Obrazy na stronie
PDF
ePub

Collatia e fecerat. Ergo ex omnibus locis urbis in forum curritur. Quo simul ventum est, praeco ad tribunum Celerum, in quo tum magistratu forte Brutus erat, populum advocavit. Ibi oratio habita, nequaquam ejus pectoris ingeniique, quod simulatum ad eam diem fuerat, de vi ac libidine Sex. Tarquinii, de stupro infando Lucretiae et miserabili caede, orbitate Tricipitini, cui morte filiae caussa mortis indignior ac miserabilior esset : addita superbia ipsius regis, miseriaeque et labores plebis, in fossas cloacasque exhauriendas demersae. Romanos homines, victores omnium circa populorum, opifices ac lapicidas pro bellatoribus factos. Indigna Ser. Tullii regis memorata eaedes, et invecta corpori patris nefando vehiculo filia; invocatique ultores parentum dii. His atrocioribusque, credo, aliis, quae praesens rerum indignitas haudquaquam relatu scriptoribus facilia subjicit, memoratis incensam multitudinem perpulit, ut imperium regi abrogaret, exsulesque esse juberet L. Tarquinium cum conjuge ac liberis. Ipse, junioribus, qui ultro nomina dabant, lectis armatisque, ad concitandum inde adversus regem exercitum Ardeam in castra est profectus; imperium in urbe Lucretio, praefecto urbis jam ante ab rege instituto, relinquit. Inter hune tumullum Tullia domo profugit, exsecrantibus, quacumque incedebat, invocantibusque parentum furias viris mulieribusque.

accourt de toutes parts au forum. Dès qu'on y est arrivé, le héraut convoque le peuple devant le tribun des Célères, charge exercée alors par Brutus. Ce dernier, depouillant les sentimens et les idées qu'il avait feintes jusqu'alors, harangue l'assemblée : il lui retrace la passion et l'attentat de Sex. Tarquin, l'odieux outrage fait à Lucrèce, sa fin déplorable, l'isolement de Tricipitinus, à qui la perle de sa fille est moins douloureuse encore que l'indigne cause de sa mort. Il n'oublie pas le despotisme du roi lui-même, les maux et les fatigues du peuple, plongé dans des fossés et des cloaques qu'il leur faut épuiser. Les Romains, ces vainqueurs de toutes les nations voisines, ont oublié la guerre : ils sont devenus des manœuvres et des tailleurs de pierre. Il rappelle encore le meurtre abominable du roi Serv. Tullius, son corps foulé sous le char parricide de sa fille; il invoque les dieux vengeurs des pères. Ces traits et d'autres plus énergiques encore, que l'indignation inspire aux témoins de ces scènes d'horreur, mais qui s'affaiblissent sous la plume de l'historien, enflamment la multitude. Brutus l'amène à prononcer la déchéance de Tarquin, à prononcer l'exil contre lui, contre sa femme et ses enfans. Il arme des jeunes gens choisis parmi ceux qui s'empressaient de se faire inscrire, et se rend au camp sous Ardée, pour soulever l'armée contre le roi. Il laisse le commandement de la ville à Lucretius, que Tarquin en avait auparavant nommé gouverneur. Au milieu de ce tumulte, Tullie s'enfuit de son palais, partout poursuivie sur son passage par les imprécations des hommes et des femmes, qui invoquaient «ontre elle les furies vengeresses des parricides.

LX. Harum rerum nunciis in castra perlatis, quum re nova trepidus rex pergeret Romam ad comprimendos motus, flexit viam Brutus (senserat enim adventum), ne obvius fieret; eodemque fere tempore, diversis itineribus, Brutus Ardeam, Tarquinius Romam, venerunt. Tarquinio clausae portae, exsiliumque iildictum : liberatorem urbis laeta castra accepere : exactique inde liberi regis. Duo patrem secuti sunt, qui exsulatum Caere in Etruscos ierunt. Sex. Tarquinius, Gabios, tamquam in suum regnum, profectus, ab ultoribus veterum simultatum, quas sibi ipse caedibus rapinisque conciverat, est interfectus. L.Tarquinius Superbus regnavit annos quinque et viginti. Regnatum Romae ab condita urbe ad liberatam annos ducentos quadraginta quatuor. Duo consules inde comitiis centuriatis a praefecto urbis ex commentariis Ser. Tullii creati sunt, L. Junius Brutus et L. Tarquinius Collatinus.

LX. Quand ces nouvelles parvinrent au camp, le roi, surpris et effrayé de ce soulèvement, courut à Rome pour l'étouffer. Instruit de son approche , Brutus se détourna pour ne pas le rencontrer, et, par des routes différentes, ils arrivèrent presqu'en même temps, l'un à Ardée, l'autre à Rome. Tarquin trouva les portes fermées : on lui signifia le décret qui le condamnait à l'exil. Le libérateur de Rome fut reçu avec transport dans le camp: on en chassa les fils du roi. Deux suivirent leur père et se retirèrent à Céré, dans l'Etrurie. Sex. Tarquin partit pour Gabies, qu'il regardait comme son royaume; mais il y périt victime des haines qu'avaient autrefois allumées ses meurtres et ses rapines. L. Tarquin le Superbe avait régné vingt-cinq ans. La royauté avait subsisté à Rome, depuis sa fondation jusqu'à son affranchissement, pendant deux cent quarante-quatre ans. Ensuite, dans les comices assemblés par centuries sous la présidence du préfet de la ville, on créa, suivant le plan de Serv. Tullius, deux consuls : ce furent L. Junius Brutus et L. Tarquinius Collatin.

NOTES

SUR LE LIVRE I.

Chap. I. Il serait facile, pour ces deux ou trois premiers chapitres, de multiplier les citations de Virgile : nous nous bornerons à renvoyer aux chants i, 6, 7 et 8 de l'Enéide ceux de nos lecteurs qui seraient curieux de comparer les fables du poète et celles de l'historien. On sera frappé de leur merveilleux accord.

Pylémène. Homère, Iliad. 2, 851 : tué par Ménélas, 5, 576.

Euganéens. Silius-italicus, liv. vm, 604 ; Martial, liv. iv, épig. 25.

Chap. II. Céré. Voyez plus bas liv. xvn, chap. a0.
Le Numicius, aujourd'hui Rivo di Nemi.

Chap. IV. Se voit privée de sa liberté. Les accusés de quelque distinction n'étaient point renfermés dans une prison publique. Ils étaient confiés à la garde de quelque magistrat qui les retenait dans sa maison sous sa responsabilité: c'est ce qu'on appelle in custodiam dare. Cicér., In Cat., 1, 8; Sallust., Cat., 47; Tac, Ann., vi, 3.

Et se couchant par terre pour leur donner la mamelle. Vikg., Enéide, liv. vm, 63o. On voit encore au Capitole un groupe de bronze représentant la louve qui allaite Rémus et Romulus. Il y fut placé il y a vingt et un siècles par les deux Oliginus, édiles curules, l'an de Rome 458. Ils employèrent l'argent des amendes à ce monument. Il fut frappé de la foudre sous le consulat de Torquatus et de Cotta, an de Rome 687. On le voit aujourd'hui dans le même état où la foudre le mit alors. J'y ai remarqué, avec curiosité et satisfaction, le coup de tonnerre qui glissa le long des côtes et a fondu une partie de la cuisse. (Leprésident De Brosses.)

Il paraît qu'il avait été doré. Quem inauratum in Capitolio parvum atque lactentem, uberibus lupinis inhiantetn fuisse meministis. Cic., In Cat. ,3,8.

« PoprzedniaDalej »