Obrazy na stronie
PDF
ePub

1

[ocr errors]

H

[ocr errors]

sommes-nous fous de rester sous cette pluie maudite; entrons vite ; il sera bien temps demain de s'assurer de celte petite imprudence.

Je tiens à voir cela sur l'heure, dit de Volfart, continuant son calme, et, suivi de son compagnon, il fit le tour de la maison. « Nous y sommes,» se dit en lui-même le traitre.

Arrivé devant le mur de clôture du jardin', de Volfart fut droit à la porte, qu'il n'eut qu'à pousser pour l'ouvrir : « En effet, dit-il, ouverte ! Venez Jamston. o

Ils entrèrent dans le jardin : sur la gauche s'élevait une sorte de petit kiosque champêtre ouvert à tous les vents, dont le dôme en chaume reposait sur des colonnes de bois non dégrossi. « Venez, dit de Volfart, nous refaire un peu là... Voyez, l'on avait raison... quelle imprudence ! »

Une éclaircie douteuse, faiblement rougeâtre, comme le reflet d'un incendie éloigné, s'était faite dans le ciel ; le vent soumait avec une nouvelle force, et tout le ciel fondait. Le jardin inculte, bouleversé, gorgé de hautes plantes parasites , avait l'aspect d’un cimetièrc abandonné.

Ils étaient entrés sous le kiosque : « Décidément, quelqu'un est venu ici avant nous, Jamston, dit de Volfart, toujours avec le même accent monotone.... Voyez.... ou plutôt, louchez sur cette chaise de bois.... un manteau...,

Que voudrait dire cela! murmura hypocritement le cauteleux Jamston.

Ce que cela veut dire? répondit de Volfart d'une voix sourde qui semblait venir du fond des entrailles... Cela veut dire qu'il y a longtemps que je vous comprends ! cela veut dire, mon Dieu ! qu'en ce moment, Mmc de Volfart est, comme vous dites, vous autres Anglais , en criminelle conversation avec un M. Roger de Préval, dont voici le manteau... Ah! Jamston ! Jamston! comme vous m'avez bien conduit peu à peu jusqu'ici, tout innocemment; honnête homme ! je vous en remercie !... Sur mon honneur, la lettre anonyme avait raison, aussi vrai qu'elle est de vous, et que je vous en remercie , aussi d'elle!... Ah! ce que cela veut dire ? simplement, que vous m'avez prété ceci... Jamston vit le poignard briller au poing de Volfart, et que je vous en remercie encore mieux!...

De Volfart... que dites-vous là... je ne comprends pas... balbutia Jamston, se sentant tout à coup saisi d'un tremblement étrange...

Il y eut un silence.

- Jamston, vous êtes vraiment habile comme l'enseigne du More de Venise... Je gage que, ce poignard, vous me l'aviez prêté en l'honneur et à l'intention de M. de Préval...

Vous penseriez...

Ah! d'ailleurs vous auriez cu tort, car je crois que je ne m'en servirai pas... pour lui...

Il y eut un second silence. Jamston voulut essayer une justification, mais de Volfart l'arrêta en lui disant d'une voix qui glissait entre les dents :

Jamston, vous êtes un lâche ! un traitre ! un chien !

De Volfart!

Jamston, vous avez assez joui comme cela, de votre haine et de votre lâcheté!

Moi... osez-vous...
Vous en avez trop su, trop vu...
Vous m'accusez, de Volfart...
Je vous juge.
Vous me jugez?

Je le condamne! Disant ce dernier mot, de Volfart planta vigoureusement le poignard jusqu'au manche, en pleine poitrine du traître, avant que celui-ci eût songé à esquiver le coup. Jamston était tombé sur la face en poussant un cri qui ne fut qu'un râle qui emporta son dernier souffle.

De Volfart s'agenouille près du cadavre, et reste quelques instants penché sur lui : « Morl, dil-il en se relevant... Pas de sang au dehors... Son poignard... Je lui avais bien dit que je le lui rendrais...

Toute une puissance froide et profonde du meurtre venait de s'emparer de Jean de Volfart.

