Obrazy na stronie
PDF
ePub

AVANT-PROPOS

Le 2 février 1849, Pie IX, alors réfugié à Gaëte, adressa à tous les membres de l'épiscopat catholique une encyclique où il leur demandait leur opinion sur la Conception de la Vierge. Les réponses forment neuf volumes in-4° dont la lecture doit être bien instructive, s'il faut en juger par les mandements publiés en France sur la même question. Plus tard, le pape convoqua à Rome un certain nombre d'évêques pour examiner s'il

y avait lieu de décider dogmatiquement que Marie a été conçue sans péché.

Cette convocation était dérisoire, une commission composée de cardinaux et de théologiens ayant rédigé d'avance la bulle qui vient d'annoncer ce grand événement au monde, qui, en ce moment surtout, l'attendait avec impatience, et à l'Eglise, toute prête à le célébrer dignement.

CHAPITRE PREMIER

QU'EST-CE QU'UN DOGME ?

Dans l'Église romaine, les dogmes sont les vérités

que Dieu a révélées et que les fidèles sont obligés de croire. L'Église ne crée pas les dogmes, mais, disent ses docteurs, elle fait connaître avec certitude ceux que Dieu a révélés.

Les théologiens reconnaissent deux espèces de dogmes : ceux que l'Église romaine assure tenir de Dieu directement, et ceux qu'elle en déduit par des conséquences prétendues immédiates et évidentes. Les catholiques sou

tiennent contre les protestants qu'il faut regarder comme dogmes de foi non-seulement les vérités clairement et formellement énoncées dans l'Écriture, mais aussi celles qui ont été transmises

par

la tradition, c'est-à-dire par le témoignage constant et unanime des Pères, par les décrets des conciles généraux, par les décisions du pape, reconnues dans toute l'Eglise, par le sentiment commun et général des théologiens.

Nous ne voulons ni examiner ces principes, ni rappeler les objections que leur opposent les protestants. Au contraire, nous les acceptons tels que les enseigne et les impose l'Église romaine, et nous allons en faire l'application au dogme nouveau que le pape vient de proclamer.

Les organes dociles et intéressés de la cour de Rome ont essayé d'établir que

la croyance à la Conception immaculée est conforme à la tradition de l'Église. Semblables aux Gabaonites qui trompèrent Josué sur la longueur de leur

voyage en prenant de vieilles chaussures, des vêtements déchirés , du pain dur et des outres vides (1), nos fabricants de dogmes ,

(1) Josue, eh. ix, v. 12-13-14.

vêtus des haillons de leurs superstitions et de leurs fausses doctrines, voudraient aussi nous persuader qu'ils viennent de loin ; mais nous savons d'où ils sont partis, et nous allons le leur dire.

« PoprzedniaDalej »