Obrazy na stronie
PDF
ePub
[ocr errors]

« Que tous les fidèles de l'empire sachent, dit l'empereur Frédé»ric dans son diplôme de 1176, que la maison hospitalière de Saint» Bernard au Mont-Joux, avec tout ce qui en dépend, demeure as»surée sous le bouclier de notre protection; que nul donc, de notre tems, n'ose, par une audace téméraire, s'emparer des aumônes qu'on y recueille ou les détourner de quelque manière '. »

[ocr errors]

Henri disait de même en 1180: « Que tous ceux qui existent dans »notre empire sachent que Notre sérénisme père Frédéric, empereur » auguste des Romains, et nous, avons pris avec une telle clémence » sous notre sauve-garde l'hospice de Saint-Bernard au Mont-Joux, » avec tout ce qui en dépend, et tout ce qu'il possède sous notre puissance, que nous lui garantissons par la force de notre autorité paix et sécurité contre toute violence. Ainsi, quiconque oserait com» mettre quelque injustice envers ledit hospice et les religieux qui le » desservent, soit dans les biens, les droits ou les personnes, qu'il se » connaisse coupable envers nous de lèse-majesté, comme s'il eût » commis quelque injustice sur les choses de notre fisc; pour un si grand attentat, qu'il paie conséquemment dix livres d'or, dont » une moitié à notre chambre et l'autre à l'hospice qui a souffert de » l'injustice". »

[ocr errors]

« Cognoscant universi fideles imperii quod domus hospitalis Sancti-Bernardi de Monte Jovis cum universis pertinentiis suis sub nostrâ defensionis clypeo secura consistit, ut nostris temporibus illic eleemosynas collatas nullus ausu temerario præsumat invadere vel aliquo modo distrahere..... Datum apud Taurinum, anno Dui 1176, 8 indict. »>

2 « Noverint ergo omnes in imperio nostro constituti, quod nos hospitale Sancti-Bernardi de Monte Jovis et omnes pertinentias ejus in universis possessionibus, quas sub nostrâ potestate habet unâ cum Serenissimo Patre nostro Frederico, Romanorum imperatore Augusto, in nostræ majestatis tuitionem ita clementer suscipimus, ut ei securitatem et pacem ab omni violentiâ auctoritatis nostræ robore confirmamus. Quicumque ergo prædictum hospitale, et fratres qui ei ministrant, in rebus, jure, personis aliquâ injuriâ gravare præsumpserit reum lesæ majestatis nostræ noverit se, tanquam res fisci nostri injuriose tetigerit; pro tanti delicti pœnâ persolvat decem libras auri, medie-tatem scilicet cameræ nostræ et medietatem hospitali injuriam passo. Datum Mediolani..... 1180. iv kal. april. »

C'est ainsi que Thomas I, comte de Maurienne, montrait plus tard, sinon la même puissance, du moins une égale bonne volonté à l'égard de l'hospice, quand il promettait ainsi de le défendre de toutes ses forces': « Ego bonus advocatus et bonus defensor fratres Montis » Jovis et omnia quæ illorum sunt bonâ fide defensare et manutenere promitto. »

[ocr errors]

Ailleurs, et surtout dans les donations de simples fidèles, reparaît cette langue si douce de la charité chrétienne qui croit et qui espère dans le Dieu dont elle exécute les plus saintes lois en soulageant les pauvres et les malheureux : « Qu'il soit connu de tous qu'Eberard, » pour le bien de son áme, et pour l'âme de ses ancêtres, donne à perpétuité à la maison des pauvres du Mont-Joux, à Uldric, pré» vôt, et aux autres religieux tout ce que.............. »

[ocr errors]
[ocr errors]

2

Qu'il soit connu de tous que dame Agnès, par l'intermédiaire » de Guillaume son fils, a donné à la maison de Saint-Bernard au >> Mont-Joux et aux religieux de cette maison pour l'œuvre et le sou» tient des pauvres, une.....

3

[ocr errors]

« Bref de souvenir que D. Anselme de Porta a donné pour le bien » de son áme, pour le bien de l'âme de son père, de sa mère et de » ses frères, à la maison de Saint-Bernard au Mont-Joux, pour » l'œuvre et le soutien des pauvres cette.... Dame Isabelle épouse » de D. Anselme a approuvé et confirmé cette donation, ainsi qu'Ay» mon et Anselme leurs fils, l'an du Seigneur 1190, par autorité de » G., évêque, lequel a excommunié tous ceux qui portent atteinte

• En 1206. On peut encore voir en particulier les actes de l'empereur Henri en 1193, deux autres de Thomas vers la même époque, ceux d'Amédće IV en 1234, et d'autres comtes ou ducs de Savoie en faveur du SaintBernard.

