Obrazy na stronie
PDF
ePub

logique. Plufieurs autres ont été copiés des recueils particuliers publiés en Angleterre, en Suède, en Hollande etc. mais en y ajoutant des traductions françaises. Quand je n'ai eu que ma traduction privée à offrir j'ai cru devoir placer à côté de cellesci le texte de l'original.

La plupart de ces traités font importans et quelques uns même indispenfablement neceffaires à l'intelligence des affaires pofterieurement furvenues, tel p. e. que les traités de 1715. 1716 entre l'Angleterre et l'Espagne celui de 1716 entre l'Angleterre et la Hollande etc.; d'autres, quoique d'une importance fecondaire, femblaient cependant meriter d'être recueillis à l'ufage de ceux qui entrent dans l'étude des détails des relations particulières entre les Puiffances et états de l'Europe.

2) Pour la feconde époque depuis 1739 jusqu'en 1761, qui fait partie de celle qu' embraffe le recueil de Mr. WENCK, j'offre ici 26 traités et plufieurs autres documens, la plupart en entier, quelques uns par extrait, tel que l'alliance de la France de 1740 avec les Grifons, la convention de 1744 entre la France et l'Angleterre, la convention entre le Danemarc et le Pr., royal de Suède de 1749 et le traité de 1753 entre le Danemarc et Maroc. Plufieurs de ces traités ou n'ont pas encore été imprimés tel que les traités entre la France et la Suède de 1735 et 1747 ou ne l'ont été que féparement, et souvent le hazard feul pent procurer ces feuilles volantes, qui d'ordinaire ne se vendent point chés les libraires. Tels font la convention entre la France et le Duc de Wirtemberg de 1748, les traités de paix et de commerce de l'Autriche avec Alger, avec Tunis de 1748 avec Tripoli de 1749, le traité de limites entre l'Espagne et le Portugal que j'ai longtems vainement cherché, (et auquel je me fuis permis d'a

jouter

jouter les traités de Tordefillas de 1494 et celui de Saragoffe de 1529, qui ne fe trouvaient que dans des ouvrages fort rares ;) le traité entre la ville de Hambourg et Algèr de 1751, le concordat entre l'Espagne et le S. Siège de 1753, le traité de 1754. entre l'Autriche et la rép. de Venife, et les traités entre la Lombardie autrichienne et le Pape de 1757. D'autres, quoiqu' inférés déja dans des ouvrages imprimés ont pu ailement échapper aux recherches de Mr. Wenck tel que le traité entre l'Empereur et la Porte de 1747 qui perpétue la paix de Belgrade, la convention entre la France et le Danemarc de 1749, l'ampliation du traité de 1757 entre les P. U. d. Pays-bas et Algèr, de 1760, et plusieurs actes et traités de la France, de l'Angleterre, de la Hollande avec differens princes Indiens; quelques uns de ces derniers font plutôt des objets de curiofité que d'utilité. Pour affimiler ces fupplémens au plan que j'ai fuivi dans mon recueil depuis 1761 j'aurais du inférer auffi les principales loix relatives au commerce neutre en tems de guerre; mais le recueil que j'en ai fait eft trop ample pour pouvoir entrer dans le prefent 24 volume; d'ailleurs pour le rendre utile j'aurais du remonter au moins jusqu'au milieu du 17eme fiecle; j'en referve donc la publication à une autre occafion.

Au refte je me rapporte quant à ces deux époques dépuis 1701 jusqu'en 1761 à ce qui a déja été dit dans le difcours préliminaire au premier volume p. LXXIII; mais plus il exifte encore de traités importans qui manquent dans ces fupplémens, ainfi que dans d'autres recueils, plus j'éprouve de fatisfaction de pouvoir ajouter que le celebre C. Koch à Strasbourg, naguères élu membre du tribnnat, va donner un choix de traités importans conclus depuis la paix de Weftphalie et non encore publiés.

En le terminant je me propofois de commencer avec le 19eme fiècle un autre recueil fous le titre d'annales politiques et diplomatiques dans le genre du recueil des memoires de feu M. Rouffet. Je n'en abandonne par le projet, et la forme dans laquelle j'ai donné, T. II. p. 343 et fuiv. les actes relatifs au nouveau fyftème de neutralitè armée depuis 1800 jusqu'à la convention du 17 Juin et 20 Oct. 1801, et p. 487. ceux relatifs à l'évacuation de l'Egypte, peut fervir d'échantillon de l'arrangement interne que je me propose de donner à cet ouvrage; mais le peu de publicité qu'ont obtenu jusqu'ici, les negociations relatives à l'accomplissement de la paix continentale et maritime m'oblige à en differer l'execution et j'ai cru mieux faire en continuant pour le present

1

4) le recueil depuis la paix de Luneville jusqu'à la paix d'Amiens qui vient d'être fignée, quoique les actes que j'ai pu donner pour cette époque ne renferment rien qui n'ait dèja été publié.

Je dois folliciter l'indulgence du lecteur pour plufieurs erreurs typographiques dans les feuilles Ff. Ll. imprimées dans mon abfence.

