Obrazy na stronie
PDF
ePub

rege, singulos singuli populi lictores dederint. Crescebat interim urbs, munitionibus alia atque alia adpetendo loca, quum in spem magis futurae multitudinis, quam ad id, quod tum hominum erat, munirent. Deinde, ne vana urbis magnitudo esset, adlicienda e multitudinis caussa, vetere consilio condentium urbes, qui. obscuram atque bumilem conciendo ad se multitudinem, natam e terra sibi prolem ementiebantur; locum, qui nunc septus descendentibus inter duos lucos est, asylum aperit. Eo ex finitimis populis turba omnis sine discrimine, liber an servus esset, avida novarum rerum perfugit: idque primum ad cœptam magnitudinem roboris fuit. Quum jam virium haud pœniteret, consilium deinde viribus parat : centum creat senatores, sive quia is numerus satis erat, sive quia soli centum erant, qui creari Patres possent. Patres certe ab honore, patriciique progenies eorum adpellati.

IX. Jam res romana adeo erat valida, ut cuilibet finitimarum civitatium bello par esset; sed, penuria mulierum, hominis aetatem duratura magnitudo erat; quippe quibus nec domi spes prolis, nec cum finitimis connubia essent. Tum ex consilio patrum Romulus legatos circa vicinas gentes misit, qui societatem connubiumque novo populo peterent : «Urbes quoque, ut cetera, ex infitno uasci; deinde, quas sua virtus ac dii juvent, magnas opes sibi magnumque nomen facere.

roi, auquel ils fournissaient chacun un licteur. Cependant la ville s'agrandissait : chaque jour élargissait son enceinte, mesurée plutôt sur les espérances du fondateur que sur sa population actuelle. Mais pour donner quelque réalité à cette grandeur, pour attirer la multitude, Romulus, fidèle à la politique des fondateurs de villes, qui, en appelant près d'eux une foule d'hommes obscurs et inconnus, prétendent que la terre leur a enfanté des citoyens, ouvrit un asile dans l'endroit, fermé aujourd'hui d'une palissade, qu'on trouve, entre les deux bois sacrés, à la descente du Capitole. L'attrait de la nouveauté y attira bientôt une foule mêlée d'hommes libres et d'esclaves. Ce fut le premier pas vers cette puissance dont on jetait les fondemens. Satisfait de ses forces, Romulus s'occupe des moyens d'en diriger l'emploi. Il choisit cent sénateurs; ce nombre lui parut suffisant, ou peut-être ne trouva-t-il que cent personnages dignes de ce titre. On les honora du nom de Pères, et leurs descendans reçurent celui de Patriciens.