[ocr errors]

2 Donation d'Ebrard, février 1168. «Notum sit omnibus quoniam Ebrardus donat in perpetuum pro animâ suâ et pro animabus antecessorum suorum, domui pauperum Montisionis, et Uldrico preposito, et aliis fratribus ipsius domûs, totum illum quod......› Historiæ patriæ monumenta edila ivssv regis Caroli Alberti. Chartarum, tomus ; in-fol; Turin, imprimerie royale, 1836, p. 852.

[ocr errors]

Donation d'Agnès, janvier 1181. << Notum sit omnibus quod domina Agnes dedit per manum Guillelmi filii sui domui Sancti-Bernardi montis Iouis, et fratribus ipsius domus ad opus et ad sustentationem pauperum unam..... Loc. cit., p. 905.

» à ce don, commettraient une injustice e vers ladite maison et » envers les pauvres à qui ce don est fait '.

[ocr errors]

On aime aussi à entendre les princes eux mêmes tenir un semblable langage, et dire comme l'empereur Henri, par exemple, lorsqu'en 1180, il donnait sur sa cassette, vingt marcs d'argent chaque année, pro remedio animæ suæ', jusqu'à ce qu'il pût assigner à l'hospice des terres d'un revenu suffisant, et demandait que les religieux, en échange, fissent mention de lui et de ses ancêtres dans leurs prières.

Faut-il s'étonner d'après cela que les fidèles relevant à ce point l'œuvre des pauvres, dans ce vénérable hospice de Saint Bernard, aient honoré du titre de serviteurs des pauvres les religieux qui le desservaient? Faut-il s'étonner si ces religieux eux-mêmes se glorifiaient du même titre, et s'intitulaient avec les vieux prévôts Armand et Pierre de Porta, « pauperum Montis Jovis humilis minister? »

Pourquoi faut-il que les faiblesses et les passions humaines aient abusé plus tard de tant de dons? Pourquoi faut-il que l'ambition et la cupidité des fils aient aussi tristement détourné la source d'abondance ouverte aux pauvres par la généreuse charité de leurs ayeux ?

- "

LUQUET,
Evêque d'Hésebon.

'Donation d'Anselme de Porta, 1190. Breue recordationis quod donnus Anselmus de Porta dedit pro animâ suâ et pro animabus patris et matris sue, et fratrum suorum domui Sancti-Bernardi montis Iouis ad opus et sustentacionem pauperum illam........ Hoc donum laudauit et confirmauit domina Ysabel uxor donni Anselmi, et Aymo et Anselmi filii eorum per manum G. episcopi, anno Domini M. C. LXXXX, qui excommunicauit omnes qui de hoc dono iniuriam fecerint predictæ domui et pauperibus quibus datum est. » — Loc. cit., p. 967.

* Dipl. daté de Milan, le 3 des kal. d'avril 1180.

[ocr errors]

Vente d'Isabelle, août 1177. Notum sit omnibus quod Ysabel uendit in perpetuum per manum Odonis sui aduocati domui pauperum montis Iouis et serviloribus eius totum illud allodium...... » - Dans des actes de donations de Remy et de ses frères en 1193, de Frecza en 1196, de Giraut et de ses frères en 1207, de Rifferio en 1217, et bien d'autres encore, on trouve des indications comme celles-ci : · Hospitali montis Iouis et seruitoribus eius, ecclesiæ montis Iouis et seruitoribus eius, domui montis louvis et seruitoribus eius. » —— Hist. pat. mon.. p. 885, 998, 1032, 1139.

Polémique Catholique.

DE LA

PERPÉTUITÉ DES MIRACLES DANS L'ÉGLISE, LETTRE A M. L'ABBÉ LAFFETAY,

Chanoine de Bayeux, docteur ès-lettres.

MIRACLE DU TEMPLE DE JÉRUSALEM. ( Suite').

Nexxyxa; Faλthats! Tu as vaincu Galiléen.

JULIEX.