Soudain il s'élança hors du jardin et disparut en s'enfonçant dans le faubourg.

Une heure à peine s'était écoulée qu'un constable et des

gens de police, armés, entraient dans le jardin, guidés par de Volfart , tandis que d'autres veillaient sur le devant de la maison pour garder les issues.

« Voilà le cadavre, dit de Volfart... L'assassin, quand il a entendu mes cris, s'est réfugié dans ma maison... Sauvez! sauvez ma femme qui est scule, et qu'il aura peut-être tuée aussi !

Six fois le marleau de fer retentit sur la porte, et les sommations, selon la loi, sont faites... Un silence profond semble régner dans la maison... Enfin une fenêtre s'ouvre, une femme parait. Effrayée par le nom de la loi, elle descend ouvrir — c'était la bonne du logis.

Ils montent dans une chambre, au premier.

En ce moment, enveloppée d'un riche peignoir, les cheveux sur les épaules, parul Mme Julia de Volfart.

Un assassin s'est réfugié chez vous, madame, dit le constable....

Comment.... un assassin... chez moi! s'écria-t-elle avec plus d'embarras que de terreur....

Le voilà.... on le tient.... murmurèrent dans l'escalier des voix confuses....

Et de Préval, påle, les cheveux dispersés sur le front, les habils déchirés, en désordre, tenu par cinq hommes, est poussé dans la chambre.

La jeune femme cherchait en elle-même et trouvait déjà une explication honnête à la présence de M. de Préval chez elle, à cette heure; clle allait parler, dire, s'expliquer, s'étonner de ce que l'on commettait un affreux quiproqno à l'égard de M. de Préval.... Mais ces mots qui

છે se pressaient déjà dans sa bouche, expirèrent sur ses lèvres entr'ouvertes, une sucur glacée parcourut tous ses membres. Parmi les hommes qui tenaient M. de Préval clle en avait aperçu un, qui , la main posée convulsivement sur l'épaule du jeune Français, le front couvert d'une pâleur terreuse, la regardait avec un sourire effrayant, sans nom !

Elle poussa un cri d'horreur en tombant roide, privée de connaissance. Elle venait de reconnaitre Jean de Volfart, son mari.

2

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

« La

[ocr errors]

111, Du plaisir des Dieux.

venez donc me dire si je dois vous l'envoyer, elle! » Un

rire sans expression accompagna ces paroles , qui furent Madame de Volfart, privée de connaissance, avait été lancées comme une épouvantable plaisanterie. déposée sur une bergère.

tuer... Oh! ce ne serait pas assez ! ajouta-t-il... et puis Il y a une erreur, une erreur horrible, s'écria de il faut savoir prendre et choisir son temps. Il y a quelque Préval se délivrant enfin de la stupeur provoquée chez chose qui habite sous ma poitrine, et qui me dit : « La lui par cette brusque surprise.

mort, ce n'est pas assez! attends! Donc, prenons un A ce mot, de Volfart retirant sa main de fer passée sur masque et attendons. » l'épaule du jeune homme, vint se mettre devant lui; et, Madame de Volfart se réveillait en ce moment; il fut d'une voix glacée, lui dit en le regardant fixement en s'asseoir à son chevet, et, lui prenant les mains : « Julie, pleine figure : « Vous m'expliquerez alors comment je dit-il, avant deux jours, vous serez entièrement rétablie... vous trouve chez moi!... »

Oh! ce misérable, qui a causé chez vous cette révolution, Chez vous ? s'écria de Préval avec un mouvement qui vous retient encore au lit, je me promets bien de de terreur qu'il ne put comprimer.

l'aller voir danser, au bout d'une corde, le pas aérien de Chez moi... Il me semble que je me nomme bien

l'éternité... Dire qu'il a tué ce bon Jamston pour le voJean de Volfart.

ler... Certains prétendent qu'ils étaient jaloux en amour, Atterré, de Préval baissa les yeux et balbutia : « Je ve- et que là, seulement, est la raison du meurtre. Mais j'ai nais de... reconduire mistriss... quand poursuivi... tort de vous parler de cela : vos yeux ont encore un reste - Votre nom? demanda le constable d'une voix grave. de délire, le frisson de la fièvre glace encore votre main... Roger de Préval.

