Obrazy na stronie
PDF
ePub

11 décrit ainsi le Tartare:

Flégéton, un fleuve de soufre, Court à l'entour, creux comme un gouffre, Et roule à grand bruit du brasier, Au lieu de sable ou de gravier. Une tour qui flanque la porte, Si haute, ou le diable m'emporte, Qu'elle atteint au plancher d'enfer, Est toute d'airain et de fer. Tisiphone en est la portière, Carogne aussi superbe et fière Que le portier d'un favori. La vilaine n'a jamais ri.... /Entras eut l'ame étonnée Du bruit de la troupe damnée.... Le grand et petit Châtelet N'ont rien de funeste et'de laid Auprès de ce château terrible, Aux gens de bien inaccessible: Rhadamante, effroyable à voir, En soutane de bougran noir, Sur un siège de fer préside. Onc ue fut juge plus rigide:Les commissaires d'aujourd'hui Sont des moutons auprès de lui, Quoiqu'en matières criminelles • Nous ayons de doctes cervelles.... Ce juge criminel d'enfer, Vrai cœur de bronze ou bien de fer, En veut surtout aux chatemites, Aux faux béats, aux hypocrites:Quand il en attrape quelqu'un , I De leur chair il fait du petun; Et ce petun le déconstipe , N'en auroit-il pris qu'une pipe.

[ocr errors]

On voit qu'en badinant, Scarron, ainsi que Marot, ne laisse pas de tancer les mœurs. C'est ainsi qu'en parcourant les supplices du Tartare, il dit:

Ceux qui haïssent leurs parents, Les pères et mères tyrans, Les enfants qui battent leurs pères, Rencontrent là des belles-mères. Belle-mère est un animal Qui plus qu'un diable fait du mal.... Les mangeuses de patenôtres, Toujours en effroi pour les autres ,

Pour elles en tranquillité, Qui médisent par charité, Disant que c'est blâmer le vice ,

Endurent là, pour tout supplice, D'être sans cesse à marmotter,

Sans qu'aucun les puisse noter; .Et ce tourment de n'être en vue Mille fois pour une les tue. Tous ceux qui, par ambition, Professent la dévotion,

Sont condamnés, sans qu'on les voie, De faire de leur peau courroie, De plus à vivre en gens de bien, Sans que personne ne sache rien.

Le burlesque de ce ton-là doit plaire aux esprits même les plus difficile : et quant à celui qui, pour rendre les contrastes plus plaisants , va d'un extrême à l'autre, et du plus sublime au plus bas; cette secousse est un besoin peut-être pour des ames froides et phlegmatiques. Nous ne sommes pas tous également sensibles au chatouillement du ridicule, et ceux à qui le^lus léger suffit, ne doivent pas être étonnés qu'une sensibilité moins délicate y désire moins de finesse et plus de force. De là vient que les meilleurs esprits ont pu se partager à l'égard du burlesque j les uns, le trouver détestable; et les autres, très amusant.

I

Observons seulement que, plus une nation sera légère et moins elle attachera d'importance aux formes que l'habitude et l'opinion auront fait prendre à ses idées, plus aisément elle se prêtera à cette espèce de badinage; et en cela l'orgueil n'entend pas aussi bien la plaisanterie que la vanité: il est jaloux de son opinion et chagrin lorsqu'on le détrompe: aussi le burlesque sera-t-il toujours mieux reçu chez une nation vaine , que chez une nation orgueilleuse. Mais chez aucun peuple éclairé, il n'est à craindre que le burlesque devienne le goût dominant; et Yinsanire licet sera toujours sans conséquence.

Au reste, quoi que l'on pense de ce genre, c'est peut-être celui de tous qui demande le plus de verve, de saillie et d'originalité. Rien de plat, rien de froid, rien de forcé n'y est supportable , par la raison que de tous les personnages, le plus ennuyeux est celui d'un mauvais bouffon. Scarron était né ce qu'il est dans son Virgile travesti. Il voyait tout du côté plaisant. Il trouvait au moins aussi naturel, aussi vraisemblable, que ses héros eussent tenu le langage qu'il leur faisait tenir, que celui que leur prêtait Virgile. Les détails de ses descriptions et de ses portraits étaient pour lui des couleurs aussi vraies que celles du poète héroïque. Parmi les nipes qu'Enée avait pu sauver du sac de Troie , son imagination trouvait

La béquille de Priamus,

Le livre de ses orémus,

Un almanach fait par Cassandre ,

Où l'on ne pouvoit rien comprendre.

Il disait, songeant à Didon:

C'étoit une grosse dondon, Grasse, vigoureuse, bien saine ,

Un peu camuse à l'africaine, . , .:Mais agréable au dernier point.

En un mot, il voyait tout avec ses yeux, il écrivait avec son caractère, et comme aucun de ses imitateurs n'a eu cette humeur enjouée et bouffonne; aucun d'eux n'a eu son talent: il est unique dans son genre."" \

nmwmwwmmtmuHuMmwMww

ç. ,

Cabale. On appelle ainsi une espèce de milice, que les amis, ou les ennemis d'un poète, qui donne une pièce de théâtre, vont lever dans les carrefours et dans les cafés de Paris, quelquefois même dans le monde, pour se répandre dans le parterre et dans les loges, et pour blâmer ou applaudir au gré de celui qui l'assemble. On peut juger des lumières d'un siècle, par le plus ou le moins d'ascendant que la cabale amie ou ennemie a pris sur l'opinion publique, par l'espace de temps qu'elle a soutenu de mauvais ouvrages, ou qu'elle en a déprimé de bons.

Le chef d'une cabale amie est communément un connaisseur, un amateur, qui veut être inportant, et n'est souvent que ridicule. Le chef de la cabale ennemie est presque toujours un envieux, lâche et bas, mais ardent et doué d'une éloquence populaire. Il parle avec facilité, il prononce, il décide, il tranche, il annonce avec impudence qu'il connaît ce qu'il n'a point vu; ou s'il ne peut médire de l'ouvrage, il déclame contre l'auteur, l'accuse d'orgueil, d'insolence et le peint quelquefois des plus noires couleurs, afin de le rendre odieux. J'ai ouï parler, dans ma jeu

« PoprzedniaDalej »