Obrazy na stronie
PDF
ePub

portam Collinam stare, donec hostis prætereat, deinde se objicere, ne sit ad flumen reditus. Consulum alter T. Lucretius portân Næviâ, cum aliquot manipulis militum, egressus : ipse Valerius Coelio monte cohortes delectas educit; hique primi apparuêre hosti. Herminius, ubi tumultum sensit, concurrit ex insidiis : versisque in Valerium Etruscis, terga cædit; dextra lævaque, hinc à porta Collina , illinc ab Næviâ redditus clamor; ita cæsi in medio prædatores, neque

ad
pugnam
viribus

pares, et ad fugam septis omnibus viis : finisque ille tam effusė vagandi Etruscis fuit.

XII. Obsidio erat nihilominus, et frumenti cum summâ caritate inopia : sedendoque expugnaturum se urbem, spem Porsena habebat : cùm C. Mucius adolescens nobilis, cui indignum videbatur, populum Romanum servientem, cùm sub regibus esset, nullo bello, nec ab hostibus ullis obsessum esse, liberum eumdem populum ab iisdem Etruscis obsi: deri , quorum sæpe exercitus fuderit ; itaque magno audacique aliquo facinore eam indignitatem vindicandam ratus, primò suâ sponte penetrare in hostium castra constituit: dein metuens ne, si consulum injussu et ignaris omnibus iret, fortè deprehensus à custodibus Romanis retraheretur ut transfuga, fortunâ tum urbis crimen affirmante, senatum adiit : « Transire Tiberim, inquit, Patres, et intrare, si

line, jusqu'à ce que l'ennemi eût passé outre, et alors de se porter entre lui et le fleuve, pour lui couper la retraite. Lucrétius, l'un des consuls, sort par la porte Névia avec quelques compagnies de légionnaires. Valérius, en personne, descend le mont Cælius avec l'élite des cohortes. Ce fut le premier corps qui se présenta à l'ennemi. Herininius, au premier bruit de l'engagement, sort brusquement de son embuscade, et trouvant les Étrusques occupés à tenir tête à Valérius, tombe sur leurs derrières, et en fait un grand carnage. De nouveaux cris se font entendre et à droite et à gauche, du côté de la porte Colline et du côté de la porte Névia ; les fourrageurs , ainsi enveloppés, furent taillés en pièces, n'ayant ni les moyens de résister en combattant, ni la possibilité de fuir, toutes les issues leur étant également ferinées. Le succès de cette journée mit enfin un terme aux insolentes excursions des Étrusques.

XII. Cependant le siège se continuait toujours, et la cherté des grains augmentant, la disette se faisait ressentir. Porséna, sans se compromettre par des attaques, avait l'espérance de réduire la place; lorsqu'un jeune noble, C. Mucius, indigné que le peuple romain, sous ses rois, dans le temps qu'il était esclave, n'eût jamais dans aucune guerre essuyé pareille humiliation, et que depuis sa liberté il se vît assiégé par ces mêmes Toscans qu'il avait vus si souvent fuir devant lui, entreprit de venger par quelque coup d'éclat la honte de son pays. Sa première idée fut d'aller de son propre mouvernent, pour tâcher de pénétrer dans le camp ennemi : il fut retenu par la crainte que s'il sortait sans la permission des consuls et sans avoir communiqué son projet, les sentinelles ne l'arrêtassent aux portes comme transfuge: inculpation que la situation de Rome n'aurait rendu que trop vraisemblable; il se décide donc à se

