Obrazy na stronie
PDF
ePub

Les Brebis, le Chien , le Garçon....
Le pauvre Loup dans cét esclandre
Empéché par son hoqueton,
Ne ptit ni fuir ni se défendre.

Toujours par quelque endroit fourbes se laissent preo

. . ." dre. ( 7 ) , (i Quiconque est Loup, agisse en Loup. ,'. C'est le plus certaio de beaucoup, ivi!!;s

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

| Es Grenouilles fe laflage". ira
LDe l'état Democratique, .
Par leurs clameurs firent tant
Que Jupin les soumit au pouvoir Monarchique.
IT leur tomba du Ciel an Roi tout pacifique : :
Ce-Roi fir toutefois un tel bruit en tombant',

Que la gent marécageuse, ... superior
Gent fort fotte & före poureufe, de
S'alla cacher sous les eaux, : :
Dans les joncs, dans les roscaux.?:01

Dans les trous du marécage,''::.
Sans oser delong-temps regarder au visage ;
Celui qu'elles croyoient être an geant nouveay.

Or c'étoit un sóliveau: 1 . ; ' De qui la gravité fit peur à la premiere, vi Qui de le voir s'avanturant

.*** totT * Ola

[graphic]

Ofa bien quitter fa taniere. 1 xb EUDE

Elle approcha, mais en tremblant.
Une autre la suivit, une autre en fit autant,

Il en vint une fourmiliere; 57001
Et leur troupe à la fin fe rendit familiere
Jusqu'à sauter sur l'épaule du Roi.
Le bon Sire lc fouffre, & se tient toûjours coi.
Jupin en a bien-tôt la cervello rompuë.
Donnez-nous, dit ce peuple, un Roi qui fercmuc.
Le Monarquc des Dieux leur envoye une Gruë,

Qui les croquc', qui les tuë, 1 no't Donn
Qui les gobe à son plaisir ; brosch

Et Grenouilles de fe plaindre; ideo :
Et Jupin de leur dire: Et quoi, vôtre defits

A fes Loix croit-il nous aftraindre?
Vous avez dû premierement ob 190 DIE

Garder vôtre Gouvernement; Pe!
Mais ne l'ayant pas fait, il vous devoit suffire
Que vôtre premier Roi fût debonnaire & doux: 7

De celui-ci contentez-vous, 2010
De peur d'en rencontrer un pire. 'com..
:201 ist i 1915 10 20 erine
con consentas 90.000

3188L.
Dimana 119 12 XLVII. Dragutin tim

Le Renard & le Bouc. ...?
Apitaine Renard alloit de compagnie

Avec son ami Bouc des plus haut encornez.
Celui-ci ne voyoit pas plus loin que son nez.
L'autre étoit passé maître en fait de tromperie.
La soif les obligea de décendre en un puis.

[ocr errors][merged small]

G

3

Là chacun d'eux se.defaltere. :. :p meid e. Aprés qu'abondaminent tous deux,en eurent pris, Le Renard dit au Bouc. Que ferons-nous compered Ce n'est pas tout de boire, al faut fortir d'icie ! Leve tes piés en haut, & tea gornés aula 112! 1. Mets les contre le mur. Leslong de ton elchinc

Je grimperav premiercmient, il : 977 cod 3.
Puis sur tes cornes m'élevarit 0), 26 19 11.,
A l'aide de cette machine. 317.400.00

De ce lieu-ci je fortiraíz uzte . Oop1000M 3. Aprés quoi je t'en tiferai. :-! its' ..alion) Par ma barbe, dit l'autre, il est bon; & ja louč

Les gens bien senfez comme toi. OOTD
Je n'aurois jamais quant là mot '_!.95 Iuli

Trouvé ce secret, je l'axonë.!r: 3, 2014 Le Renard sort du pais, skaiffe: son compagnon,

Et vous lui fait un beau fermon 6? Tobie)

Pour l'exhorter à patience? 54 'cisl Si le Ciel-t'eut, dit-il, donné par excellence! Autant de jugement que de barbe au menton

Tu n'aurois pas à la legere din; 007 ( Décendu dans ce puis. Or adieu, j'en suis hors: Tâche de t'en tirer, & fais tous les efforts:

Çar pour moi j'ay certaine affaire,
Qui ne me permet pas d'arréter en chemin.

En toute chofe il faut confiderer la fin,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

ைைகைணைை 337: P . XLVII.'.; .

L'Aigle, la Laye, & la Chate. .
I 'Aigle avoit Tes petits au haut d'un arbre creux,
L La Laye au pied, la Chate entre les deux:
Et sans s'incommoder, moyennant ce partage :
Mcres & nourrissons faisoient leur tripotage.
La Chate détruisit par fà fourbe l'accord.
Elle grimpa chez l’Aigle, & lui dit: Nôtre mort,
(Au moins de nosenfans, car c'est tout un aux meres)

Ne tardera possible gueres. ,
Voyez-vous à nos piés fouïr inceffamment
Cette maudite Laye, & creuser une mine?
C'est pour déraciner le chénc asseurément,
Et de nos nourrissons attirer la ruine..
. L'arbre tombant ils seront devorez:

Qu'ils s'en tiennent pour assurez.
S'il m'en restoit un seul j'adoucirois ma plainte,
Au partir de ce lieu qu'elle remplit dë crainte,
La perfide décend tout droit in .

A l'endroit
Où la Laye étoit en gesine. "
Ma bonne amie & ma voisine,
Lui dit-elle tout bas, je vous donne, un avis.
L'Aigle, si vous sortez fondra sur, vos petits:
Obligez-moi de n'en rien dire.

Son courroux comberoit sur moi.
.. Dans cette autre famille ayant femé leftroi,
La Chate en son trou se retire. Men

G 4: :, .

[graphic]

L'Aigle n'ose sortir, ni pourvoir aux besoins

De ses petits : La Laye encore moins : Sottés de ne pas voir que le plus grand des soins Ce doit être celui d'éviter la famine. A demeurer chez soi l'une & l'autre s'obstine; Pour fecourir les liens dedans l'occasion:

L'Oiseau royal en cas de mine,

La Laye en cas d'irruption. La faim détruisit tout: il ne resta personne De la gent Marçasline, & de la gent Aiglonne, Qui n'allât de vie à trépas;

199.2110 DTTU0°% 295 Grand renfort pour meflicurs les Chats.sd Que ne fait point ourdir une langue traitreffc STIE Par fa pernicieufe adresse?

alfa adref.

2 21 2OTI DA Des mal-heurs qui font fortiss

De la boite de Pandore. 291420/1 200V-SOVOV Celui qu'à meilleur droit tout l'Univers abhorre, Celt la fourbe à mon avis collinen 2003b +

OST NOG 3153

B 2013 XLIX 10 then names pe o gb til

a t up beitsb 17 ?? L'Tvrogne & fa femmesog ai

gohool Hacun a fon defaut où toujours il revient

Honte ni peur n'y remedie. i dod SM Sur ce propos d'un conte il me souvient: jib

te il me fouvienta jib in Je ne dis rien que je n'appuyedia in S A De quelque exeinpie. Un suppot de Bacchus Alçcroit sa, fante, fon efprit & fa bourse. 162 Telles gens n'ont pas fait la moitié de leur coprse, A Qu'ils font au bout de leurs écus:

[ocr errors]
« PoprzedniaDalej »