Obrazy na stronie
PDF
ePub

1 ser

hasteurs d'un sens blasé à force de jouir. C'est ansi que l'intempérance des plaisirs de l'esprit nous les rendra tous insipides; et l'art même dara beau s'épuiser en recherches et en raffinements pour ranimer le gout. La sobriété seule anrait pu le sauver de cette espèce de paralysie; et aux excés qui en sont la cause, s'il est quelJe remede, c'est l'abstinence et le besoin. Mais ce serait demander l'impossible. Le public veut OUT, au risque même de détruire tout ce qu'il peut avoir de sensibilité.

On va me dire, qu'à la génération dont le met s'affaiblit et s'altère de jour en jour, en fuccede une dont le goût sera jeune et ingénu comme elle, et que d'un age à l'autre le public est renouvelé. Je conviens en effet qu'au premier essor de la jeunesse dans le monde, elle de livre avec une sensibilité vive et neuve encore, à tous les plaisirs de l'esprit; mais dans l'usage de ces plaisirs, comme de tous les autres, ne Toit-on pas avec quelle impatience les jeunes gens se pressent de vieillir; avec quelle rapilité la contagion de l'exemple et de l'opinion les gagne; et comme à peine arrivés dans le monde, ils en ont déja pris les goûts et les débouts? Ne les entendez-vous pas dire qu'on sait Racine et Moliere par coeur; que, grâce au ciel, on ne lit plus Virgile; qu'on a été bercé avec Télemaque; qu'ils laissent Massillon aux dévotes, Pascal aux Jansénistes, La Fontaine aux enfants: qu'on ne lit pas deux fois la Henriade; et que le goût des vers est un goût suranné?

Leurs pères au moins se souviennent d'avoir aimé ce qu'ils n'aiment plus; et en le négligeant , ils l'estiment encore , et l'admirent de souvenir, J'en ai vu quelquefois qui faisaient l'aveu de Médée,

Video meliora , proboque , Deteriora noquor. (OviDk.) Mais la jeunesse érige tous ses goûts en systême, et ne connait, dans l'art de l'amuser, d'autre rogle que son plaisir. Essayez de lui faire entendre que ce qui lui plaît n'est pas digne de lui plaire; elle vous répondra par un sourire dédaigneux. Que veut-on qu'elle estime, si ce n'est pas ce qui lui plait, et ce qui plaît à la société qu'elle fréquente obscurément? C'est là que ses idées et ses sentiments se dégradent; c'est là que sori goût s'avilit, et que, perdant toute pudeur et toute délicatesse, elle habitue son oreille et son ame à la bassesse, à l'indécence, à la grossièreté de moeurs et de langage qui caractérise le nouveau genre dont elle fait ses amusements.

Ce qui fonde un État le peut seul conserver.

C'est une maxime applicable à la culture de tous les arts, et singulièrement au goût. Or, dans tous les temps où il a fleuri , comment s'est-il formé? Par l'instruction et l'exemple, de proche

[ocr errors]

en en proche, à la faveur d'une communication ha

bituelle des esprits cultivés et des esprits qui dei mandaient à l'être. Ceux-ci daignaient écouter Į et s'instruire; ou si la déférence personnelle était

pénible pour l'amour-propre, au moins recevaiton des morts les inspirations de goút qu'on eût rougi de prendre des vivants. On lisait de bons livres, on étudiait ceux qui, de l'aveu des gens instruits, étaient les modèles de l'art. Le temps en est passé. Depuis qu'une culture superficielle a établi entre les esprits une apparence d'égalité, tout le monde décide , personne ne consulte. On ne lit plus; et pourquoi lirait-onDésormais la littérature, je dis l'ancienne et la plus exquise, n'étant plus dans la société un objet d'entretien où l'on puisse briller, la vanité, le grand mobile de l'émulation, n'est plus intéressée à donner à l'étude des moments qu'elle croit pouvoir mieux employer.

Ce n'est pas que dans cette société renaissante, il n'y ait une élite de jeunes gens très-cultivés, très-éclairés, et d'un goût délicat et pur. Mais je parle ici du grand nombre; et dans tous les temps, le grand nombre ne cultive de son esprit que les facultés usuelles. Les lumières et les talents, qui le soir trouveront leur place, font l'occupation du matin. On n'entendra parler dans le monde où l'on vit, ni d'Euripide, ni de Térence, ni de Virgile, ni d'Horace, ni de Bossuet, ni de Massillon, et rarement de la Bruyère. On aura

ren

aura

lu la brochure du jour, on va voir la pièce nouvelle; et si de l'une ou de l'autre on ne sait que penser, on sait du moins où en prendre un jugement très - décidé : seulement, qu'on ait parcouru à sa toilette une feuille volante, on a son mot à dire, on s'est mis au courant, on est au pair de tout le monde.

Il est difficile de motiver un sentiment que l'on emprunte, et qu'on adopte sans examen; mais dans un monde où rien ne se raisonne, et dont la mobilité perpétuelle ne laisse aucun repos à la pensée, l'opinion n'est jamais compromise. Un mot tranchant suffit pour éviter toute espèce de discussion; et si ce mot est un trait piquant, il est dispensé d'être juste.

L'amour des lettres, dans sa première ardeur, faisait du jugement des ouvrages de goût, une occupation sérieuse; aujourd'hui c'est à peine un jeu. L'avis courant passe de bouche en bouche; on le reçoit et on le donne avec la même indifférence, ou si deux sentiments se croisent, c'est en glissant l'un à côté de l'autre, et tout au plus avec un choc léger, d'où ne sort aucune lumière. Personne n'a besoin d'examiner ce qu'un autre pense : chacun prétend se suffire à soimême; et cette suffisance est ce qu'il y eut jamais de plus funeste pour le goût: car l'ignorance toute simple, se laisse guider par la nature, et le sentiment lui tient lieu souvent des lumières qu'elle n'a pas; mais avec de fausses lueurs, la

u

: vanité qui se croit éclairée, s'égare, et ne revient jamais.

J'ai ouï dire plus d'une fois à une actrice trèscélèbre, que les jours de réjouissance, où les spectacles sont ouverts gratuitement au peuple, elle avait peine à concevoir la promptitude, la justesse, la rapide unanimité avec laquelle, non

seulement les endroits frappants d'une tragédie. e mais le sublime simple, les mots touchants, les

vers de situation, les traits de sensibilité les plus

délicats, étaient saisis par cette multitude inE culte. Et c'est précisément parce qu'elle est in

culte, qu'en elle au moins rien n'est factice; qu'elle se livre de bonne foi à l'impression qu'elle reçoit; et que tout ce qui est naturellement beau, la touche et la ravit. Elle n'a pas ce goût de relation et de comparaison qui fait apercevoir les finesses de l'art et les adresses de l'artiste ; qui démêle dans un ouvrage ce qu'il y a de rare et d'exquis, d’avec ce qu'il y a de commun; qui mesure et la difficulté et le talent qui l'a vaincue, et considère les effets dans leur rapport avec les moyens : elle n'a pas non plus ce goût d'éducation qui, comme je l'ai dit, peut seul juger des convenances d'opinion et de fantaisie; mais aussi

n'a-t-elle pas ce goût de personnalité, qui, dans : l'ouvrage, ne considère que l'auteur; ce goût de

vanité et de malignité qui s'attache à des minuties, et parmi des beautés qui ne le touchent point, attend avec impatience quelque ridicule à

« PoprzedniaDalej »