Allons, endormez-vous avec de doux songes , ma douce - Un homme vient d'être assassiné dans le jardin de Julie. » cette maison... Voilà l'arme qui a servi à le frapper, Il y avait tout à la fois dans ces quelques mots tant de ajouta le constable; – qu'on lui présente le poignard, sollicitude étudiée et tant d'ironie mal dissimulée, que

il a sur le pommeau deux initiales gravées... un R. Mmo de Volfart comprit en cet instant ce qu'elle cherchait et un P. Ne sont-ce pas les vôtres ? Et ce poignard n'est- encore à se cacher que son mari savait tout, et que, il pas à vous ?

dans l'arrestation de M. de Préval et le meurtre de JamDevant celle question terrible, de Préval ne répondit ston, il y avait comme une terrible préface, toute énigmapas, car, en ce moment, une question, plus affreuse en- tique, de ce qui la regardait, elle. core, le dominait : sauver Julie, sauver l'honneur, la vie Esprit frivole, cæur facile, Julia Carty s'élait donnée de cette femme!

à un époux, sans comprendre un instant la sainte inflexiPuisque c'est mon poignard, dit-il d'une voix sourde, bilité d'un engagement devant les hommes et Dicu ; pour je n'ai rien à dire...

elle cc n'avait été qu'une sorte de changement d'état : Un instant après, les notes relatives au meurtre en se trouvant face à face avec la nature aimante et sé. ayant été relevées sur les lieux, on emmenait Roger de vère de Jean de Volfart, elle éprouva un malaise horriPréval, l'assassin de Jamston, les mains liées sur le dos. ble, car elle vit qu'elle n'aimait pas l'homme qui venait

Pendant les deux jours qui suivirent cette nuit, ma- de lier sa vie à la sienne, ct que toute l'abondance du dame de Volfart resta dans un état fort alarmant : la ceur de cet homme ne suffirait pas pour lui imposer ce faiblesse et le délire se succédaient chez elle tour à tour. bonheur qui découle du devoir dans la communauté. Quelques éclairs de lucidité traversaient rarement son Aussi, quand un jour, un caprice vint s'adresser à ce cerveau,

si horriblement ébranlé. Vers le soir du second cæur de femme, ignorant de toute affection, bientôt le jour, elle eut un instant de repos qui se manifesta par un caprice monta au degré de passion, la passion fut aveugle, lourd sommeil. De Volfart avait congédié ses deux do- toute abandonnée à elle-même, et la faible Julie se livra mestiques, et veillait seul près de sa femme. Il alluma à l'amant aussi imprudemment qu'elle s'était donnée à une lampe, s'assit devant une table, et crispant les deux l'époux. Mais, hélas ! tout à coup cette åme folle se mit mains dans ses cheveux bouleversés, il rêva longtemps : à trembler, car la passion avait soudain réveillé chez elle tout à coup il tourna la tête par-desssus son épaule, et la réflexion : son époux l'aimait ; elle en aimait un autre! dit d'une voix saccadée et sourde : « Ah! tu reviens donc, A ce mot de M. de Volfart : « Endormez-vous avec de toi!... Que veux-tu ?... » - Et pourtant personne n'était doux songes, ma douce Julie. » Elle répondit, pour cacher là, près de lui, derrière lui... « Laissez-moi... Veux- sa honte et son effroi : « Oui... je souffre encore... je tu des prières encore, mon cousin ? ajouta-t-il tristement... veux dormir... » Et elle laissa tomber sa tête sur son Il y a longtemps que tu n'étais venu... depuis dix-huit oreiller en jetant un de ses bras nus sur son front glacé, ans... » Puis, se levant tout à coup, et marchant à grands afin de dérober la terrible anxiété qui s'y gravait en traits pas en passant ses mains sur son front sinistre et pâle : violents. Elle sembla s'endormir, mais elle se murmura « Vision! maladie! néant que cela ! Les morts sont bien en grelottant de terreur : « Mon Dieu ! si, cette nuit, il morts ! et les revenants ne reviennent que dans les romans allait me tuer, cet homme!... »

