Johann Gottfried von Herder's Sämmtliche Werke ...

Przednia okładka
In der J.G. Cotta'schen Buchhandlung, 1806

Z wnętrza książki

Spis treści

Kluczowe wyrazy i wyrażenia

Popularne fragmenty

Strona 279 - Solvet saeclum in favilla, Teste David cum Sibylla, Quantus tremor est futurus, Quando Judex est venturus, Cuncta stricte discussurus, Tuba mirum spargens sonum Per sepulcra regionum, Coget omnes ante thronum, Mors stupebit, et natura, Quum resurget creatura, Judicanti responsura, Liber scriptus proferetur, In quo totum continetur, Unde mundus judicetur, Judex ergo cum sedebit, Quidquid latet, apparebit : Nil inultum remanebit, Quid sum, miser!
Strona 280 - Judicanti responsura. Liber scriptus proferetur, In quo totum continetur, Unde mundus judicetur. Judex ergo cum sedebit, Quidquid latet apparebit : Nil inultum remanebit. Quid sum, miser ! tune dicturus ? Quern patronum rogaturus ? Cum vix Justus sit securus.
Strona 71 - Discite io miseri, et causas cognoscite rerum! Quid sumus, et quidnam victuri gignimur? ordo Quis datus, aut metae quam mollis flexus, et unde ? Quis modus argento ? quid fas optare? quid asper Utile nummus habet? patriae carisque propinquis 70 Quantum elargiri deceat ? quem te deus esse Jussit, et humana qua parte locatus es in re?
Strona 279 - Prostrate my contrite heart I rend, My God, my Father, and my Friend, Do not forsake me in my end.
Strona 281 - Fac me cruce custodiri, Morte Christi praemuniri, Confoveri gratia. Quando corpus morietur, Fac ut animae donetur Paradisi gloria.
Strona 281 - Monstra te esse matrem, Sumat per te preces, Qui pro nobis natus, Tulit esse tuus. Virgo singularis, Inter omnes mitis, Nos culpis solutos, Mites fac et castos.
Strona 310 - ... des inversions , et leur poésie mille libertés qui nous manquent. Chaque langue a son génie déterminé par la nature de la construction de ses phrases , par la fréquence de ses voyelles ou de ses consonnes , ses inversions, ses verbes auxiliaires, etc. Le génie de notre langue est la clarté et l'élégance; nous ne permettons nulle licence à notre poésie , qui doit marcher, comme notre prose , dans l'ordre précis de nos idées. Nous avons donc un besoin essentiel du retour des mêmes...
Strona 310 - Les Italiens et les Anglais peuvent se passer de rimes , parce que leur langue a des inversions , et leur poésie mille libertés qui nous manquent. Chaque langue a son génie déterminé par la nature de la construction de ses phrases, par la fréquence de ses voyelles ou de ses consonnes, ses inversions, ses verbes auxiliaires, etc. Le génie de notre langue est la clarté et l'élégance; nous ne permettons nulle licence à notre poésie, qui doit marcher, comme notre...
Strona 310 - Notre langue ne comporte que peu d'inversions; nos vers ne souffrent point d'enjambement, du moins cette liberté est très rare ; nos syllabes ne peuvent produire une harmonie sensible par leurs mesures longues ou brèves ; nos césures et un certain nombre de pieds ne suffiraient pas pour distinguer la prose d'avec la versification : la rime est donc nécessaire aux vers français.
Strona 280 - Liber scriptus proferetur, In quo totum continetur, Unde mundus judicetur. Judex ergo cum sedebit, Quidquid latet apparebit : Nil inultum remanebit. Quid sum, miser ! tune dicturus ? Quern patronum rogaturus ? Cum vix Justus sit securus. Rex tremendae majestatis, Qui salvandos salvas gratis, Salva me, fons pietatis.

Informacje bibliograficzne