Obrazy na stronie
PDF

Qui toujours votre appui, dans la paix, dans la guerre $ Une heure auparavant faisait trembler la terre; Qui devait enchaîner Babylone à son char; Amis , en cet état connaissez . Vous César? Vous les voyez, Romains, vous touchez ces blessure».' Ce sang qu'ont sous vos yeux versé des mains parjures^ » Là, Cimber l'a frapé; là , fur le grand César » Caffius & Décime enfonçaient leur poignard. M Là, Erutus éperdu , Brutus l'ame égarée » » A fouillé dans ses flancs fa main dénaturée. » César le regardant d'un œil tranquille & doux » » Lui pardonnait encor en tombant sous ses coups. » Il l'appellait'fon fils, & ce nom cher 6c tendre » Est le seul qu'en mourant César ait fait entendre: » O mon fils ! disait-il.

I

Un Romain.

O monstre, que les dieux
Devaient exterminer avant ce cpup affreux!

Autres Romains, en regardant le corf s.
dont ils font froche.

Dieux! sou sang coule encor

Antoine.

II demande vengeance jj II l'attend de vo» mains & de votre vaillance. EntendezT-vous fa voix \ Réveillez-vous, Romaini; Marchez, suivez-moi tous Contre fe» assassins j Ce fout là les honneurs qu'à César on doit rendreJ D£S brandons du bucher qui va le mettre eu cendre * Embrasons les palais de ces fiers conjurés: Enfonçons dans leur sein nos bras desespérés.

Veuez t

Vente ; dignes amis ; vente, vengeurs des crimes, Au dieu de la patrie immoler ces victimes.

Romains. Oui, nout les punirons; oui, nous suivrons vos pas.; Uous jurons par son íang de venger son trépas. Courons.

Antoine à Dolabella. Ne laifiòns pas leur fureur inutile; Précipitons ce peuple inconstant & facile; Entraînons-le à la guerre , & fans rien ménagers Succédons à César , en courant le venger.

Fin dit troisième dernier «íïe.;

[graphic][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
« PoprzedniaDalej »