Obrazy na stronie
PDF
ePub

frivolasque caeremoniarum nugas traducta: sacramentorum [pag. 140] non minus exsecranda pollutio. Baptismus multis additamentis deformatus: sacrosancta vero coena ad omne ignominiae genus prostituta: tota religio in alienam prorsus formam degeneravit. Si nos ad haec curanda, negligenter adiicimus. animum, non obliviscitur certe sui Deus. Nam qui imminui suum honorem ullo modo passurum se negat, quomodo eum labefactari et destrui pro nihilo duceret? Qui dissipationem populis omnibus, apud quos defecerit prophetia, minatur, quomodo apertum et contumacem prophetiarum contemptum inter nos impunitum sineret? Qui levem coenae suae maculam tam severe vindicavit in Corinthiis, quomodo nobis parceret, si eam tot nefandis sacrilegiis conspurcare pergimus? Qui prophetarum omnium ore ad ulciscendam idololatriam armatum se testificatur et clamitat, tot idololatriae portenta an intacta in nobis relinqueret? Et certe non relinquit: videmus enim, ut nos urgeat et insequatur armata manu. Turcicum nunc bellum omnium in se mentes convertit, ac trepidatione implet. Merito id quidem. De comparandis ad resistendum praesidiis consultatur. Id quoque prudenter fit ac necessario. Festinatione non vulgari opus esse clamant omnes. Fateor nimiam esse non posse, modo ne interea restituendae in suum statum ccclesiae consultatio, quae prima esse debet, vel negligatur, vel retardetur. Plus enim satis morarum interpositum iam fuit. Intus est, in visceribus nostris inclusa belli turcici materia. Eam imprimis tollere oportet, si bellum ipsum feliciter [pag. 141] propulsare cupimus. Quamobrem quoties vobis posthac haec vox occinetur, differendum in praesens esse reformandae ecclesiae negotium; fore, aliis transactis, satis matu

rum eius curandi tempus, de eo vobis, invictissime Caesar et illustrissimi Principes, deliberandum esse memineritis, imperiumne velitis aliquod posteris vestris relinquere, an nullum. Tametsi quid de posteritate loquor? Iam enim, vobis videntibus, semirutum ad ultimam ruinam inclinat. Quod ad nos pertinet: utcunque res reciderit, haec nos conscientia semper sustinebit in Dei conspectu, quod et servire eius gloriae, et ecclesiac ipsius prodesse voluerimus, quod fideliter incubuerimus in eam rem, quod denique fecerimus quantum in nobis erat. Nam non aliorsum spectasse conatus nostros, nostraque omnia studia, ipsi primum nobis sumus satis conscii, et id luculentis testimoniis ut testatum foret, dedimus operam. Et certe quum nobis constet, Dei negotium hic nos et curare et agere, ipsum sibi operique suo minime defuturum confidimus. Cacterum, qualiscunque exitus erit, nunquam nos coepisse, aut huc usque progressos esse poenitebit. Nobis spiritus sanctus doctrinae nostrae fidelis est ac certus testis. Scimus, inquam, esse aeternam Dei veritatem quam praedicamus. Ministerium nostrum ut mundo sit salutare, optamus quidem, sicut par est: verum ut id consequamur, Dei est praestare, non nostrum. Si ita meretur eorum, quibus prodesse cupimus, partim contumacia, partim ingratitudo, [pag. 142] ut desperato profectu, omnia pessum eant, dicam, quod homine christiano dignum. est: subscribent, quicunque huic tam sanctae professioni respondere volent: moriemur. Sed in morte quoque victores erimus: non modo quod inde certus ad meliorem vitam transitus nobis erit, sed quia sanguinem nostrum, ad propagandam illam quae nunc respuitur Doi veritatem, seminis instar futurum esse scimus.

FINIS.

[ocr errors][ocr errors]

PETIT TRAICTE

MONSTRANT

QUE C'EST QUE DOIT FAIRE UN HOMME FIDELE

CONGNOISSANT LA VERITÉ DE L'EVANGILE,

QUAND IL EST ENTRE LES PAPISTES.

AVEC UNE EPISTRE DU MESME ARGUMENT.