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

et les cerveaux des enfants !... Ah ! maintenant, après « Buvez cela, » lui dit un instant après de Volfart en

mon

[ocr errors]

tout, je n'ai plus peur... Ma confiance, mon amour, lui présentant un verre...
bonheur et mon nom; oui, ton nom, Jean de Volfart !
l

Du poison ! s'écria la malheureuse femme en se cetle malheureuse a tout sacrifié, a souillé tout ! Doit-elle jetant au fond de sa couche... mourir?... Eh bien donc! que les morts se réveillent ! Du délire, toujours ! dit de Volfart avec un sourire reviennent ! ombre de mon cousin! spectre de Jamston! horrible de calme, et il vida le verre d'un trait... — Dor

[ocr errors]

[ocr errors]

[ocr errors]

un

mez, Julie... d'un peu de limonade, vous faites une coupe lout à coup en faisant trois pas en arrière; lui sembla de mélodrame ! Dormez en paix, vous êtes malade... s'élancer... Une trappe s'était dérobée sous ses pas, et

Trembler, désespérer à chaque heure, telle fut pendant déjà roide, il penchait au bout de la corde fatale, ses un mois la vie de cette femme; sous prétexte de rétablir pieds nus et glacés par la mort se balançaient au-dessus sa santé, son mari l'avait conduite, incognito , dans un de la foule avide et stupide. village à quelques lieues de Londres. Elle sentait qu'ils Mon Dieu ! prenez pitié de moi! s'écria la jeune jouaient tous deux une affreuse comédie : être toujours femme en tombant dans une faiblesse effrayante, image malade fut la façon qui lui parut la plus sûre pour éviter de la mort. l'éclat, le coup de tonnerre qui, elle l'attendait à chaque Hop! hop! dit de Volfart en fouettant vigoureuseinstant, devait la terrasser. Et, cependant, il y avait en- ment son cheval... Si c'eût été vraiment lui, cala n'aucore quelque chose qui dominait au-dessus de sa crainte, rait pas mieux frappé... Et cela vaut mieux qu'un coup

son amour pour Roger, car vraiment, l'insensée, elle de poignard, je crois, ajouta-t-il avec un sourire calme aimait M. de Préval, elle aimait...

conime le bonheur. Un second mois venait de s'écouler ; un morne silence Le hasard venait d'offrir à l'imagination de de Volfart avait toujours régné entre elle et de Volfart, et ils ren- un motif pour exercer encore sa vengeance, car le pendu traient à Londres, trainés dans un petit cabriolet n'était nullement M. de Préval, qui, toujours en prison, cheval. La voiture s'arrêta tout à coup en arrivant sur attendait le jour terrible des débats. Si de Volfart reveune grande place au fond de laquelle s'élevait la façade nait à Londres, c'est qu'il venait d'y être appelé comme chagrine d'un vieux édifice. Une foule inquiète se croi- principal témoin dans l'assassinat de M. Jamston. sait sur cette place, dégageant de sa masse quelques signes En rentrant, Mme de Volfart se remit au lit, simulant d'impatience.

une grande faiblesse , car une force de surexcitation veMon Dieu, monsieur, nous arrêtons-nous ici , de- nait tout à coup de naître en elle : il lui fallait fuir, poumanda Mme de Volfart ?

voir fuir, se réfugier clandestinement chez un de ses paOui, un instant, Julie...

rents; car cette vie près de Volfart, c'était la mort dans Mais n'est-ce pas la place de la prison, cet endroit chaque battement du cœur. où nous nous trouvons ?

