut par tout des mépris ;
L'autre receur par tout quelque faveur nouvelle.

Cela décida leur querelle.
Laissez dire les fots; le savoir a son prix.

WAG MONDIDOCET.6643

CLXI.
Jupiter ES les Tonnerres.
T Upiter voiant nos fautes,

Dit un jour du haut des airs:..
Rempliffons de nouveaux hôtes.
Les cantons de l'Univers,
Habitez par cette race
Qui m'importune & me laffe.
Va-t-en, Mercurc, aux Enfers;
Ameine-moi la Furie
La plus cruelle des trois.
Race que j'ai trop cherie,
Tu periras cette fois,
Jupiter pe carda guerc
A moderer son transport,

R 3

O vous Rois qu'il voulut faire
Arbitres de notre fort,
Laissez entre la coleret : .
Et l'orage qui la suit'. :p die

L'intervalle d'une nuit. vi...
· Le Dicu dont l'aille elf legere, :.
Et la langue a des douccurs,
Alla voir les noires Sæurs;
A Tisiphone & Mégere; ..
Il préfera, cc dit-on, "
L'impitoyable Alecton.'
Cc chcix la rendit si fiere,
Qu'elle jura par Pluton
Que toute l'engeance humaine
Seroit bien-tôt du domaine in
Des Deïteż dc là bas.
Jupiter n'approuva pasi
Le serment de l'Eumenide. ...
Il la renvoie, & pourtant":
Il lance un foudre à l'instant
Sur certain peuple perfide.
Le tonnerre ayant pour guiden
Le pere méme de ceux
Qu'il menaçoit de ses feux,.
Se contenta de leur crainte,
Il n'embraza que l'enceinte
D'un desert inhabité.
Tout pere frape à collé.
Qu'arriva-t-il? nôtre engeance
Prit pied sur cette indulgence,
Tout l'Olympe s'en plaigniit:
Et l'assembleur de nuages
Jura le Ştix, & promit

perfide."171..

« PoprzedniaDalej »