Obrazy na stronie
PDF
ePub

NOTITIA LITTERARIA.

(Apud Fabricium, Bibliotheca media et infima Latinitatis, tom. III, pag. 44.)

GERBERTUS, Aurelianensis scholasticus ord. Be- A ned. in cœnobio Floriacensi, præceptor Ottonis III imp. et Rotberti regis Francorum atque ex abbate Bobiensi et S. Columbani Remensis et hinc Ravennatensis archiepiscopus, ac denique papa Sylvester II ab anno 999, April. 2, ad annum 1603, 12 Maii. In Conciliorum tomis exstant ejus Epistolæ : 1. ad Ascelinum (Azolinum) seu Adalberonem, Laudunensem episcopum, ut accusatus ad Romanam synodum veniat; 2° ad Arnulfum quem Remensi restituit archiepiscopatui, et 3° ad Robertum Viceliacensem abbatem, cujus privilegia confirmat. Alie Epistole CLXI, quas Gerberti adhuc utens nomine, archiepiscopus Remensis scripsit, et quibus ex Nicol. Fabri codice usus Baronius est, editæ primum a Joan. Baptista Massono, Papyrii fratre, Paris. 1611; 4, atque inde in Andreæ du Chesne Scriptoribus Francicis tom. II, pag. 789-827, et in Bibliothecis Patrum Paris. 1644-1654, tomo III; Colon. 1618, tomo X, et Lugd. 1677, tom. XVII, pag. 669. Ultima ex illis 161 epistolis est data ad Constantinum, quam præfationis loco Gerbertus præmisit libro suo adhuc inedito De numerorum divisione. Sed Duchesnius præterea ex codice Sirmondiano, tom. II Scriptor. Francor., Paris. 1636, pag. 828-843, vulgavit alias Gerberti Epistolas LV, quas in Bibliothecis Patrum repetitas non invenio.

Epistola ad Constantinum eumdem, monachum Floriacensem, et postea abbatem S. Maximini : De spheræ constructione, in Joannis Mabillonii tom. II Analectorum, pag. 212 (edit. novæ pag. 102).

C

Sermo de informatione episcoporum, id., pag. 103. Præfatio ad Qutonem 111 imp. in locum Porphyrii a se illustratum, id. tom. I, p. 110 (edit. novæ pag. 106). Librum ipsum Gerberti De rationali et ratione uli, præmissa eadem cum præfatione edidit Bernardus Pez tom. I Anecdotor., parte 11, pag. 149. Hoc scriptum respicit Fr. Benzonius, cum ait:

Logica cum volvis, quid tu, Gerberte, resolvis?
Hinc orbi toto te præfert tertius Otto.

Epistola ad Adelboldum de causa diversitatis arearum in trigono æquilatero, geometrice arithmeticeque expenso. In laudati Pezii anecdot. tom. III, parte 11, p. 82-84.

Geometria divisa capitibus 94, id.,

p. 7-82.

Libellus De sanguine et corpore Domini, id., tom. 1, parte 11, pag. 133-148. Incip.: Sicut ante nos dixit quidam sapiens. Ediderat sed sine nomine auctoris Lud. Cellotius appendice ad Hist. Goteschalci, Paris. 1655 fol, et sub Herigeri abbatis Laubiensis nomine Mabillonius prolegom. ad part. 11 Sæc. IV Benedi ciin. Sed ex fille Gottwicensis codicis Gerberto eum Pezius restituit.

Epistola ad Sallam, episcopum Urgellensem an. 1001, et ad Odonem episcopum Gerundensem an. 1002 scripta, in Baluzii appendice ad Marcam Hispanicam, p. 957 seq.

Acta synodi Remens's an. 932, apud Centuriatores Magdeb., centuria cap. 9, pag. 246, oppugnata a Baronio ad illum annum, num. 9 seq.

B

Sermo apologeticus in concilio Mosomensi an. 995 editus in Actis illius concilii et in Centuriis Magdeburg, tom. III, p. 279. Apud Baron. ad annum 995, atque ineditis perperam a præstantissimo Cavco accensitus.

