Obrazy na stronie
PDF
ePub

comprendre concert

Les Loups E6, les Brebis.

A Prés mille ans & plus de guerre declarée, A Les Loups firent la paix avecque les Brebis C'étoit apparemment le bien des deux partis : Car fi les Loups mangeoient mainte béte égarée, Les Bergers de leur peau se faisoient maints habits. Jamais de liberté, ni pour les pâturages, marron

Ni d'autre part pour les carnages, the Ils ne pouvoient jouir qu'en tremblant de leurs biens. La paix se conclut donc; on donne des ôtages; Les Loups leurs Louvetaux , & les Brebis leurs

o ab wd Chiens. Spin L'echange en étant fait aux formes ordinaires,

Et reglé par des Commissaires. Our til Au bout de quelque-tenips que Messieurs les Louvats Se virent Loups parfaits & friands de tuerie, Ils vous prennent le temps que dans la Bergerie 520 Meflieurs les Bergers n'étoient pas; Siono Etranglent la moitié des Agneaux les plus gras; Les emportant aux dents, dans les bois fe rctirent. Ils avoient averti leurs gens secretement.rgt Lcs Chiens, qui sur leur foi repofoient seurement,

Furent étranglez en dormant. ova zoba
Cela fut fi-tôt fait qu'à peine ils le sentirent.
Tout fut mis en morceaux; un seul n'en échapa.

Nous pouvons conclure de-là,
Qu'il faut faire aux méchans guerre continuelle.

[graphic]

La paix eft fort bönne" dè foi: :::::..
J'en conviens; mais dequoi fert-elle : .
Avec des ennemis fans foi?uri ;

...: LVI.
* Le Lion devenu vieux"

I E Lion terreur des forets, .;.
L Chargé d'ans & pleuratit fon antique proceffe',
Fut enfin attaqué par ses propres sujets

Devenus forts pag fa foibleflo. " !
Le Cheval s'approchant lui donne un coup de pié.
Le Loup un coup de detit, lé Boëufun coup decorne,
Le mal-heureux Lion lanğüiffant, triste & morne;
Peut à peine rugir par l'âge estropié. . .,
Il attend son destin fans faire aucunes plaintes;
Quand voyant l'Ane même à fon antre accourir,
Ah c'est trop, lui dit-il, je voulois bien mourir,
. Mais c'est mourir deux fois que souffrir ces atteintes,
63.cnn.c om.co

i LVII.
.-..Philomele 65. Progné. .....

dwo
1 Utrefois Prögné l'hirondelle .sie:
A Dc fa demeure s'écarta; .. a
Et loin des Villes s'emporta 1.': "E'
Dans un bois où chantoit la pauvre Philomele.

Ma

Ma fæur,lui dit Progné, comment vous portez-vous?
Voici tantôt 'mille ans que l'on ne vous a 'vúë:
Je ne me souviens point que vous soyez venuë
Depuis le tems de Thrace habiter parmi nous.

* Dites-moi, que pensez vous faire?...
Ne quitterez-vous point ce sejour solitaire?"
Ah! reprit Philomele, 'en est-il de plus doux?
Progné lui repartit; Et quoi, cette musique

Pour ne chanter qu'aux animaux

Tout au plus à quelque rustique? Le desert est-il fait pour des talens fi bcaux . Venez faire aux citez éclater leurs merveilles.

Aufli bien en voyant les bois, . Sans cesse il vous souvient que Teréc autrefois : Parmi des demeures pareilles, Exerça sa fureur sur vos divins appas." Et c'est le souvenir d'un fi cruel outrage, Qui fait, reprit sa fæur, que je ne vous luis paš.

En vojant les hommes, helas? . Il m'en fouvient bien davantage. ...,

..i i.: LVII. : ,;

La femme noyée. TE ne suis pas de ceux qui disent; Ce n'elt tica;

C'est une femme qui se noye.

Je dis que c'est beaucoup; & ce sexe vaut bien Que nous le regretions, puisqu'il fait notre joye. Cc que j'avance ici n'est point hors de propos; :

Puisqu'il s'agit en cette Fable, toile

D'uns

Des gens mari donc lemme appeare chez la ply

D'une femme qui dans les flots
Avoic fini fes jours par un fort déplorable. .

Son cpoux en cherchoit le corps,
Pour lui rendre en cette avanture
Les honneurs de la sepulture.
H arriva que sur les bords : 4:2

Du fleuve, auteur de la disgrace,
Des gens se promenoient ignorans l'accident.

Ce mari donc leur demandant des
S'ils n'avdicnt de la femme apperceu nulle tracer
Nulle, reprit l'un d'eux, mais cherchez la plus bas ;

Suivez le fil de la riviere. ..! !!
Un autre repartit: Non, ne le suivet pas;

Rebrouflet piacot cn arriere."
Quelle que soit la pente & l'inclination !!

Dont l'cau, par la course l'emporte,
L'esprit de contradiction

? ) L'aura fait floter d'autre force. A i ! Cét homme se railluit affer hors de faifon.

Quant à l'humeur contredifante, i wis
- Je ne sai s'il avoit raison, die sie
Mais que cette humeur soit du non-01. }
Le défaut du fexe & fa pente;

i
Quiconque avec elle naîtra, is
Sans faute avec elle mourra, 57 wit,
Et jufqu'au bout contredira ; V
Et, s'il peut, encor par delà ... )

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

97017 LIX. 9b?" : jaren.

.;; so ob 21ficies La Belette entrée dans un Grenier. T Amoiselle Belette au corps long & flouet,

Entra dans un Grenier par un trou fort étroit.

Elle Tortoit de maladie. ","1799... Là vivant à discreționals,

L .
La galande fit chere lice: Hindi ring

Mangea, rongea ; Dieu fait la vie,
Et le lard qui perit en cette occalion. Egils

La voila pour conclusion in' "
Grafle, mafluë, & rebondie
Au bout de la semaine ayant diné son sou,
Elle entend quelque bruit, veut sortir par le trou,
Ne peut plus repasser , & croir s'étre méprise,

Après avoir fait quelques tours," C'est, dit-elle, l'endroit, me voilà bien surprise; J'ay pallé par ici depuis cing ou fix jours,

Un Rat qui la voyoit en peine - Dinn Luidit: Vous aviez lors la panse un peu moins pleine; Vous étes maigre entrées il faut maigre sortir. Ce que je vous dis-là, l'on Is dit à bien d'autres. Mais ne confondons point, par trop approfondir,

Leurs affaires avec les vôtres.

« PoprzedniaDalej »