Obrazy na stronie
PDF
[graphic][subsumed][subsumed][ocr errors][ocr errors][subsumed][merged small]

FABLES

ET

OEUVRES DIVERSES

DE

J. LA FONTAINE

AVEC DES NOTES

ET UNE NOUVELLE NOTICE SUR SA VIE

PAR C. A. WALCKENAER

SECRÉTAIRE PERPÉTUBL DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES LETTRES

PARIS

LIBRAIRIE DE FIRMIN DIDOT FRÈRES, FILS ET Cin
IMPRIMEURS DE L'INSTITUT DE FRANCE

RUE JACOB, 56

1859

39526.32.10:

"HARVARD COLLEGE LIBRARY

FROM THE UBRARY or NORWOOD PEACSESSIONELL

SEPILMBER 28, 1934

NOTICE

SUR LA VIE

DE J. DE LA FONTAINE,

NE A CHATEAU-THIERRY EN 1621.

MORT A, PARIS EN 1695.

« LES grandes pensées viennent du cour, » a dit Vauvenargues. — Non; mais les pensées touchantes. Les grandes pensées viennent de l'âme; les pensées brillantes, de l'imagination; les pensées justes et profondes, de la raison. — Vaine et subtile distinction! L'homme peut-il ainsi se décomposer? Ame, coeur, imagination, raison, tout cela ne désigne-t-il pas, par d'incohérentes paroles, une même cause qui se manifeste diversement? Comment séparer en nous le sentiment et les idées , la volonté et la réflexion ? N'est-ce pas toujours ce même principe de la vie et de l'intelligence différemment modifié? Devons-nous assigner à sa spirituelle essence des places matérielles dans les diverses parties de notre corps ? L'attacherons-nous à tel ou tel viscère ? l'emprisonnerons-nous dans tel ou tel organe? -- Oui. Puisque nous sommes condamnés à ignorer toujours sa nature, pouvons-nous en parler autrement que par ses effets? Pouvons-nous faire que nos expressions ne se ressentent de l'obscurité des notions qui nous les suggèrent; et n'y a-t-il pas nécessité d'assortir notre langage à la grossièreté de nos conceptions?

Admettons ces distinctions, puisque sans elles nous ne pourrions nous faire comprendre. Séparons les penchants des

LA FONTAINE.

talents, le caractère des facultés. Faisons deux parts : celle de l'homme, et celle de l'écrivain.

Presque toujours elles existent séparées chez les plus grands génies. Leurs puissances intellectuelles ne connaissent point d'entraves; elles agissent en eux, abstraction faite de l'indi. vidu. Mais il est aussi des génies d'un autre ordre. Ceux-ci sont tellement dominés par leurs penchants, que d'eux seuls ils peuvent recevoir des inspirations. Leur cerveau n'obéit qu'aux agitations du coeur et aux impressions de l'âme; leurs productions n'en sont que les expressions fidèles et obligées. Veulent-ils se soustraire à ce qu'elles leur imposent, leur talent disparaît; ils ne sont rien, quand ils ne sont pas eux tout entiers.

Pour que le naturel domine à ce point l'intelligence, il faut qu'il soit fortement modelé, et qu'il ne puisse s'arrêter sur aucune idée sans la marquer aussitôt de son empreinte originale.

Les grands écrivains de cette trempe sont rares, et ils ont un charme particulier; un attrait puissant nous attache à la lecture de leurs écrits. Nous les y cherchons toujours ; nous les y retrouvons sans cesse. Ce n'est plus une lecture, c'est un entretien animé, où ce qu'on devine frappe plus que ce qu'on exprime; c'est un commerce intime auquel on se plaît d'autant plus qu'il est ancien et habituel. Cette investigation de l'homme par ses ouvrages nous plaît, parce qu'elle nous initie à cette mystérieuse étude du cocur humain, la plus intéressante de toutes pour notre bonheur et celui de nos semblables, la plus féconde en résultats utiles.

Aussi tout nous ramène vers ces auteurs, jusqu'aux imperfections et aux défauts de leur nature; car c'est souvent à ces imperfections, et à ces défauts même, qu'ils doivent une partie de leur renommée, et les vives sympathies qu'ils excitent.

Tant de pages en prose éloquente, tant de beaux vers qui nous retracent si énergiquement les vices de nos sociétés, tant de pensées morales exprimées d'une manière si sublime, de si belles peintures de la vertu, de l'amour et de l'amitié, témoi

« PoprzedniaDalej »