Comme le célèbre évêque de Glocester, comme Bergier, comme le P. De Colonia, comme le docteur Dællinger, comme le docteur Alzog“, nous pensons que le témoignage de saint Grégoire, confirmé par plusieurs autres écrivains, par Sozomène, par Socrate, par Rufin, par Théodoret, par Philostorge, présente toutes les garanties propres à satisfaire un esprit judicieux 3.

Voir le 1er art. au no précédent ci-dessus, p. 68.

L'Eglise sous Julien.

a Alzog, Histoire universelle de l'Eglise, 1. 3 Nous ne nous occuperons pas ici, pour justifier saint Grégoire, à essayer de démontrer comme Dollinger et Warburton que les croix qui s'attachèrent aux vêtemens n'étaient qu'une conséquence naturelle du miracle. Ces deux savans auteurs citent plusieurs faits curieux à l'appui de leur opinion. Nous ne croyons cependant nullement nécessaire pour montrer l'autorité du témoignage du saint évêque, d'entrer dans tous les détails de cette discussion. Nous nous bornerons donc à rapporter ce qu'a dit là-dessus Dællinger: « Que l'on ait vu sur les corps et sur les vêtemens des personnes présentes, des croix brillantes pendant la nuit, d'une couleur sombre pendant le jour; ceci s'explique très-bien par l'action combinée du tremblement de terre, de l'orage et de la foudre, et il y en a d'autres exemples. Dans l'année 1595, la foudre ayant frappé l'Eglise de Wells, en Angleterre, les personnes qui étaient en ce moment dans l'église trouvèrent ensuite des croix marquées sur diverses parties de leur corps. En 1660, après une éruption du Vésuve, on vit en grande quantité, dans plusieurs endroits du royaume de Naples, des croix imprimées

Recherchons, en effet, ce qu'on a pensé du miracle qui déconcerta les projets de Julien dans les tems postérieurs à celui des contemporains.

L'empereur, dit Sozomène, n'avait pour les Chrétiens que la haine la plus implacable, tandis qu'il favorisait les juifs et qu'il ne cessait de donner à leurs patriarches des marques de sa bienveillance.

» Il écrivit à ces derniers d'adresser leurs prières au ciel pour la prospérité de sa personne et de son règne. Cette conduite, autant que je puis le conjecturer, n'était pas fondée sur une estime particulière de la religion judaïque, puisqu'il n'ignorait pas que celle des Chrétiens en tirait son origiue, ayant toutes les deux les mêmes prophètes et les mêmes patriarches; sa prédilection pour les juifs n'avait d'autre but que de mortifier les Chrétiens, peut-être aussi pensait-il qu'en leur prodiguant ses faveurs il viendrait plus aisément à bout d'en faire des idolâtres... Ayant fait venir les principaux de la nation, il les pria de pratiquer les préceptes de Moïse et les coutumes de leurs ancêtres. On lui répondit que le temple de Jérusalem étant détruit, et la nation dispersée, on ne pouvait offrir des sacrifices sans prévariquer aux lois. L'empereur leur fit aussitôt donner l'argent nécessaire pour rebâtir le temple, leur enjoignant d'observer dans les cérémonies et les sacrifices la même forme et les mêmes règles qui avaient été en usage chez leurs prédécesseurs. Ce peuple, assez aveugle pour ne pas voir l'impossibilité d'un projet formellement contraire aux prédictions sacrées des prophètes, se préparait à l'exécuter avec tout le soin et l'ardeur imaginable. On fit venir des architectes; on rassembla des matériaux; on nettoya les endroits où l'on devait asseoir les fondemens. La joie qui les animait allait si loin, qu'on voyait leurs épouses mêmes transporter dans leurs robes les décombres de l'an

à des vêtemens et à des nappes d'autel, suivant le rapport de Kircher qui en fut témoin et qui a exposé les faits dans un écrit intitulé: Diatribe de prodigiosis crucibus quæ, tam šupra vesles hominum quam res alias, non pridem post ultimum incendium Vesuvii, Neapoli compáruerunt. Or, comme ce sont précisément ces croix que les écrivains chrétiens ont fait ressortir et qu'ils ont décrites avec un soin particulier, il est évident qu'ils suivaient sur ee point des documens authentiques et non de simples oui-dire. » Dællinger, Origines du christianisme, 11, Julien.

« PoprzedniaDalej »