À Gottingue, ce 9 May 1802.

I.

Friedenstractat, welcher im Jahre 1751 zwi- 1751 fchen der Republik Algier und der Stadt, Hamburg errichtet worden ist. Auf Befehl eines Hochedlen Raths publiciret den 15. Sept. 1751.

[Impr. 4to. Gedruckt bey König E. Hochedlen und Hochweifen Raths Buchdrucker. *)1

Im Jahre 1164 am 26ften des Monaths Rebbial Ewel,

welches mit dem 22ften Februarii 1751 übereinkömmt, ift zwifchen dem Durchlauchtigen Mehemet Pacha Dey, dem

*) Ce traité n'a point fort d'effet, le Roi d'Efpagne s'en étant tellement irrité, qu'il defendit tout commerce de la ville de Hambourg avec les états par un décrét daté du 19 Octobre 1751, et publié le 25 du même mois, portant en fubftance: "Que quoique la ville de Hambourg retire de grands avantages du commerce qu'elle ́ fait avec l'Espagne, et qu'elle aurait du, par cette raison, éviter tout ce qui auroit pu exeiter le mécontentement du Roi à fon égard, cette ville n'a pas laiffé de conclure depuis peu un Traité de commerce avec l'Empereur de Maroc et le Dey d'Alger, qui font ennemis hereditaires de la Couronne d'Espagne. Qu'ainfi S. M. a jugé à propos d'interdire, dans fon Royaume le commerce de la même ville et des fujets à elle appartenans, qu'en confequence de cette refolution, sucun vaiffeau Hambourgeois ne fera admis dans les Ports de ce royaume, après l'expiration de 50 jours, que toutes les marchandifes de Hambourg, qui après l'expiration de trois meis, fe trouveront encore dans ce royaume, feront faifies et confisquées; qu'en outre, la volonté du Roi eft que tous les Confuls. marchands et fujets Hambourgeois, qui font actuellement dans fon royaume aïent à s'en retirer dans la même espace de trois mois, que S. M. leur accorde pour mettre ordre à leurs affaires."

Ce n'eft qu'après l'interceffion de puiffances étrangères furtout de la Cour de Vienne et de celle de Versailles, et Supplem. T. II.

A

après

[ocr errors]

1751 dem Divan, nebft den übrigen zur Regierung der Republik Algier gehörigen Gliedern, und der Stadt Hamburg, ein immerwährender Friedens- und Freundfchafts-Tractat, unter nachfolgenden Artikeln gefchlof. fen worden:

Pain

ART. I.

Es ift befchloffen, dafs zwifchen der vorerwähnten Regierung der Republik Algier, an einem, und der Stadt Hamburg, am anderen Theile, cin fefter, beständiger und dauerhafter Friede folchermafsen obwalten werde, dass, von nun an, und in Zukunft, nicht die mindeste Feindfeligkeit unter vorbefagten beiden Natio

nen

après que dans une convention fignée avec l'Espagne la ville s'était tengagée à renoncer à fon traité avec les Algé riens, à ne point entretenir de paix avec les Batbaresques et à faire revenir d'Algèr faus delại fon Conful et les facteurs (Merc. hift. et pol. 1752. T. 11. p. 518.) qu'elle rentra dans les bonnes graces du Roi et que celui-ci donna le fuivant decret en date du 14 Novembre 1752 portant retabliffement du commerce dans les ports du royaume.

"J'ai communiqué au confeil par un décret du 2 Juillet de la presente année les fincères dispositions que la ville de Hambourg in'avait témoignees de faire tout fon poffible pour lever le fujet qui avait excité mon mécontentement qu'elle a eprouvé en vertu de ina refolution du 19 Octobre 1751. Cette ville a agi depuis d'une manière entièrement conforme ces difpofitions en faifant publier dans fon ter ritoire que le traité qu'elle avait avec la Regence d'Algèr était rompu et nul; en prenant foin de le faire favoir au Bey (Dey) de la dite regence, à qui il a été écrit par diveries voyés afin que ce fait parvint, au plutôt et fure. ment à fa connoiffance; et en me donnant d'autres marques et preuves qu'elle préfere et fouhaite ardemment ma bienveillance; de forte qu'entièrement fatisfait de fon bon procéde et de fon amitié j'ai refolus de lui rendre la inienne. En conféquence dérogeant en toutes les parties au dit décret du 19 Octobre de l'année dernière, j'ordoune que dans tous mes Ports, Provinces et Domaines foient admis à commercer les navires de Hambourg avec les marchandifes et denrées de la dite Ville, et que les habitans foient reçûs et traités avec la même franchise et bonne correspondance qu'ils l'étoient avant ladite date du 19 Octobre de l'année dernière. Sera entendu dans le Confeil de guerre pour fon entière exécution en ce qui le concerne.

A St. Laurent le 14 Novembre 1752.”

On verra plus bas l'iffue d'une femblable difpute furvenue presque à la même époque entre l'Espagne et le Daneinarc.

« PoprzedniaDalej »