Claire de Castelbajac: que ma joie demeure

Przednia ok³adka
Presses de la Renaissance, 26 sie 2010 - 248
0 Recenzje
Née en 1953, Claire de Castelbajac frappe ses proches par sa joie de vivre et sa confiance en Dieu. Étudiante, elle va au-delà des conventions de la bourgeoisie catholique : musicienne, douée pour le dessin, elle expérimente la difficulté d'aimer vraiment et d'être aimé, de rester fidèle à la foi de l'enfance, dans l'immédiat après-mai-68. En 1973, elle est admise au concours d'un prestigieux institut de restauration de peinture et se retrouve projetée dans un milieu artistique, au cœur de la vie romaine, loin des siens. Claire s'étourdit du plaisir de vivre libre. Mais son cœur, d'amours en amitiés, cherche douloureusement sa voie. À l'été 1974, elle fait un pèlerinage en Terre sainte qui la remet dans une quête spirituelle intense. À l'automne, elle restaure les fresques de la basilique inférieure de Saint-François à Assise. Deux mois de grâce qui la conduisent au terme de sa recherche : seule, désormais, compte la louange de Dieu par sa vie. Mais aux vacances de Noël, une méningo-encéphalite l'emporte en deux semaines. Claire meurt à Toulouse le 22 janvier 1975, elle a 21 ans. Claire de Castelbajac est de plus en plus connue et aimée en France et au-delà, spécialement par les jeunes. Bien des grâces divines semblent passer par elle. L'enquête diocésaine pour son procès de béatification s'est terminée en février 2008. Le dossier a été ouvert à la Congrégation pour la cause des saints à Rome, le 3 juin 2008. Sans prétendre anticiper aucunement sur les conclusions romaines, le présent ouvrage retrace le parcours de Claire. Il s'agit de la première biographie exhaustive réalisée à partir des nombreuses sources disponibles.

Co mówi± ludzie - Napisz recenzjê

Nie znaleziono ¿adnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Informacje bibliograficzne