» possim , castra hostium volo: non prædo , nec po

pulationum invicem ultor. Majus, si dii juvant, in » animo est facinus. » Approbant Patres : abdito intra vestem ferro, proficiscitur. Ubi eò venit, in confertissimâ turbâ prope regium tribunal constitit. Ibi cùm stipendium fortè militibus daretur, et scriba cum rege sedens pari ferè ornatu multa ageret, eum milites vulgò adirent; timens sciscitari uter Porsena esset, ne ignorando regem semetipse aperiret quis esset , quò temerè traxit fortuna facinus, scribam pro rege obtruncat. Vadentem inde quâ per trepidam turbam cruento mucrone sibi ipse fecerat viam, cùm, concursu ad clamorem facto, comprehensum regii satellites retraxissent , ante tribunal regis destitulus, tum quoque inter tantas fortunæ minas metuendus magis quàm metuens : « Romanus sum, in» quit, civis; C. Mucium vocant; hostis hostem occi» dere volui; nec ad mortem minùs animi est , quàm » fuit ad cædem. Et facere et pati fortia , Romanum » est. Nec unus in te ego hos animos gessi : longus » post me ordo est idem petentium decus. Proinde in » hoc discrimen, si juvat, accingere, ut in singulas » horas capite dimices tuo : ferrum hostemque in ss vestibulo habeas regiæ. Hoc tibi juventus Romana » indicimus bellum. Nullam aciem, nullum prælium s timueris. Uni tibi, et cum singulis res erit. ss Cùm rex simul irâ infensus periculoque conterritus, circumdari ignes minitabundus juberet, nisi exprome

présenter au sénat: « Pères conscrits, dit-il, je me propose de » passer le Tibre, et d'entrer, si je le puis, dans le camp des » ennemis. Je ne vais point y chercher du bụtin : que d'autres » leur rendent pillage pour pillage; moi, je médite un plus » graud projet, si les dieux me secondent. » Le sénat l'autorise; il part avec un poignard caché sous son habit: arrivé au camp, il se mêle dans le plus épais de la foule auprès du tribunal du roi; c'était le moment où l'on distribuait la solde des troupes. Coinme le secrétaire, assis aux côtés du roi, était à peu près vêtu de même, que c'était lui qui expédiait le plus d'affaires, et à qui la plupart des soldats s'adressaient, Mucius y fut trompé; craignant de demander lequel des deux était Porséna, de peur de se déceler en laissant apercevoir son ignorance,

il laisse aller sa main au hasard, et poignarde le secrétaire au lieu du prince. Il s'en retournait fièrement, se faisant jour avec son poignard ensanglanté au travers de la foule saisie d'effroi , lorsqu'au premier cri qui s'éleva au moinent du meurtre, les satellites du roi accourent, se saisissent de Mucius, et le ramènent devant le tribunal. Là, seul, sans appui, au milieu des plus terribles menaces du destin, bien loin d'être intimidé, il était encore un objet de terreur : « Oui, dit-il, je » suis un citoyen romain, mon nom est Caïus Mucius : Romain, >> j'ai voulu tuer l'ennemi de Rome, et je n'ai pas moins de ré» solution

que j'en avais pour te donner la mort: » La fermeté d'un Romain est inébranlable comme son audace; » car ne me crois pas le seul que cet esprit anime. Je laisse après » moi une troupe nombreuse qui aspire au même honneur : ap» prête-toi donc, si cette vie a pour toi des charmes, à comw battre pour elle à toutes les heures du jour; le glaive et l'en>> nemi viendront 'te chercher dans ta tente royale. Ne crains

pour mourir

[ocr errors][ocr errors]

pro mea

meâ pa.

ret properè quas insidiarum sibi minas perambages jaceret : « En tibi, inquit, ut sentias quàm vile cor

pus sit iis qui magnam gloriam vident : » dextramque accenso ad sacrificium foculo injicit. Quam cùm velut alienato ab sensu torreret animo; prope attonitus miraculo rex, cùm ab sede sua prosiluisset, amoverique ab altaribus juvenem jussisset , « Tu » verò abi, inquit, in te magis quàm in me hostilia s ausus. Juberem macte virtute esse, si ss triâ ista virtus staret. Nunc jure belli lìberum te, » intactum, inviolatumque hinc dimitto. » Tum Mucius, quasi remunerans meritum, « Quandoquidem, » inquit, est apud te virtuti honos; ut beneficio tu» leris à me, quod minis nequisti; trecenti conjura» vimus principes juventutis Romanæ, ut in te hâe » viả grassaremur. Mea prima sors fuit : ceteri, ut » cuique ceciderit primo, quoad te opportunum for » tuna dederit, suo quisque tempore aderunt. »

XIII. Mucium dimissum, cui postea Scævolæ à clade dextræ manùs cognomen inditum, legati à Porsena Romam secuti sunt. Adeò moverat eum et primi periculi casus, quo nihil se præter errorem

« PoprzedniaDalej »