Obrazy na stronie
PDF
ePub
[ocr errors]
[ocr errors]

» idole d'une majesté divine, entouré de Chéru-
» bins flamboyans et de boucliers d'or. Bientôt
» il descendit de ce trône pompeux; car il ne
» restait déjà plus entre les deux armées qu'un
» espace étroit (intervalle effrayant!), et front
» contre front elles présentaient arrêtées une
» terrible ligne d'une affreuse longueur. A la
» sombre avant-garde, sur le rude bord des ba-
» taillons, avant qu'ils se joignissent, Satan, à pas
» immenses et superbes, couvert d'une armure
» d'or et de diamant, s'avançait comme une tour.
» Abdiel ne put supporter cette vue; il se tenait

parmi les plus braves, et se préparait aux plus
grands exploits; il sonde ainsi son coeur résolu :

» — 0 ciel ! une telle ressemblance avec le » Très-Haut peut-elle rester où la foi et la réalité » ne restent plus ? Pourquoi la puissance ne dé» faille-t-elle pas là où la vertu a failli, ou pour

quoi le plus présomptueux n'est-il pas le plus » faible? Quoique à le voir Satan semble invin

cible, me confiant au secours du Tout-Puis» sant, je prétends éprouver la force de celui » dont j'ai déjà éprouvé la raison fausse et cor» rompue : n'est-il pas juste que celui qui l'a » emporté dans la lutte de la vérité l'emporte » dans les armes, vainqueur pareillement dans » les deux combats ? Si le combat est brutal et » honteux quand la raison se mesure avec la » force, encore il est d'autant plus juste que la » raison triomphe.

So pondering, and, from his armed peers Forth stepping opposite, half-way he met His daring foe, at this prevention more Incensed, and thus securely him defied :

Proud, art thou met? thy hope was to have reach'd The highth of thy aspiring unopposed : The throne of God unguarded, and his side Abandon’d, at the terrour of thy power Or potent tongue : fool! not to think how vain Against the Omnipotent to rise in arms; Who out of smallest things could, without end, Have raised incessant armies to defeat Thy folly; or with solitary hand Reaching beyond all limit, at one blow, Unaided, could have finish'd thee, and whelm'd Thy legions under darkness : but thou seest All are not of thy train; there be, who faith Prefer, and piety to God, though then To thee not visible, when I alone Seem'd in thy world erroneous to dissent From all : my sect thou seest; now learn too late How few sometimes may know, when thousands err.

Whom the grand foe, with scornful eye askance, Thus answer'd :

Ill for thee, but in wish'd hour Of my revenge first sought for, thou return'st From flight, seditious angel ! to receive

[ocr errors]

» Ainsi réfléchissant il sort à l'opposite du » milieu de ses pairs armés; il rencontre à mi» voie son audacieux ennemi, qui, se voyant pré» venu, en devient plus furieux; il le défie ainsi » avec assurance :

Superbe, vient-on au devant de toi? Ton espérance était d'atteindre inopposé la hauteur » où tu aspires, d'atteindre le trône de Dieu non » gardé et son côté abandonné par la terreur de » ton pouvoir ou de ta langue puissante. Insensé ! » tu ne songeais pas combien il est vain de se » lever en armes contre le Tout-Puissant, contre » celui qui, des plus petites choses, aurait pu » lever sans fin d'incessantes armées pour écraser » ta folie, ou, de sa main solitaire atteignant au» delà de toute limite, il pourrait d'un seul coup, » sans assistance, te finir, et ensevelir tes légions » sous les ténèbres. Mais t'en aperçois-tu ? Tous » ne sont pas à ta suite; il en est qui préfèrent la » foi et la piété envers Dieu, bien qu'ils te fussent » invisibles alors qu'à ton Monde je semblais être » dans l'erreur, en différant seul de l'avis de tous. » Tu la vois ma secte maintenant : apprends trop

ard que quelques uns peuvent savoir, quand » des milliers se trompent. —

» Le grand Ennemi le regardant de travers » d'un vil de dédain :

» — A la male heure pour toi, mais à l'heure » désirée de ma vengeance, toi que je cherchais » le premier , tu reviens de ta fuite, ange sédi

[ocr errors]

Thy merited reward, the first assay
Of this right hand provoked, since first that tongue,
Inspired with contradiction, durst oppose
A third part of the gods, in synod met
Their deities to assert; who, while they feel
Vigour divine within them, can allow
Omnipotence to pone. But well thou coniest
Before thy fellows, ambitious to win
From me some plume, that thy success may show
Destruction to the rest : this pause between,
(Unanswer'd lest thou boast) to let thee know,-
At first I thought that liberty and heaven
To heavenly souls had been all one; but now
I see that most through sloth had rather serve,
Ministering spirits, train'd up in feast and song :
Such hast thou arm'd, the minstrelsy of heaven,
Servility with freedom to contend,
As both their deeds compared this day shall prove.

To whom in brief thus Abdiel stern replied :

Apostate, still thou err'st, nor end wilt find
Of erring, from the path of truth remote:
Unjustly thou depravest it with the name
Of servitude, to serve whom God ordains,
Or Nature: God and Nature bid the same,
When he who rules is worthiest, and excels
Them whom he governs. This is servitude,
To serve the unwise, or him who hath rebell'd

[ocr errors]
[ocr errors]

» tieux, pour recevoir ta récompense méritée, » pour faire le premier essai de ma Droite provo

quée, puisque ta langue inspirée de la contra» diction osa la première s'opposer à la troisième

partie des Dieux réunis en synode, pour assurer » leurs Divinités. Ceux qui sentent en eux une

vigueur divine ne peuvent accorder l'omnipo» tence à personne. Mais tu te portes en avant de » tes compagnons,

ambitieux

que tu es de m'en» lever quelques plumes, pour que ton succès

puisse annoncer la destruction du reste : je » m'arrête un moment, de peur que tu ne te » vantes qu'on n'ait pu te répondre; je veux t'apprendre ceci : je crus d'abord

que

liberté et ciel » ne faisaient qu'un pour les ames célestes; mais je vois à présent que plusieurs, par bassesse,

préfèrent servir; esprits domestiques traînés » dans les fêtes et les chansons ! Tels sont ceux que » tu as armés, les ménétriers du ciel, l'esclavage » pour combattre la liberté : ce que sont leurs ac» tions comparées, ce jour le prouvera. » Le sévère Abdiel répond brièvement:

Apostat, tu te trompes encore : éloigné de » la voie de la vérité, tu ne cesseras plus d'errer. » Injustement tu flétris du nom de servitude » l'obéissance que Dieu ou la Nature ordonne.

. » Dieu et la Nature commandent la même chose, » lorsque celui qui gouverne est le plus digne, et

qu'il excelle sur ceux qu'il gouverne. La ser» vitude est de servir l'insensé ou celui qui s'est

))

[ocr errors]
« PoprzedniaDalej »