Mercure de France

Przednia ok³adka
Cailleau, 1809
 

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 286 - Fuggì tutta la notte, e tutto il giorno errò senza consiglio e senza guida, non udendo o vedendo altro d'intorno, che le lagrime sue, che le sue strida. Ma...
Strona 351 - C'est le plus bel endroit ! — Ce tour ne me plaît pas. — Tout le monde l'admire. Ainsi toujours constant à ne se point dédire, Qu'un mot dans son ouvrage ait paru vous blesser, C'est un titre chez lui pour ne point l'effacer.
Strona 172 - Il a le ventre court, l'encolure hardie , Une tête effilée, une croupe arrondie. On voit sur son poitrail ses muscles se gonfler , Et ses nerfs tressaillir, et ses veines s'enfler. Que du clairon bruyant le son guerrier l'éveille, Je le vois s'agiter, trembler, dresser l'oreille. Son épine se double et frémit sur son dos ; D'une épaisse crinière il fait bondir les flots. De ses naseaux brûlants il respire la guerre : Ses yeux roulent du feu, son pied creuse la terre.
Strona 137 - C'est comme l'œil voit la lumière , que l'esprit voit que le blanc n'est pas le noir , qu'un cercle n'est pas un triangle , que trois est deux et un.
Strona 492 - L'argent, l'argent, dit-on; sans lui tout est stérile : La vertu sans l'argent n'est qu'un meuble inutile. L'argent en honnête homme érige un scélérat; L'argent seul au palais peut faire un magistrat . Qu'importe qu'en tous lieux on me traite d'infâme?
Strona 381 - Nous avons pensé d'ailleurs qu'il convenait « de consacrer le souvenir honorable pour nos « peuples, de ces grandes circonstances où nos
Strona 171 - Voyez ce fier coursier noble ami de son maître , Son compagnon guerrier, son serviteur champêtre, Le traînant dans un char , ou s'élançant sous lui ; Dès qu'a sonné l'airain , dès que le fer a lui...
Strona 286 - Ma son, mentr'ella piange, i suoi lamenti rotti da un chiaro suon ch'a lei ne viene, che sembra ed è di pastorali accenti misto e di boscareccie inculte avene.
Strona 351 - Ce terme est équivoque; il le faut éclaircir. C'est ainsi que vous parle un ami véritable. Mais souvent sur ses vers un auteur intraitable A les protéger tous se croit intéressé, Et d'abord prend en main le droit de l'offensé. De ce vers, direz-vous, l'expression est basse.
Strona 476 - Tu t'empares des cieux en monarque indompté, Et les vœux de l'amour t'accompagnent sans cesse. Quand la tempête éclate et rugit dans les airs, Quand les vents font rouler, au milieu des éclairs, Le char retentissant qui porte le tonnerre, Tu parais , tu souris , et consoles la terre. Hélas! depuis long-temps tes rayons glorieux Ne viennent plus frapper ma débile paupière!

Informacje bibliograficzne