La nuit était profonde : elle était seule. De Volfart avait Oui, c'est la place de Newgate où se font les exé- congédié depuis quelques heures ses deux domestiques, cutions... C'est bien la prison que voilà devant nous... et venait de s'enfermer à triple tour dans une salle basse Et tenez, si la foule n'était pas là pour nous annoncer que dont la porte donnait sur l'escalier de sortie par le jardin. Newgate est en fète aujourd'hui, il suffirait, pour s'en Julia se lève à la hâte, s'enveloppe d'un large manteau assurer,

de remarquer ce pont en charpente, coupé court, et, chancelant sur ses genoux tremblants, descend dans qui part de la porte supérieure de la prison, s'avançaut l'ombre à pas mesurés. En passant devant la porte de la avec sa roide polence plantée en tête... On va sans doute salle où son mari venait de s'enfermer, elle s'arrêta glalancer quelque honnête criminel...

cée de terreur : comme un hurlement étouffé, mélé de Oh! nous ne pouvons rester ici, M. de Volfart, grognements, venait de partir de cette salle. La fasprenez le cheval...

cination de la terreur l'attira près de la porte, et, loute Et pourquoi ? Mme de Volfart , vous m'avez inter- grelottante, elle mit un æil à la serrure par où se dégarogé là-bas sur les trois voyages que j'ai faits à Londres, geait un petit filet de lumière. Elle resta anéantie... Un dans ce dernier mois écoulé. Je crois ne vous avoir pas spectacle étrange, horrible, grotesque, venait de s'offrir dit que j'avais été demandé pour l'affaire malheureuse de à elle : au milieu de la salle, devant une petite table, de mon bon Jamston, et que l'assassin avait tout avoué... Volfart était assis, causant avec un homme à figure si

Après, demanda Mme de Volfart d'une voix étouf- nistre, coiffé d'un large chapeau gris dont les bords à fée......

lambeaux laissaient pendre un grand plumet rouge à demi- Après ?... Mais rien, si non que je ne serais pas rongé; sur son épaule rapiécée de mille morceaux d'étoftrop étonné si c'était en son honneur que l'arbre aux cor- fes, variées en couleur, grésillaient les grelots et les oreilbeaux se dresse ce matin... Qui aurait dit que ce M. de les de cuivre d'un tambour de Basque ensumé; et, à côté Préval...

de cet hommc, gravement établi sur ses pattes de derrière, Mais, monsieur, s'écria Julie avec horreur et délire, un ours énorme se dandinait lourdement de droite à gauc'est un innocent, il est innocent.

che, faisant entendre un grognement lugubre. A cette Fort bien! répondit tranquillement de Volfart, vue, tout ce qui passe par la tête de Mmo de Volfart ne dites de suite que c'est moi qui ai tué Jamston!... saurait être dit : ce furent d'affreuses, d'épouvantables

En ce moment il se fit dans la foule un mouvement de idées, sans suite, sanglantes, sournoises, comme il en flux et de reflux accompagné de rumeurs sourdes : le peut sortir seulement du cerveau d'un démoniaque. Elle sang se glaça dans les veines de Mme de Volfart. La porte regardait encore, l'æil attaché stupidement à la serrure. disposéc dans le premier étage de la prison, et donnant A minuit! dit de Volfart en se levant. sur le pont en charpente de la potence, venait tout à coup Comme une folle, la jeune femme se laissa glisser sur de s'ouvrir ; il y avait trop de distance pour que Julia les marches de l'escalier où elle s'assit. Un souffle humide pût rien voir distinctement, cependant elle put aperce- vint passer sur son front; la porte donnant sur le jarvoir vaguement une misérable créature qui fit quelques din est entr'ouverte, elle se leve, se précipite dans le jarpas et s'arrêta : c'était le condamné. Deux hommes qui din, court à la porte du mur de clôture , tire le verroux l'avaient conduit à un endroit marqué, l'abandonnèrent et sort...