[ocr errors]

Accepta solutione de ratione uti et rationali, Gerberto resolutori post Ravennam placuit Romam dare, donum videlicet imperiale. Hæc Benzonius lib. 1 Historiæ, cap. 15, in Joan. Petri Ludevig Reliquiis veterum monumentorum tom. IX, p. 249, et in Menc- D kenii tom. I Scriptor. Germ., p. 980.

Rhythmomachia edita Lipsia 1616 fol., cum gloriosissimi principis Augusti, Luneburgensium ducis libris Iv, De ludo schacchorum.

Vita et passio S. Adalberti Ursini, comitis Rosembergi, Pragensis episcopi, Gnesensis archiepiscopi et an. 967 martyris, Boemorum, Hungarorum, Polonorum, Prussorum apostoli, edita ab Abrahamo Bzovio ex codice Casinensi Rom. 1629 fol., una cum Sylvestro II Casio Aquitano a magia et aliis calumniis vindicato (1): et in appendice ad tomum XX Annalium, Rom. 1641 fol. Georgius vero Henschenius, qui eamdem Vitam edidit ex codice Pragensi in Actis Sanctor., tom. III, April. 25, pag. 178, Gerberti eam esse negat, quanquam monitu ejusdem scriptam eique dicatam non diffitetur a monacho quodam SS. Bonifacii et Alexii. Eadem Bohuslai Balbini est sententia, qui hanc Vitam in Bohemia sancta legendain offert decad. 1 Miscell. Histor. regni Bohemiæ, libro quarto, Prage 1682 fol. Sine nomine auctoris vulgavit etiam Canisius tom. V, parte 1 Antiq. Lect., pag. 332 (edit. novæ tom III, p. 45).

I

Dodecastichon in laudem Severini Boetii, apud Baronium, ad annum 526, n. 18.

Sed quam idem memorat Baronius ad an. 992, n. 9, Altercationem cum Leone nuntio papa Joannis XV, nondum edita est quod sciam; uti nec liber De Rhetorica, aut quem De compositione astrolabii composuit, teste Ludovico Jacobo, p. 214 Bibl. pontificia. De studio scientiarum mathematicarum quo Ger

(1) Hæc apologia pro Sylvestro Il recusa Rom. 1678 fol. Vide Ephemeridas eruditorum Parisienses illius auni pag. 351.

bus, arithmetica, musica, geometria nihil attinet di-
cere, quas ita ebibit, ut inferiores ingenio suo osten-
deret, et magna industria revocaret in Galliam,
omnino ibi jam pridem obsoletas. Abacum certe
primus a Saracenis rapiens, regulas dedit, quæ a
sudantibus abacistis vix intelliguntur. ›

bertus pro illa ætate ad miraculum effloruit, Joan. A curiositas humana deprehendit. Nam de licitis arti-
Wallisius cap. 4 Algebræ suæ, tom II Opp., pag. 16
seq., ubi etiam de illius Abaco atque Algorythmo,
sive libro De numerorum divisione quem scripsit
magistro in Hispania usus Josepho sapiente, qui et ipse
libellum de multiplicatione et divisione composuerat.
De eodem Gerberto plura Guilelmus Malmesburg.
lib. Hist. Anglor., pag. 64-65, ubi inter alia:
Vicit scientia Ptolemæum in Astrolabio, Alkin-
dum (2) in astrorum interstitio, Julium Firmicum in
fato. Ibi (in Hispania) quid cantus et volatus avium
portendit, didicit. Ibi excire tenues ex inferno figu-
ras: ibi postremo quidquid vel noxium vel salubre
(2) Ita lege cum Wallisio pro Aleandræum.

B

Præter epistolas omnes hic indicatas aliam vulga-
vit Baluzius in libello De correctione Gratiani. Data
vero est illa ad abbatem quemdam, excusatque se a
crimine simoniæ de quo accusabatur cum Romanum
pontificatum assecutus est. Vide Baluzium ibid.

