Œuvres ... Histoire romaine, avec la trad, Tom 2

Przednia ok³adka
 

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 416 - Pampliilide occupait le centre. Eudamus, voyant la flotte ennemie rangée en ordre de bataille, et prête à engager l'action , prit le large et ordonna à ceux qui le suivaient de marcher de front en conservant leur rang. Celte manœuvre produisit d'abord quelque confusion ; car il ne s'était pas assez éloigné pour laisser au reste de ses vaisseaux la liberté de se développer du côté de la terre, et, par un mouvement précipité, il se trouva lui-même avec cinq navires seulement en présence...
Strona 350 - Voltaire de la contrainte que sa timidité lui imposoit; là il se montre sans aucune retenue; il plaisante indécemment sur tout ce que les hommes ont de plus cher et de plus sacré...
Strona 124 - TU l'Afrique; puis il ordonna de faire force de voiles et d'aller plus bas chercher un point de débarquement. Le même vent poussait la flotte; mais il s'éleva, à peu près à la même heure que la veille, un brouillard qui déroba la vue de la terre , et fit tomber le vent. La nuit vint ensuite augmenter l'incertitude ; aussi , pour empêcher les vaisseaux de se heurter ou d'échouer , on jeta l'ancre. Au point du jour, le vent souffla de nouveau , dissipa le brouillard et laissa voir toute l'étendue...
Strona 410 - ... les navires submergés et à déblayer le port plus facilement encore qu'on ne l'aurait comblé. Si au contraire il fallait, malgré tout , rester là, à quoi bon fermer le port? Les ennemis , à l'abri de tout danger, dans une rade sûre et au sein d'une ville opulente, recevant de l'Asie...
Strona 430 - ... charge soudaine, tandis que la cavalerie, qui poursuivit les fuyards, acheva de répandre le désordre et la terreur parmi les chevaux et les chameaux , également effarouchés par les cris confus qui retentissaient autour d'eux. On fit donc disparaître les chars du milieu de la plaine , et lorsque cette vaine échauffourée fut terminée, les deux armées s'ébranlèrent au signal donné, pour un combat en règle.
Strona 321 - Anliuchus se fait un titre de gloire de replacer sous son joug des villes que ledroitde la guerreavait données à son bisaïeul, mais que son aïeul et son père n'ont jamais songea revendiquer comme leur propriété, les Romains aussi croient leur constance et leur bonne foi intéressées à ne point abandonner le patronage de la liberté grecque dont ils ont consenti à se charger. De même qu'ils ont affranchi la Grèce des chaînes de Philippe , ils veulent aussi affranchir du joug d'Anliochus...
Strona 111 - ... compléter les légions des diverses provinces, quelques sénateurs représentèrent qu'il était temps de faire cesser les abus tolérés en quelque sorte dans les temps difficiles, puisque la bonté des dieux avait enfin délivré les Romains de toute crainte.
Strona 145 - Elle baisait 1» main du roi, et, en lui demandant sa parole qu'il ne 'la livrerait pas à un Romain, son langage ressemblait plus à des caresses qu'à des prières. Aussi l'âme du prince se laissa-t-elle aller à un autre sentiment que la compassion : avec cet emportement de la passion naturel aux Numides, le vainqueur s'éprit d'amour pour sa captive, lui donna sa main comme gage de la promesse qu'elle réclamait de lui et entra dans le palais.
Strona 324 - C'étaient des étrangers qui avaient obtenu par grâce, pour bâtir une ville, l'espace qu'ils pourraient entourer avec le cuir d'un bœuf coupé en lanières. Tout ce qui était en dehors de l'enceinte de Byrsa , leur demeure primitive, ils l'avaient acquis par la violence et l'injustice. Ce pays même qui était l'objet de leur contestation, ils ne pouvaient prouver qu'ils l'eussent possédé sans interruption depuis qu'ils l'avaient occupé pour la première fois, ni qu'ils l'eussent possédé...
Strona 336 - Miniou , et , malgré son absence , on entra en pourparlers. Minion avait préparé son discours : « Romains, dit-il, vous faites valoir un noble motif, l'affranchissement des cités de la Grèce, je le sais; mais votre conduite n'est pas d'accord avec vos paroles. Vous avez imposé à Antiochus des conditions différentes de celles que vous observez vous-mêmes.

Informacje bibliograficzne