[ocr errors]
[ocr errors]

[blocks in formation]
[ocr errors]

pas ,

et on

Peut-être la partie la plus curieuse de Londres est-elle la rue du Grand-Marché, si ce n'est le marché lui-même, sorte de halle aux vivres , établie sur des proportions si gigantesques, que notre marché des Innocents semblerait, auprès, une miniature. L'abondance de tout ce qui est nécessaire aux besoins premiers , se trouve réunie là, de façon à effrayer la statistique de la consommation. Le grand auteur philosophe, nommé Fielding , se trouvant devant cet immense marché, et songeant tristement aux misères de Londres, laissa ćehapper sous forme de réflexion amère, ce cri satirique : « Un homme peut, pourtant, mourir dans le marché de Leaden-Hall !... n

Dans la rue de Leaden-Hall qui conduit au marché, comme l'indique son nom, un montreur d'ours avait at, tiré autour de lui un cercle assez compact de badauds. 1 sembla tout à coup oublier les jolis tours qu'il faisait exécuter à son animal des plus fourrés ; il prit son chapeau et, s'avançant vers le rang des spectateurs, commença sa quête; en arrivant vers un des curicux assistants, qui lui jeta dans son chapeau quelque menue monnaie. « Merci, M. de Volfart, dit-il. » - Ah ! c'est toi, dit de Voilart à voix basse, en se penchant vers l'homme à l'ours, viens ce soir au fond du Southwark.

- A la petite maison... je sais, j'y serai, répondit l'homme; à la porte du jardin.

De Volfart n'eut pas besoin d'attendre : neuf heures sonnaient et l'homme à l'ours — avec son ours se présenta devant lui quand il ouvrit la petite porte du jardin.

« Pourquoi m'amènes-tu cela avec toi, » dit de Volfart avec humeur.

- Pardon, monsieur, répondit l'homme, en bonne et vraie langue française, c'est mon passe-partout, ma carte de sûreté.

- Entre donc vite, tu as quelque chose à me dire et que je veux savoir...

- C'est pour cela, M. de Volfart, que nous nous som: mes si bien compris et que nous sommes si exacts au rendez-vous.

Et, quelques instants après, les deux hommes et l'ours se trouvaient réunis fort stoïquement devant une table, dans une grande salle où Mme de Volfart avait surpris cet étrange trio.

De Volfart avait pris la parole, après avoir prié l'homme à l'ours, de puiser à volonté dans un haut pot de grès, dûment rempli de petit porter.

« Comment, s'il te plait, t'ai-je rencontré devant la justice, à propos de ce Français dont lu parles si bien la lan

Tu fais l'aimable! tu es alors déguisé, ou tu es un valct...

Je suis l'un et l'autre, sauf un montreur d'ours.

Dis donc à ta bête de se taire. L'homme prit, à ses pieds, un long bâton, et en distri. bua une douzaine de volées en vrai bois vert, après quoi leur confident, qui s'était réfugié dans un coin de la salle, garda le plus révérencieux silence.

Nous sommes seulsa clit de Volfart, parlez...

Parlons... en deux mois. Un matin, ici, à Londres, je me trouvai être le domestique, si vous voulez le valet, comme vous l'avez ifit, de M. de Préval. Tous les matins, depuis un certain temps, il soupirait, puis un soir il me dit : viens , garde mon manteau... et la porte du jardin. Car, lorsqu'il me dit cela, nous étions dans votre jardin. Il entra... plusieurs fois, plusieurs nuits...

Va! dit de Volfart, continue, l'homme...

-- C'est fort court. Une nuit, je dormais dans un coin, près de son manteau... Deux hommes arrivent, j'ai comme peur... On se dispute, j'écoute... L'un des arrivés tue l'autre... je fuis...

Pourquoi ?

J'avais peur de vous, mon cher monsieur, dit l'homme à l'ours, en buvant coup sur coup deux hauts verres d'ale.

Va toujours ! dit de Volfart, en relevant cette expression grossière d'un regard fier et tranquille.

Pour lors donc je rentre chez nous; j'attends jusqu'au lendemain mon maitre qui ne rentre vient me prendre pour me conduire chez M. le juge, où l'on interrogeait M. de Préval, qui devait nécessairement, disait-on, avoir lué l'autre que vous aviez cloué avec son poignard... comme il y en a à la comédie.

- Après...

Et après, quand on m'a laissé partir, j'ai dit : Assez d'une audience! on pourrait me chercher mon affaire à moi, et me pincer...

- Comment donc ! tu bavardes ?...