DISQUISITIO DE SCRIPTIS GERberti,

POSTMODUM SYLVESTRI II.

(Histoire littéraire de la France par des religieux bénédictins de Saint-Maur, tom. VI,
pag. 577.)

Quoiqu'il soit venu jusqu'à nous un grand nombre
d'écrits de la façon de Gerbert, nous ne sommes
point assurés d'avoir toutes les productions de sa
plume. Nous ne pouvons pas non plus nous flatter
qu'on nous ait conservé la connaissance de tontes
celles qui sont perdues, tant il a écrit pendant le
cours d'une longue vie. Entrons en discussion. Pour
le faire avec quelque ordre, nous commencerons par
ses ouvrages sur les arts libéraux, comme les pre-
miers qu'il a écrits. Ensuite nous viendrons à ceux
qui traitent de matières ecclésiastiques.

1° Personne n'ignore que le savoir dominant de
Gerbert était la science des mathématiques; comme
l'arithmétique et la géométrie sont les deux ailes du
mathématicien, selon Platon, Gerbert y donna une
application particulière, quoique, s'éloignant de l'o-
pinion de cet ancien philosophe, il compte la musique
au second rang après l'arithmétique (Præf. in geom.).
Il a beaucoup écrit sur cette première partie des
mathématiques; mais on n'a presque rien imprimé
de ses productions sur ce sujet, et peut être avec

D

raison. Dom Bernard Pez en visitant les bibliothè-
ques de Bavière, trouva dans celle de l'abbaye de
Saint-Emmeran, à Ratisbonne, un traité d'arithmé-
tique qu'il croyait sans difficulté de la façon de
Gerbert (Pez, Anec. t. I, diss. p. 58, n. 63). Ce qui
le lui persuadait est qu'il suit son Abacus dans un
manuscrit in-4°, ancien de six cents ans, et que le
nom de l'auteur est désigné par un G majuscule,
à la tête du titre tel que le voici : G. Liber subtilis-
simus de arithmetica. L'ouvrage est dédié, par une
préface ou épître dédicatoire, à un des maîtres de
Gerbert, dont le nom n'est non plus désigné que par
une S majuscule. Il serait difficile de deviner qui
était ce Mécène. On ne trouve sur cela aucun éclair-

cissement dans les lettres de notre philosophe. S'il
est permis de donner quelque chose à la conjecture,
il y a beaucoup d'apparence qu'il s'agit ici d'un des
mattres que Gerbert eut en Espagne. Ce fut là en
effet qu'il apprit particulièrement l'arithmétique.
Quel qu'il ait été, Gerbert dès l'inscription de son
épître lui marque beaucoup d'estime et de respect :
Doctori et Patri, ce sont ses expressions, Theosopho
J. G. filius ejus, licet minus idoneus, quidquid salutis
in Christo patri filius. L'épître commence par ces
mots : Cum omnis hodieque liberalium artium; et le
corps de l'ouvrage par ces autres: Græce arithmetica,
Latine dicitur numerorum scientia.

Dans le manuscrit coté 3415, in-4°, de la biblio-
thèque de Jean Selden (Cat. mss. Angl. t. I, par 1,
p. 124, 1), se trouvait autrefois, avec l'Arithmé-
tique et la Musique de Boëce, et autres écrits, un
traité de Gerbert avec sa préface sous ce titre :
Gerberti Theorica cum prologo in eamdem. Oudin l'a
entendu d'un traité de théorie d'arithmétique (OUD.
Scrip. t. II, p. 512). Si cela est, ce pourrait fort bien
être le même écrit que celui dont on vient de rendre
compte, quoiqu'il ne soit pas revêtu de tous les
mêmes caractères qu'il porte dans le manuscrit de
Saint-Emmeran.