IX. Déjà Rome était assez puissante pour ne redouter aucune des cités voisines; mais elle manquait de femmes, et sans espoir de postérité, sans alliances avec ses voisins, toute sa grandeur devait passer avec une génération. C'est alors que Romulus, d'après l'avis du sénat, envoya aux nations voisines des députés chargés de ménager au peuple nouveau un traité et des mariages. «Les villes ont, disaient-ils, comme tout le reste, de faibles commencemens : puis, quand elles trouvent un appui dans leur courage et dans la protection des dieux, elles acquièrent une grande puissance et un grand nom. Satis scire, origini romana e et deos adfuisse, et non defuturam virtutem : proinde ne gravarentur homines cum hominibus sanguinem et genus miscere. » Nusquam benigne legatio audita est : adeo simul spernebant, simul tantam in medio crescentem molem sibi ac posteris suis metuebant. A plerisque rogitantibus dimissi, « Ecquod feminis quoque asylum aperuissent? id enim demum compar connubium fore. » iEgre id romana pubes passa, et haud dubie ad vim spectare res cœpit : cui tempus locumque aptum ut daret Romulus, aegritudinem animi dissimulans, ludos ex industria parat, NeptunoEquestri sollemnes : Consualia vocat. Indici deinde finitimis spectaculum jubet : quantoque adparatu tum sciebant, aut poterant, concelebrant, ut rem claram exspectatamque facerent. Multi mortales convenere, studio etiam videndae novae urbis; maxime protfimi quique, Caeninenses, Crustumini, Antemnates. Jam Sabinorum omnis multitudo, cum liberis ac conjugibus, venit. Invitati hospitaliter per domos, quum situm mœniaque et frequentem tectis urbem vidissent, mirantur tam brevi rem romanam crevisse. Ubi spectaculi tempus venit, deditaeque eo mentes cum oculis erant, tum ex composito orta vis : signoque dato, juventus romana ad rapiendas virgines discurrit: magna pars forte, ut in quem quaeque inciderat, raptae; quasdam forma excellente, primoribus patrum destiVous ne l'ignorez pas, les dieux ont présidé à notre origine, et le courage ne manque pas aux Romains. Ne dédaignez pas de mêler votre race et votre sang à celui d'hommes comme vous. » Nulle part ils ne trouvèrent un accueil bienveillant : c'était l'effet du mépris, et tout à la fois de la crainte qu'inspirait pour le présent et pour l'avenir cette puissance qui s'élevait au sein de l'Italie. Presque partout même on leur demanda, en les congédiant, «pourquoi ils n'avaient pas ouvert aussi un asile pour les femmes; qu'au fond c'était le seul moyen d'avoir des mariages sortables.» Les Romains furent sensibles à cette insulte, et parurent dès-lors disposés à employer la violence. Romulus voulut leur ménager le lieu et l'occasion favorable. Dans cette intention, il dissimule son ressentiment, et prépare, en l'honneur de Neptune Equestre, des jeux solennels, qu'il appelle Consuales. Il fait annoncer ce spectacle chez les peuples voisins; et pour lui donner de l'éclat et éveiller la curiosité, il déploie, dans ses préparatifs, toute la pompe que comportait son habileté ou sa puissance. Le concours fut nombreux surtout parmi les peuples les plus voisins, les Céniniens, les Crustuminiens et les Antemnates, qu'amenait encore le désir de voir la ville nouvelle. La nation entière des Sabins vint aussi, avec leurs femmes et leurs enfans. L'hospitalité leur ouvrit les demeures des Romains, et à la vue de l'heureuse position de la ville, de ses remparts, du nombre des maisons, ils ne pouvaient se lasser d'admirer son rapide accroissement. Quand le moment des jeux fut arrivé, lorsqu'ils captivaient tous les yeux et tous les esprits, alors éclatent les violences préparées par les Romains. Au signal convenu, ils se répandent dans l'assemblée pour enlever les jeunes filles. La plupart devinnatas, ex plebe homines, quibus datum negotium erat, domos deferebant. Unam, longe ante alias specie ac pulchritudine insignem, a globo Talassii cujtfsdam raptam ferunt; multisque sciscitantibus, cuinam eam ferrent, idemtidem, ne quis violaret, Talassio ferri clamitatum: inde nuptialem hanc vocem factam. Turbato per metum ludicro, mœsti parentes virginum profugiunt, incusantes violati hospitii fœdus, deumque invocantes, cujus ad sollemne ludosque, per fas ac fidem decepti, venissent. Nec raptis aut spes de se melior, aut indignatio est minor : sed ipse Romulus circuibat, docebatque « patrum id superbia facturai, qui connubium finitimis negassent; illas tamen in matrimonio, in societate fortunarum omnium civitatisque, et, quo nihil carius humano generi sit, liberum fore. Mollirent modo iras; et, quibus fors corpora dedisset, darent animos. Saepe ex injuria postmodum gratiam ortam : eoque melioribus usuras viris, quod adnisurus pro se quisque sit, ut, quum suam vicem functus officio sit, parentum etiam patriaeque expleat desiderium. » Accedebant blanditia e virorum, factum purgantium cupiditate atque amore : quae maxime ad muliebre ingenium efficaces preces sunt.

« PoprzedniaDalej »