Les Chantiers de la gloire

Przednia ok³adka
Fayard, 4 pa¼ 2006 - 835
Pourquoi écrire ses mémoires? On ne sait jamais, avec l'Alzheimer Je m'entraîne à mourir, et puis j'ai des choses à dire et je ne veux pas cracher sur des tombes j'écris aussi pour rendre plusieurs hommages, me payer quelques têtes, embrasser de jolis souvenirs, évoquer l'amour du cinéma et des femmes, et raconter comment, en l'espace d'un clap, je suis passé du Cinéma de Papa aux autoroutes de l'information. Je suis né juste après la guerre, j'ai un pied dans la galaxie Gutenberg et un autre dans celle de loncle Pixel. Ca fait de moi un mec unique. Les d'jeunes, je sais qu'ils n'en tiendront aucun cas, et tant mieux, les autres, ça leur rappellera peut-être que le cinéma, cest de la vie et rien d'autre.
 

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Informacje o autorze (2006)

Jean-Jacques Beineix est né le 8 octobre 1946 à Paris. Il est réalisateur, dialoguiste, producteur et scénariste. En 1964, il débute comme assistant-réalisateur de Jean Becker sur une série télévisée. Il travaille ensuite pour Claude Berri et pour Claude Zidi. En 1977, il réalise son premier court métrage Le Chien de M. Michel, récompensé par un premier prix au Festival de Trouville. En 1980, Jean-Jacques Beineix réalise son premier long métrage Diva, qui obtient quatre César en 1982. En 1986, il réalise 37°2 le matin avec Béatrice Dalle et Jean-Hugues Anglade, nommé pour l'Oscar du Meilleur film étranger. Il poursuit avec Roselyne et les lions, en 1989, IP5, en 1992 et Mortel Transfert, en 2001.En 2006, Jean-Jacques Beineix a publié le premier tome de ses mémoires, Les Chantiers de la gloire, chez Fayard.

Informacje bibliograficzne