2. Un autre ouvrage de Gerbert sur l'arithmé-
tique est son fameux Abacus (Pɛz, ib.). Il se trouve
dans le même manuscrit de Ratisbonne; mais le
commencement y manque. Dans l'inscription il est
adressé à Otton ill, et porte aussi le titre d'Algo-
rismus. La lettre de ce prince à Gerbert (GERB. Ep.
par. 1, ep. 153) pour le prier de lui apprendre tous
les raffinements de l'arithmétique fait juger que ce fut
à cette occasion que Gerbert le composa. On ne doit
donc pas le confondre, comme quelques écrivains

[ocr errors]

calionum. C'est apparemment le même écrit que M. l'abbé le Beuf témoigne avoir vu à la bibliothèque du Roi dans le manuscrit 5436 3. Ce traité est adressé à Constantin de Fleuri, que l'auteur qualifie son Théophile, et prescrit les règles des multiplications par les doigts. Manière de compter fort en usage chez les anciens, et que Gerbert fit revivre en son siècle.

semblent l'avɔir falt (OUD. ib.), avec d'autres écrits A aussi le traité des multiplications; Libellus multiplisur le même sujet, adressés à Constantin de Fleuri. Ce qui y a donné occasion, c'est que ce traité se trouvant avec celui des multiplications et une lettre à Constantin dans un des manuscrits que Joseph Scaliger légua à la bibliothèque de l'université de Leyde, on n'aura fait des deux qu'un seul et même écrit. On a encore un autre exemplaire de cet Abacus dans un manuscrit du XIe siècle qui se conserve à la bibliothèque du Roi, sous le nombre 5366. 5 (LE BEUF, t. II, p. 84, not.). Nous avons dit ailleurs que cet écrit n'est autre chose que des tables d'arithmétique, où Gerbert a tracé les différentes combinaisons des chiffres arabes. Vignier fait mention d'un autre ouvrage dans le même goût, sur le même sujet et sous le même titre, composé par un nommé B BERNELIN (3), que l'on ne connaît point d'ailleurs, quoiqu'on le suppose disciple de Gerbert.

Guillaume de Malmesburi et ceux qui l'ont copié (MALM. De Reg. Angl. 1. 1, c. 10, p. 65; ALBER. Chr. par. 1, p. 30) disent clairement que Gerbert enleva aux Sarrasins d'Espagne l'Abacus dont on vient de donner une idée; mais ils conviennent que les règles qu'il y prescrit sont inintelligibles, à ceux même qui font plus d'effort pour les comprendre. Rien au reste n'est plus plaisant que l'idée qu'ils s'étaient formée de ce livre. On voit bien qu'ils ne le connaissaient pas, puisqu'ils nous le représentent comme le grimoire de Gerbert. La manière dont ils racontent sérieusement que Gerbert le déroba à son maître est encore plus ridicule.

Outre les trois exemplaires déjà marqués de l'Abacus de Gorbert, il y en a encore deux autres dans deux manuscrits de la bibliothèque du Roi, le 2231 et le 4312 (MONTF. Bib. bib. p. 955 2, 987 1) (4). Il se trouve aussi avec ce titre Gerberti scholastici Abacus compositus dans celle du Vatican (app. 88, 1), parmi les manuscrits de Christine, Reine de Suède sur la philosophie. On ne saurait dire précisément si les deux ouvrages du même auteur qui se voient parmi les mêmes manuscrits, l'un Sous le titre Regulæ Abaci, l'autre intitulé: De numeris, sont la même chose que l'Abacus. Peut-être n'est-ce là que l'ouvrage qu'Hériger abbé de Laubes composa sur ce fameux traité et qu'il intitula : Regulæ numerorum super Abacum Gerberti (ALBER. Chr. par 11, p. 32).

