Obrazy na stronie
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors]

9

[ocr errors][ocr errors]

l'archiprêtre, par les gens de sa suite, par le capitaine Poul et par les

, miquelets destinés à la garde des prisonniers protestans renfermés dans les vastes caves de l'abbaye.

Le nombre de ces derniers était alors très considérable; l'abbé Du Chayla n'avait pas osé les diriger sur Nîmes avant l'arrivée des renforts qu'il avait demandés à M. de Basville, dans la crainte que ce convoi ne fût délivré par les religionnaires.

Le jour même de l'assemblée des camisards sur le plateau de RhanJastrié, vers quatre heures du soir, le capitaine Poul, après avoir passé la revue de ses miquelets, rentra dans la cellule qu'il occupait, suivi de son sergent, maître Bon-Larron.

Le capitaine Poul portait, en guise de robe de chambre, une vieille pelisse turque, provenant de ses prises pendant la guerre de Hongrie; un chaperon écarlate couvrait ses cheveux ras. Cette coiffure bizarre donnait à ses traits, naturellement farouches, une expression plus sinistre encore. En entrant dans sa cellule, il se jeta d'un air sombre dans une chaire de bois de noyer richement sculptée, qui avait sans doute appartenu à un des anciens dignitaires de l'abbaye.

Maître Bon-Larron, voyant la mauvaise humeur de son capitaine, attendit respectueusement que ce dernier lui adressât la parole.

Enfin Poul s'écria , en frappant sur une table avec colère : - Au diable le métier que nous faisons ici. Depuis six semaines nous, ne sommes pas sortis de cette abbaye, si ce n'est pour cette tournée dans le plat-pays; et, par Mahom! elle a eu un beau résultat: le massacre de ce vieux fermier et de sa femme!

Ne m'en parlez pas, capitaine, dit le sergent en haussant les épaules. Ça été une sotte imagination de cet entêté de Robin-le-Morisque; il se figurait trouver dans cette ferme la poule aux oeufs d'or. L'imbécile! Il aurait usé, je crois, toutes les mèches à mousquet de la compagnie sur la peau du fermier, en manière d'interrogatoire, qu'il n'en aurait pas été plus avancé. Pourtant, tout n'a pas été perte dans cette occasion; nos gens se sont nippés en linge de corps, et Dieu sait qu'ils en avaient un furieux besoin, car ça n'a jamais été leur luxe.

Va-t-en au diable ! Nos gens s'engourdissent ici. Est-ce en gardant les troupeaux destinés à la boucherie que les chiens deviennent agiles et vigoureux ? J'étouffe, moi, et je meurs d'ennui entre ces quatre murs. Cet archiprêtre est plus muet et plus froid que la statue de pierre qui est là en bas sur cette vieille tombe de l'abbé. Quand cet arrogant marquis est ici, il passe sa journée à jouer du luth, à

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

essayer des perruques, à faire des næuds, ou à se polir les ongles. Les miracles de la montagne d'Aygoäl, comme disent ces chiens d'hérétiques, semblaient annoncer une révolte. Mais non, ils sont trop laches, ils n'oseront pas; rien ne bouge, rien ne bougera!

Ah! capitaine, ne croyez pas cela. Patience, patience. Robinle-Morisque, qui est allé faire ce matin une reconnaissance du côté de Fressinet avec dix de nos hommes, a trouvé presque toutes les maisops du village désertes. Où sont ces gens-là ? Assemblés, j'en suis sûr, dans quelques cavernes de leurs montagnes d'où ils fondront sur nous comme une bande de loups.

-Bah, bah, ces gens-là étaient à leur moisson.

- Mais vous oubliez, gracieux capitaine , que tous les champs des protestans fugitifs ont été tondus par un certain moissonneur qui après lui ne laisse pas un fétu à glaner, et qui ne demande qu'une minute par arpent pour rendre un champ aussi ras que mon feutre.

- Que veux-tu dire ? Quel moissonneur? – Eh! eh! le seigneur le feu.

- Tu me fais songer, en effet, que les seigles de la plaine du Pont-de-Montvert doivent être brûlés par ordre de l'intendant.

- Voilà justement de quoi vous distraire de votre mélancolie, mon gracieux capitaine. La nuit promet d'être belle, la flamme n'en sera que plus claire et que plus brillante; ce sera, vive Dieu ! un vrai feu de joie. Cela égaiera un peu nos gens qui semblent mélancoliques.

Sais-tu une chose ? dit Poul, après un moment de réflexion : dans la guerre de Turquie le feld-maréchal Butler a fait passer par les verges jusqu'à la mort six cavaliers polaeres qui avaient fourragé un champ d'épis mûrs sur le territoire ennemi.

— Mais cet ennemi était musulman, capitaine; or les prêtres disent partout que les hérétiques sont mille fois plus damnés et plus condamnables que les Turcs.

-C'est possible, je ne suis pas théologien. Mais au diable ce séjour! je me sens tout engourdi et tout pesant.

Cette plainte du capitaine Poul réveilla les velléités médicales et pharmaceutiques de son sergent. Fidèle à son habitude d'emporter des souvenirs de tous les logemens qu'il quittait, maître Bon-Larron avait dérobé une caisse de médicamens chez un apothicaire d'Uzès. Voulant utiliser ce vol au profit de sa compagnie, il avait imaginé de traiter les miquelets malades, en mélangeant au basard quelquesunes des drogues sans nom qu'il possédait. Les effets variés de cette étrange médication, tantôt fatale, tantôt négative, n'avaient pas re

[ocr errors]
[ocr errors]

REVUE

DE PARIS.

IMPRIMERIE DE A. FOURNIER ET C'e,

RUE DE SEINE, 14 BIS.

« PoprzedniaDalej »