La morale des philosophes chinois extraite des livres classiques de la Chine et de l'Annam

Przednia ok³adka
 

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 20 - ... où les forces de l'industrie humaine peuvent faire pénétrer, dans tous les lieux que le ciel couvre de son dais immense, sur tous les points que la terre enserre, que le soleil et la lune éclairent de leurs rayons, que la rosée et les nuages du matin fertilisent ; tous les êtres humains qui vivent et qui respirent ne peuvent manquer de l'aimer et de le révérer. C'est pourquoi il est dit : Que ses faculté», ses vertus puissantes l'égalent au ciel.
Strona 84 - Quand il se livrait au sommeil, il ne prenait pas la position d'un homme mort; et lorsqu'il était dans sa maison, il se dépouillait de sa gravité habituelle. Si quelqu'un lui faisait une visite pendant qu'il portait des habits de deuil , quand même c'eût été une personne de sa connaissance particulière, il ne manquait jamais de changer de contenance et de prendre un air convenable ; s'il rencontrait quelqu'un en bonnet de cérémonie, ou qui fût aveugle, quoique lui-même ne portât que...
Strona 104 - eussent perdu l'affection du peuple, « Ils pouvaient être comparés au Très-Haut. « Nous pouvons considérer dans eux « Que le mandat du ciel n'est pas facile à conserver, » Ce qui veut dire : , « Obtiens l'affection du peuple, et tu obtiendras l'em« pire; « Perds l'affection du peuple, et tu perdras l'empire 2.
Strona 77 - Si quelques-uns d'entre eux étaient plus vertueux que lui , il faisait abnégation de lui-même pour les imiter. Il se réjouissait d'emprunter ainsi des exemples de vertu aux autres hommes, pour pratiquer lui-même cette vertu. Dès le temps où il labourait la terre, où il fabriquait de la poterie, où il faisait le métier de pêcheur, jusqu'à celui où il exerça la souveraineté impériale, il ne manqua jamais de prendre pour exemple les bonnes actions des autres hommes. Prendre exemple des...
Strona 102 - C'est pourquoi un prince doit, avant tout, veiller attentivement sur son principe rationnel et moral. S'il possède les vertus qui en sont la conséquence, il possédera le cœur des hommes; s'il possède le cœur des hommes , il possédera aussi le territoire ; s'il possède le territoire, il en aura les revenus; s'il en a les revenus, il pourra en faire usage pour l'administration de l'État. Le principe rationnel et moral est la base fondamentale; les richesses ne sont que l'accessoire. 7. Traiter...
Strona 82 - ... devoirs au prince]. 7. Dans les jours d'abstinence, il se couvrait constamment d'une robe blanche de lin. Dans ces mêmes jours d'abstinence, il se faisait toujours un devoir de changer sa manière de vivre ; il se faisait aussi un devoir de changer le lieu où il avait l'habitude de reposer. 8. Quant à la nourriture, il ne rejetait pas le riz cuit à l'eau, ni les viandes de bœuf ou de poisson découpées en petits morceaux. Il ne mangeait jamais de mets corrompus par la chaleur, ni de poisson...
Strona 75 - MENG-TSEU dit : Le fruit le plus précieux de l'humanité , c'est de servir ses parents. Le fruit le plus précieux de l'équité, c'est de déférer aux avis de son frère aîné. Le fruit le plus précieux de la prudence ou de la sagesse, c'est de connaître ces deux choses et de ne pas s'en écarter. Le fruit le plus précieux de l'urbanité , est de remplir ces deux devoirs avec complaisance et délicatesse. Le fruit le plus précieux de la musique ( qui produit la concorde et l'harmonie) est...
Strona 84 - ... se revêtait de ses habits de cour, et se ceignait de sa plus belle ceinture. Lorsque le prince le mandait près de lui, sans attendre son attelage, qui le suivait, il s'y rendait à pied. 14. Lorsqu'il entrait dans le grand temple des ancêtres, il s'informait minutieusement de chaque chose.
Strona 28 - Depuis l'homme le plus élevé en dignité, jusqu'au plus humble et au plus obscur; devoir égal pour tous : corriger et améliorer sa personne , ou le perfectionnement de soi-même, est la base fondamentale de tout progrès et de tout développement moral.
Strona 80 - S'il venait à saluer les personnes qui se trouvaient auprès de lui , soit à droite , soit à gauche , sa robe, devant et derrière , tombait toujours droite et bien disposée. Son pas était accéléré en introduisant les hôtes, et il tenait les bras étendus comme les ailes d'un oiseau. Quand...

Informacje bibliograficzne