COMPOSÉ PAR

M. I. CALVIN.

1 5 4 3.

1

Plusieurs me demandent souventes fois, comment ilz se doivent gouverner au milieu des papistes; là où il n'est pas licite d'adorer Dieu purement, et où chascun est contrainct d'user de beaucoup de ceremonies, lesquelles ont esté forgées contre la parolle de Dieu, et sont pleines de superstition. Or il ne seroit pas fort difficile leur respondre de ceste matiere, et leur en definir simplement ce qui en est,) si ce poinct estoit pleinement resolu en leurs cueurs, de suyvre entierement et sans contredict, tout ce que Dieu leur monstre. Mais ie ne sçay comment la pluspart des honimes, apres avoir congneu une chose desplaire à Dieu, se donnent neantmoins congé d'aller à l'encontre de sa defense. Et mesme i'en ay veu cent, sans le premier, qui nous demandoyent 2) conseil sur cest affaire, tout ainsi que Balaam faisoit de Dieu, voulant aller par devers le Roy Balaac. Car il sçavoit [page 4] bien que c'estoit contre la volunté de Dieu, qu'il entreprint le voyage: mais si ne laissoit-il pas d'en demander licence. Pareillement ceux cy estans presque convaincus en leur conscience que c'est mal faict de se prosterner devant les idoles, s'enquierent et interroguent de ce qu'ilz doivent faire, non pas pour assubiectir leur affection à Dieu, en acquiessant à sa parolle: mais affin qu'on leur lasche la bride, et que ayant response selon leur desir, ilz se reposent en leur vice par vaine flaterie. Brief, comme dict le Prophete Ezechiel, ilz cherchent qu'on leur face des coussins pour endormir leurs consciences: et qu'on leur face à croire qu'ilz vivent, là où ilz sont en la mort. Toutesfois pource que nostre office est, de rendre purement tesmoignage à la verité: ie ne puis dissimuler ne reculer, que ie ne dise ce que ie pense des choses qui sont utiles à congnoistre, mesme quand i'en suis requis. Mais puis que toute la difficulté procede [page 5] de là, que nous regardons tousiours plustost de nous entretenir en la grace du monde, que de plaire à Dieu, i'exhorte un chascun fidele au nom du Seig

[merged small][ocr errors]

neur Iesus, de faire force à ses propres affections, pour se rendre obeissant à la volunté du Maistre. C'est une chose fascheuse, que de se mettre en danger de perdre corps et biens, d'irriter tout le monde contre soy, d'estre en opprobre et vitupere, de quitter le pais où on peult vivre à son ayse, pour s'en aller en pais estrange comme à l'esgarée. 1) Ie le confesse. Mais quelle est la premiere leçon qu'il nous fault apprendre en l'escole de Iesus Christ, sinon de renoncer à nous mesmes? Que s'il y en a de si fragiles, qu'ilz ne se puissent pas bien deliberer du premier coup de faire ce qu'ilz doivent, pour le moins ie les prie, de ne se vouloir point flatter, cherchans des subterfuges et excuses frivoles 2) pour se couvrir. Cela n'est aultre chose que compter sans son hoste. 3) Car [page 6] telles eschappatoires ne les delivreront point du iugement de Dieu. Mesme nous voyons que ce a esté 4) le commencement et comme le premier degré de la ruine de ceux qui se sont alienez de la grace de Dieu. C'est que voyant qu'il ne leur estoit point seur de se manifester devant les hommes estre vrais serviteurs de Dieu") pour le deuement honorer, ilz s'excusoyent 6) et vouloyent estre tenus pour iustes et irreprehensibles, de ce qu'ilz se polluoyent avec les autres 7) en beaucoup d'idolatries: puis apres voyans qu'ilz ne pouvoyent encore en ceste sorte eviter toute 'souspeçon: ilz estimoyent bien faire leur devoir en cachant du tout leur chrestienté, parler un seul mot de Dieu, 8) sinon quand ilz estoyent avec leurs privez amis et familiers, bien enserrez en quelque chambre. Cependant ilz souffroyent que la verité de Dieu fust blasphemée, ") et quelque deshonneur qu'on fist à Iesus Christ,

sans

[blocks in formation]
« PoprzedniaDalej »