D

3. Gerbert fit encore divers autres traités sur le même sujet, que la plupart des écrivains ont confonais, mais qu'il importe de distinguer les uns des autres. On vient de voir que le manuscrit de Scaliger où se trouve l'Abacus contient

4. Ce traité de multiplication est sans doute différent (GERB. Ep. Pr., p. 2) de celui de la division ou fraction des nombres, De numerorum divisione, que le premier éditeur des lettres de Gerbert conAngl. servait manuscrit dans son cabinet (Cat. mss. t. II, p. 69. 2), et qui dans un manuscrit d'Isaac Vossius porte pour titre: Regulæ de divisionibus. Suivant l'exemplaire de le Masson, on voit à la tête la lettre de Gerbert à Constantin de Fleuri, laquelle fait la 160* du recueil dans la première édition, et la 161 dans l'édition de du Chesne. A la fin de cette lettre le Masson a publié les premiers mots du traité, qui commence ainsi : De simplici. Si multiplicaveris singularem numerum, etc. Ce qui ne se lit point dans le second éditeur. Gerbert dans cette lettre annonçant à son ami l'ouvrage qu'il lui envoie, le représente comme un écrit de géométrie, plutôt que d'arithmétique. De sorte qu'on peut douter si cette lettre regarde le traité de la division des nombres, et par conséquent si la place qu'elle ocà la tête de ce traité n'est pas plutôt arbitraire cupe que naturelle. L'écrit dont elle parle, quel qu'il fût, était court, si l'on a égard aux paroles, mais prolixe par rapport aux sentences: Brevem quidem verbis, sed prolixam sententiis.

C

(3) Puisque ce Bernelin passe pour disciple de Gerbert, et qu'il peut être Français, on ne sera pas faché que nous ajoutions ici, que son traité De Abaco, qui était en quatre livres dans la bibliothèque de Pierre Pithou (MONTF. Bib. bib p. 116, 2), se trouve aussi avec plusieurs autres écrits qu'on ne spécifie - pas dans le manuscrit 4539 de la bibliothèque du Vatican. (ap. 24, 2) Le manuscrit 480 entre ceux de

5. A tous ces écrits sur l'arithmétique Gerbert en ajouta encore un autre, auquel il a donné pour titre, Rhythmomachia, c'est-à-dire, suivant la force du terme grec, le combat des nombres ou des chiffres. Ce traité se trouve dans un manuscrit appartenant autrefois à la bibliothèque de M. de Thou, et qui est aujourd'hui dans celle du roi, le 4001 entre les manuscrits de M. Colbert (MAB. Ann. t. Il p. 215, 216). M. l'abbé le Beuf, qui l'a examiné, dit que ce petit écrit n'y occupe que quatre pages, et que le jeu de chiffres, dont il donne les règles, a beaucoup de ressemblance avec le jeu des échecs. Il y est effectivement question de pyramides et d'autres pièces de différentes couleurs, noires, blanches, rouges; et il y est fait mention de prises. Jean de Salisbéri, évêque de Chartres, avait connaissance de ce jeu de chiffres, quoique le titre soit un peu défiguré dans la lettre où il en parle Christine Reine de Suède, qui font partie de la même bibliothèque, contient encore le même écrit, avec les traités de la Musique, de l'Arithmétique et de la Géométrie par le même auteur.

(4) On voit. par là, que ce traité de la division des nombres n'est pas perdu, comme un savant moderne s'en plaint (GovJ. Etat des sciences, p. 54)

68

(ep. 255). Le pen qu'il en dit au reste confirme A de la Quantité de l'âme. Pour mettre son écrit à la l'idée que nous en venons de donner. Gerbert n'y cile que Boëce; mais on ne doute point qu'il n'en eût puisé quelque chose dans Pythagore, comme avait fait Wibolde évêque d'Arras et de Cambrai pour son jeu des vertus, dont nous avons rendu compte.

portée de tout le monde, et le rendre surtout utile à ceux qui ne font que commencer, qu'il a particulièrement en vue, après avoir fait des excuses aux savants, il s'applique à donner des notions claires des termes, des figures, en un mot de tout ce qui concerne la géométrie. Il porte son attention jusqu'à faire connaître les mesures des anciens, qu'il possédait à fond.

