Les deux Arts poétiques d'Horace et de Boileau Despréaux

Przednia ok³adka
Chez Clbrisse editeur, 1825 - 89
 

Wybrane strony

Spis tre¶ci

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 75 - C'est par là que Molière, illustrant ses écrits, Peut-être de son art eût remporté le prix, Si, moins ami du peuple, en ses doctes peintures II n'eût point fait souvent grimacer ses figures, Quitté, pour le bouffon, l'agréable et le fin, Et sans honte à Térence allié Tabarin. Dans ce sac ridicule où Scapin s'enveloppe, Je ne reconnais plus l'auteur du Misanthrope.
Strona 38 - Enfin Malherbe vint, et, le premier en France, Fit sentir dans les vers une juste cadence, D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir, Et réduisit la muse aux règles du devoir. Par ce sage écrivain la langue réparée N'offrit plus rien de rude à l'oreille épurée. Les stances avec grâce apprirent à tomber, Et le vers sur le vers n'osa plus enjamber. Tout reconnut ses lois ; et ce guide fidèle Aux auteurs de ce temps sert encore de modèle. Marchez donc sur ses pas : aimez sa pureté, Et...
Strona 36 - N'offrez rien au lecteur que ce qui peut lui plaire. Ayez pour la cadence une oreille sévère : Que toujours dans vos vers le sens, coupant les mots, Suspende l'hémistiche, en marque le repos.
Strona 37 - La rime, au bout des mots assemblés sans mesure, Tenait lieu d'ornements, de nombre et de césure. Villon sut le premier, dans ces siècles grossiers, Débrouiller l'art confus de nos vieux romanciers.
Strona 33 - Que toujours le bon sens s'accorde avec la rime. L'un l'autre vainement ils semblent se haïr ; La rime est une esclave et ne doit qu'obéir. Lorsqu'à la bien chercher d'abord on s'évertue, L'esprit à la trouver aisément s'habitue; Au joug de la raison sans peine elle fléchit , Et , loin de la gêner , la sert et l'enrichit. Mais lorsqu'on la néglige , elle devient rebelle , Et pour la rattraper le sens court après elle. Aimez donc la raison. Que toujours vos écrits Empruntent d'elle seule...
Strona 82 - Que votre âme et vos mœurs, peintes dans vos ouvrages, N'offrent jamais de vous que de nobles images. Je ne puis estimer ces dangereux auteurs Qui, de l'honneur, en vers, infâmes déserteurs, Trahissant la vertu sur un papier coupable, 95 Aux yeux de leurs lecteurs rendent le vice aimable.
Strona 35 - Voulez-vous du public mériter les amours? Sans cesse en écrivant variez vos discours. Un style trop égal et toujours uniforme , En vain brille à nos yeux; il faut qu'il nous endorme.
Strona 53 - II n'alarmait souvent les oreilles pudiques ! Le latin , dans les mots, brave l'honnêteté ; Mais le lecteur français veut être respecté : Du moindre sens impur la liberté l'outrage , Si la pudeur des mots n'en adoucit l'image.
Strona 11 - Campi, cereus in vitium flecti, monitoribus asper, utilium tardus provisor, prodigus aeris, sublimis cupidusque et amata relinquere pernix. conversis studiis aetas animusque virilis quaerit opes et amicitias, inservit honori, commisisse cavet quod mox mutare laboret. multa senem circumveniunt incommoda, vel quod...
Strona 55 - Il n'est point de serpent, ni de monstre odieux, Qui, par l'art imité, ne puisse plaire aux yeux.

Informacje bibliograficzne