- On aurait bien pu dire que c'était moi qui avais tué votre compagnon ; mais comme heureusement, mon cher monsienr, vous étiez, vous aussi, témoin avec moi devant ce juge, et que vous avez parlé... j'ai dit alors : Tiens, c'est drôle !... c'est la voix du farceur qui causait dans le jardin avec l'autre qui n'a pas longtemps causé... Si bien donc que si l'on m'avait dit c'est vous, j'aurais dit comme cela c'est lui!

En prononcant ce dernier mot, l'homme au tambour de Basque, se penchant sur la table, posait son doigt sur la poitrine de de Volfart.

Menteur et sot ! pourquoi ne l'as-tu donc pas dit, et pourquoi n'as-tu pas reparu devant le juge, comme tu dis, car on t'a longtemps cherché?...

Voilà ce qu'il faut dire, ce qui finira tout ce que j'ai à vous dire. Maintenant, je sais ce qu'ils sauront, c'est que votre dame vous faisait de vilains lours...

O mon Dieu ! dit de Volfart avec torture.

Vous avez arrangé à votre manière l'affaire de se venger... Je ne pouvais rien craindre pour cette choselà... Mais à venir si souvent devant la justice, et dire aussi souvent mon nom... on se serait dit : Tiens, voilà le gaillard qui était accusé d'avoir tué sa femme l'an

2 - MÉLANGES.

:

[ocr errors]

gue...

Et que vous parlez aussi bien que lui, mon cher monsieur, et bien mieux que moi, pour le moins...

2me ANNÉE 18-43.

[ocr errors]

née dernière... » Et de fil en aiguille on m'aurait remis | ble, et loute l'Angleterre ! on l'avait laissé s'évader, quitte en question...

à dire après qu'il avait enfoncé les geôliers. - Tu as tué ta femme?...

Lui! c'est avec lui qu'elle fuit! dit de Volfart en - Une femme... mes amours !... Elle m'en contait mordant ses poings. avec un autre... je l'ai tuée... Je m'en suis tiré; mais si « Au nom de la loi, ouvrez! dit tout à coup une voix on y revenait, on pourrait retrouver la tanche dans l'eau grave, de l'autre côté de la porte. trouble... Je n'ai pas voulu rcgoûter du jugement; j'ai Les voilà ! murmura l'homme en tremblant... été trouver un de mes amis qui avait des papiers, mon- Vincent, suis-moi, dit de Volfart à voix très-bassc, trait un ours, et pour lors était malade. Je lui ai dit : en posant un doigt sur ses lèvres. Donne-moi la médaille et la bête, je vais aller gagner de Et il ouvrit dans le fond une petite porte vermoulue, l'argent pour toi... Il m'a dit : Va...

couverte d'une humidité verdâtre, qu'il ferma par-des- Enfin! s'écria de Volfart...

sus eux... - Enfin ? je voulais aller vous trouver, quand vous Où allons-nous ? dit Vincent en descendant des m'avez rencontré; je voulais vous dire : Si nous ne filons

marches ébréchécs... à la cave? pas trente næuds à l'heure, il faudra bien qu'on nous De Volfart, qui n'avait entendu que le commencement prenne tous deux, vous pour votre affaire, moi pour la de la question, répondit : En France! » mienne.... Je ne veux plus de Londres ! je retourne en La justice qui revenait une seconde fois à la petite maiFrance... Mais pas trois mots d'écriture pour passer! pas son du Southwark, s'étant épuisée à faire les sommations, trois schellings pour me mettre en route, une croûte sous fit enfoncer la porte de la salle basse : la porte à peine la dent!... Vous, vous avez du numéraire, du solide dans ouverte, un cri de frayeur se fit entendre au milieu des votre bourse... Sauvez-nous, vous et moi, ou je dirai : gens qui se préparaient à se précipiter, et qui tombèrent, c'est lui ! »

pêle-mêle, les uns sur les autres, renversés par un ours Et l'homme posa de nouveau son doigt près de la poi- énorme qui s'ensuit à toutes jambes comme dans un tatrine de de Volfart.

bleau de Hogarth. Deux mots encore, dit ce dernier ; comment es-tu Après un mois de nombreuses traverses, de Volfart et devenu le domestique de M. de Préval :

son nouveau compagnon, portant tous deux le costume de - Comme ceci : J'avais une veste à la française que matelot, venaient de mettre le pied sur la terre de je m'élais achetée en sortant de prison, et je chantais dans

France.