Casimir Oudin (Scri ̧ t supp. p. 313) assure que le Rhythmomachia de Gerbert a été imprimé avec les quatre livres en allemand sur le jeu des échecs, qe le duc de Brunswick et de Lunebourg publia, sous le nom emprunté de Gustavus Sélénus, à Leipsik, l'an 1616, en un volume in-folio, qui est devenu très-rare. Un savant moderne (LE BEUF, ib. p. 85, 86 not.), qui rapporte ce fait d'après Oudin, lui a prêté un sens étranger. Il ne dit point en effet, B comme l'avance ce savant, que ce prince n'a fait que publier en allemand l'écrit de Gerbert, mais seulement que cet écrit a été imprimé avec l'ouvrage en allemand du sérénissime prince.

On ne saurait dire précisément si tous ces écrits de Gerbert sur l'arithmétique, qui n'ont pas éé inconnus de Trithème (Chron. Hirsaug. t. I, p. 142), se trouvent ensemble réunis dans deux différents manuscrits de la bibliothèque du Vatican, entre ceux qui ont appartenu à la reine Christine, sous le simple titre de Arithmetica Gerberti scolastici (MONTE. ib. p. 24 2, 58 1); ou si ce n'est seulement que quelqu'un des traités de notre philosophe sur ce sujet. Comme cependant un de ces manuscrits annonce les ouvrages de Bernelin, disciple de Gerbert, sur la même matière, conjointement avec l'Arithmétique de son maître, on pourrait l'entendre de tout ce que Gerbert en a écrit, dont on aura fait un recueil, en y joignant les productions de

Bernelin.

Il va encore plus loin. Afin de rendre les choses sensibles, et les faire, pour ainsi dire, toucher au doigt, il donne des exemples de chaque découverte qu'on se propose, et enseigne comment il faut s'y prendre pour y réussir. A cet effet, il met sous les yeux de ses lecteurs toutes les sortes de figures en usage dans l'exercice de cette science. Il leur apprend les différentes opérations pour réussir à mesurer un champ oblong, carré, triangulaire; à prendre la hauteur d'un arbre, d'une tour, d'une pyramide; à connaître la quantité d'eau qui est dans un puits; à faire de justes compartiments; à trouver le méridien pour la construction des cadrans.

Gerbert commence son écrit par découvrir l'origine de la géométrie, et les deux principaux usages auxquels on l'a employée. Il en donne ensuite la définition, et en montre l'utilité : en quoi il n'oublie pas d'avertir qu'elle sert particulièrement à faire connaître et admirer la puissance ineffable et la souveraine sagesse de Dieu, qui a tout fait avec nombre, poids et mesure. Passant de là à établir les principes, et prescrire les règles de cette science, il touche d'abord quelque chose de son excellence, en rappelånt les éloges qu'en fait S. Augustin dans ses divers ouvrages, nommément dans son traité

Boëce, qui était l'auteur favori de Gerbert, fut, comme il paraît, un des guides qu'il suivit dans le traité en question. Mais il n'y a pas lieu de douter qu'il ne tirât aussi de grandes lumières de ces belles figures de géométrie, dont il fit l'acquisition dans un de ses voyages d'Italie (Ep. par. 1, ep. 8). Il donnait tant d'étendue à cette science, qu'il soumettait à son empire les nombres mêmes dont on se sert pour compter (ep. 134).

Ce traité de Gerbert, qui se trouvait autrefois dans la bibliothèque Farnèse sous le titre de Liber geometric artis (Bzov. Vit Scil. c. 7, p. 23), et qu'on voit aussi manuscrit à celle du roi, a été imprimé par les soins de dom Bernard Pez (Anec. t. III, par. 1, p. 1-82; diss. p. 7, 8). Le manuscrit d'où il l'a tiré est anci n de six cents ans ou environ, et se trouve à Fabbaye de Saint-Pierre de Saltzbourg. Il ne représente point avec exactitude le texte original, non plus que les figures géométriques dont il est rempli, et que l'éditeur a eu soin de faire graver en bois le mieux qu'il lui a été possible.

7° Trithème nous apprend que Gerbert avait fait deux autres traités, l'un sur la composition de l'astrolabe, l'autre de la manière de construire le cadran, ou quart de cercle, autre instrument de mathématique. Ce double traité se trouve dans les manuscrits 1246 et 1269 de la biblothèque de Sorbonne; et M. l'abbé le Beuf en rapporte le commencement. Gerbert y traite aussi des cadrans solaires.

с

T

Go Si Gerbert n'a pas autant publié d'écrits sur la géométrie que sur l'arithmétique, un seul traité qui nous reste de lui sur cette première faculté, est au-dessus de tout ce qu'il nous a laissé sur l'autre. Ce traité de géométrie est effectivement aussi estimable pour sa brièveté et sa clarté que pour les choses qu'il contient, la méthode et la manière dont elles y sont traitées. On peut douter avec raison si depuis la première décadence des lettres jusqu'à leur dernier rétablissement quelqu'un a mieux réussi à traiter ce sujet.

8. On a imprimé celui qu'il a composé sur la sphère, que le même Trithème qualifie un écrit aussi beau que nécessaire, pulchrum et necessarium opus. Ce n'est cependant qu'une lettre à Constantin de Fleuri, ami de Gerbert. Encore n'est-elle pas de

longue haleine. Dom Mabillon (ib., p. 212-215) A aux grands. C'est aussi l'unique partie de l'ouvrage, l'ayant déterrée dans un manuscrit de l'abbaye de S. Germain des Prés, l'a donnée au public dans le Il volume de ses Analectes. L'auteur y décrit assez en détail, quoiqu'en peu de mots, la manière de construire les sphères, détail, au reste, qui fait voir que l'usage n'en était pas fort commun en France. Pour avoir tout ce que Gerbert a écrit sur ce sujet et qui est venu jusqu'à nous, il faut joindre à la lettre précédente celle qu'il adresse à Remi moine de Trèves, et dans laquelle il parle aussi de la structure de la sphère qu'il représente comme un travail pénible. On voit par cette lettre qu'on employait le tour pour façonner la sphère et le cuir de cheval pour la couvrir. Notre philosophe y travaillait lui-même, quelqu'occupé qu'il fût d'ailleurs.

que dom Mabillon (ib., p. 121-123) avait jugee digne de l'attention du public, s'étant borné à la faire imprimer seule, quoiqu'il eût l'écrit en entier. Mais comme son exemplaire n'exprimait le nom de l'auteur et celui du Mécène que par les lettres initiales, il crut que l'écrit pouvait appartenir à Gebehard, évêque d'Ausbourg, qui était aussi du voyage d'Italie dont on a parlé. Ayant acquis toutefois, dans la suite, plus de lumières sur ce point, il reconnut que c'était un ouvrage de Gerbert (Ibid., in fin. t. II, p. 215). C'est ce qui a été vérifié depuis par l'édition que dom Bernard Pez a donnée de l'écrit en entier sur un manuscrit de l'abbaye de Tégérensée en Bavière, ancien de six cents ans, dans lequel les noms de Gerbert et de l'empereur Otton sont écrits tout an long (Pɛz, ib. diss., p. 69, n. 3). Ils sont exprimés de la même manière dans un autre manuscrit de même âge, appartenant à l'abbaye de saint Emmeran, qui contient le même traité.

B

9° Gerbert a aussi écrit sur quelque partie de la dialectique. Mais il ne l'a fait que par occasion, comme on va le voir, et non à titre de professeur qui donnerait des leçons de cette science. On a de lui un petit traité qu'il a composé sur une difficulté tirée de Porphyre, et qui regarde les prédicaments (PEZ. ib. t. II, paг. п, p. 151). Il s'y agit proprement de savoir si raisonnable et raisonnant ont la même étendue, ou, pour parler en dialecticien, la même puissance (p. 149-150). C'est ce qui a fait intituler cet écrit : De rationali et ratione uti. Il est dédié à T'empereur Otton III, par une épître qui nous apprend en quel temps et à quelle occasion il fut composé.