[ocr errors]

une rue : 0 Richard ! 8 mon roi ! Il m'a pris là-dessus... | « Que viens-je chercher ici? se dit de Volfart avec une

[ocr errors]

a

a

[ocr errors]

- Je te prends, et demain nous partirons.

- A la bonne heure ! Je vous demande pardon pour la bête que j'ai amenée... Mais c'est que, voyez-vous, si M. le police man m'eût trouvé avec ma carte et sans mon ours, il m'aurait dit : Tu n'as pas d'ours, tu es un loup... et j'étais, comme on dirait en France, incarcéré. Tencz ! la voilà qui vient faire sa belle, et pour cause.... Elle a faim , la bête.

L'ours, grognant sourdement, était revenu s'asseoir près de son maître.

On est là dans l'escalier, je crois, dit l'homme. Partons-nous ?

- A minuit! dit de Volfart en se levant... On pourrait te voir.... Attends.... un instant !... Quel est ce bruit ?

Hé! hé... comme une voiture qui roule, monsicur. De Volfart s'élance vers la porte , et disparait. Un instant après, horriblement påle, la figure renversée, de Volfart revient dans la salle. Dressant ses bras au-dessus de sa tête : « Partic! enfuic! échappée !... Ah! c'est avec lui! » s'écria-t-il en saisissant le pot d'ale et le brisant à l'angle de la table; puis il fut refermer la porte.

M. de Volsart, dit l'homme, un fin renard que j'ai fonnu dans le cachot est allé ce matin, en dessous, aux Informations pour savoir ce qu'on disait de l'affaire en question du jardin, que je lui avais contée...

- On disait... Ton nom, enfin, à toi !

Vincent, pour vous servir... On disait , ce que je viens de vous dire, que mon ex-maitre avait expliqué comme quoi c'était vous qui aviez fait le coup, et que, d'après cela, on devait vous prendre... et, comme M. de Préval était assez bien avec le shériff, les juges et le dia

tristesse amère... Une patric? Nulle part il n'en est pour moi. Dans les vingt ans de la tourmente révolutionnaire, tout m'a été enlevé, famille, fortune... J'avais encore mon caur, où l'affection sainte voulait me faire une patrie, et cette malheureuse femme n'a pas voulu cela !... elle a mis autour de moi un désert où je rôde comme un loup affamé. Vrai ! se dit-il brusquement, avec un étrange sourire ironique, je fais ici mon Kean dans le roi Léar.

Eh bien ! que regardes-tu là , Vincent ? ajouta-t-il en sc tournant vers son compagnon.

Eh! monsieur! une belle femme, ma foi! qui vient de passer près de nous et qui monte la falaise.

Le soir commençait à tomber, et la lune aiguisait son croissant au-dessus de la dernière ligne de la mer qui se fondait doucement dans le bleu påle du ciel. De Volfart dirigea son regard vers la falaise, et put apercevoir une femme de haute mine, dont le voile blanc flottait au vent; elle montait avec une précipitation qui lui sembla extraordinaire.

Nous sommes trop loin du håvre pour que cetle dame se trouve seule à cette heure, sur la grève. As-tu vu quelqu'un près d'elle, Vincent ?

Non, monsieur; sculement j'aperçois derrière nous sur un monticule, quelque chose qui me paraît une voiture, et qui doit être la sienne... Tenez, M. de Volfart, ça m'a tout de même, là, fait un tic-lac tout drôle de la voir pleurer cette belle dame.

Elle pleurait Vincent ?
Oui, tout bas dans son voile.

Cette femme va se tuer, s'écria de Volfart, suismoi....

Et il s'élança en courant à travers les sables.

[ocr errors]
« PoprzedniaDalej »