10° A la fin de l'ouvrage, dans ce dernier manuscrit, se lisent douze vers élégiaques, que l'éditeur a fait imprimer à la tête (Ibid., t. I, par. 11, p. 149, 150). C'est une prosopopée, où le poëte fait faire à la philosophie un grand éloge de l'écrit, comme propre à s'avancer promptement dans les voies de la sagesse. Dom Pez ne doute point que ces vers, qui sont tolérables et meilleurs qu'une infinité d'autres de ce temps-là, ne soient de la façon de Gerbert. Nous en prendrons occasion de parler des Cantres poésies de notre philosophe, suivant la connaissance que nous pouvons en avoir.

Ly a de lui une autre épigramme en douze vers héroïques sur le portrait du célèbre Boëce, que d'habiles connaisseurs regardent comme une pièce trèsélégante (CAVE, p. 512; Olear., bib., par. 11, p. 181). Ce n'est pas sans raison; et l'on peut ajouter qu'on ne ferait pas déshonneur aux poëtes des bons siècles de la compter au nombre de leurs productions. Cette épigramme seule vaut mieux, pour le bon goût, l'énergie, la noblesse des termes et les autres beautés de la poésie, que toutes les autres pièces de vers qu'ont enfantées le siècle de Gerbert et les deux suivants. Aussi ne l'a-t-on pas jugée indigne d'oc

D

cuper une place dans le Recueil des petites poésies
des anciens où elle est imprimée (ep. et poes. vet., l. 11,
p. 65). De là on l'a fait passer dans les dernières édi-
tions des Annales de Baronius, pour compléter l'élogs.
de Boëce. Elle se trouve nommément dans l'édition
de 1658, à l'année 526, page 117. Le portrait de ce
philosophe, qui douna occasion à cette épigramme,
était celui qu'Otton III avait dans son cabinet. On
voit par-là que l'auteur la composa lorsqu'il se fut
retiré près de cet empereur.

Elle a été sans doute inconnue à un savant de nos jours, qui ne parle de la versification de Gerbert qu'avec un souverain mépris (Gous. Etat des sciences, p. 72). Il n'est pas plus heureux, lorsqu'il fait parler notre philosophe en ces termes : Je n'ai jamais com

Pendant l'été de 997, ce prince se trouvant en Italie, où il se préparait à la guerre contre les Windes que Gerbert nomme Sarmates, il avait à sa suite plusieurs savants, du nombre desquels était Gerbert, et se plaisait à leur proposer des questions subtiles et épineuses de philosophie (MAB. ib. t. I, in fin.). Personne n'y ayant répondu d'une manière satisfaisante, il enjoignit à Gerbert de résoudre celle qui regardait le raisonnable et le raisonnant. Celui-ci ne put l'exécuter sitôt pour cause de maladie. Mais, après avoir recouvré la santé, il le fit par le petit ouvrage dont il s'agit ici. Il y entre dans une longue et sérieuse discussion, qu'il appuie tant de l'autorité des anciens philosophes que de ses propres raisonnements, et d'une figure pour rendre la chose plus sensible. Mais il faut avouer que la difficulté n'en valait pas la peine. Aussi Gerbert s'est-il cru obligé de s'excuser, à la fin de son écrit, d'avoir entrepris de traiter un sujet peu convenable à la gravité épiscopale, dont il était revêtu. S'il le fil, ce ne fut que par le désir de plaire à l'empereur, qui s'occupait alors d'un genre d'étude auquel la question discutée n'était pas étrangère.

Le meilleur morceau de tout l'écrit est l'épitre dédicatoire. Outre les traits historiques que nous en venons de rapporter, et dont quelques-uns sont fort glorieux à la mémoire d'Otton II, elle sert à faire connaître l'habileté de l'auteur à faire sa cour

« PoprzedniaDalej »