Obrazy na stronie
PDF
ePub
[ocr errors]

Dieu. Les méchants eux-mêmes ressusciteront avec tous leurs membres ; mais, à la différence des bons, qui seront rétablis dans leur premier état pour recevoir une récompense plus complète, les méchants ne recevront leur corps que pour l'augmentation de leur supplice. Le corps de ceux-ci sera certainement immortel comme le corps des justes ; mais il ne le sera que pour souffrir éternellement. Les réprouvés chercheront la mort, et ils ne la trouveront point; ils la désireront, et ils ne l'obtiendront point: Quærent mortem, et non invenient eam; et desiderabunt mori, et fugiet mors ab eis (1). L'immortalité sera donc commune aux bons et aux méchants; mais elle sera pour les uns un poids éternel de gloire, æternum gloriæ pondus (2), et pour les autres un poids éternel d'opprobre et d'igaominie.

248. De plus, les corps des saints auront des qualités surnaturelles que n'auront point les corps des réprouvés, savoir : l'impassibilité, la clarté, l'agilité et la subtilité. La première est l'impassibilité, qui rendra le corps des bienheureux exempt de la douleur et des souffrances. Le corps est semé dans la corruption, dit saint Paul, et il ressuscitera incorruptible (3). Les théologiens ont employé le mot impassibilité plutôt que celui d'incorruptibilité, afin de n’exprimer par là que ce qui convient aux corps des bons, car eux seuls seront impassibles. Les corps des méchants, tout incorruptibles qu'ils seront réellement, seront soumis à la souffrance. La seconde est la clarté, qui rendra les corps des saints aussi brillants que le soleil. « Les justes, dit Notre-Seigneur, brilleront « comme le soleil dans le royaume du Père céleste (4). » Et, pour confirmer cette promesse, il opéra devant ses apôtres le miracle de sa transfiguration. Saint Paul exprime cette qualité lorsqu'il dit : Le corps est semé dans l'ignominie, et il ressuscitera dans la gloire (5). Cette clarté sera un état de lumière qui rejaillira de la souveraine félicité de l'âme sur tout le corps ; et le corps sera heureux du bonheur même de l'âme, comme l'âme est heureuse par une participation de la félicité infinie de Dieu. La troisième qualité des corps glorieux sera l'agilité. Elle délivrera le corps du poids qui l'accable maintenant, et l'âme pourra le porter où il lui plaira avec autant de facilité que de vitesse. Le corps, dit l'Apôtre, est semé dans l'infirmité; il ressuscitera dans la force (6). Enfin, la

(1) Apocalypse, c. ix, v. vi. — (2) Ile épitre aux Corinthiens, c. iv, v. 17. (3) ire építre aux Corinthiens, c. xv, v. 49. - (4) Tunc justi sulgebunt sicın sol in regno Palris eorum. Soint Mollhieu, C. NIII, v. 43. — (5) 11 épitre any Co. rinthiens, c. XV, v. 43. - 6) Ibidem.

subtilité sera accordée à nos corps après la résurrection. Elle rendra le corps entièrement soumis à l'âme, qui le trouvera toujours prêt à exécuter ses volontés. C'est ce que saint Paul nous apprend par ces paroles : Ce qui est mis en terre est comme un corps animal, et il ressuscitera comme un corps spirituel (1). Tel est , d'ailleurs, l'enseignement des saints Pères (2).

CHAPITRE VI.

Du jugement dernier.

mechants eux-mêmes ressusciteront avec tous leurs
mais, à la différence des bons, qui seront rétablis dans
er état pour recevoir une récompense plus complete, les
de recevront leur corps que pour l'augmentation de leur

e corps de ceux-ci sera certainement immortel comme
sjustes ; mais il ne le sera que pour souffrir éternelle-
réprouvés chercheront la mort, et ils ne la trouveront
la desireront, et ils ne l'obtiendront point: Quærent mor-
in invenient eam; et desiderabunt mori, et fugiet mors
· L'immortalité sera donc commune aux bons et aux

mais elle sera pour les uns un poids éternel de gloire, Floriæ pondus (2), et pour les autres un poids éternel et d'ignominie. plus, les corps des saints auront des qualités surnatuj'auront point les corps des réprouvés, savoir : l'impas-, larté, l'agilité et la subtilité. La première est l'impys. irendra le corps des bienheureux exempt de la douleur frances. Le corps est semé dans la corruption, dit saint ressuscitera incorruptible (3). Les théologiens ont emot impassibilité plutôt que celui d'incorruptibilité, primer par que ce qui convient aux corps des bons, i seront impassibles. Les corps des méchants, tout in. Juüls seront réellement, seront soumis à la souffrance. it la clarté, qui rendra les corps des saints aussi brilsoleil. « Les justes, dit Notre-Seigneur, brilleront bleil dans le royaume du Pére' céleste (4). » Et, pour te promesse, il opéra derant ses apôtres le miracle de ition. Saint Paul exprime cette qualité lorsqu'il dit : semé dans l'ignominie, et il ressuscitera dans la tte clarté sera un état de lumière qui rejaillira de la icité de l'âme sur tout le corps ; et le corps sera heu. leur même de l'âme, comme l'âme est heureuse par

249. Il est arrêté que les hommes meurent une fois , .et que la mort est immédiatement suivie du jugement de Dieu , qui rend à chacun selon ses æuvres : Statutum est hominibus semel mori, post hoc autem judicium (3). Outre ce premier jugement, qu'on appelle le jugement particulier, il y aura un second jugement, qui est appelé le jugement général ou jugement dernier. Ce jugement doit avoir lieu au second avénement de Jésus-Christ , qui viendra visiblement juger les vivants et les morts, c'est-à-dire, tous ceux qui auront vécu depuis le commencement jusqu'à la fin de ce monde. C'est la croyance de l'Église catholique, la croyance de tous les chrétiens. C'est un article de notre foi, qu'au dernier jour Notre Seigneur descendra sur la terre pour juger tous les hommes. Cette vérité est fondée tout à la fois sur l'enseignement des conciles et des symboles, des saints Pères et des oracles sacrés.

250. D'abord le quatrième concile æcuménique de Latran, qui eut lieu en 1215, porte, dans son article de la foi catholique : « Jé* sus-Christ viendra, à la fin des siècles, juger les vivants et les « morts, et rendra à chacun selon ses ouvres, tant aux réprouvés « qu'aux élus (4), » Nous trouvons la même définition dans le second concile général de Lyon de l'an 1274, où étaient réunis les Grecs et les Latins (5). Le symbole de saint Athanase, qui est reçu dans toute l'Eglise, celui qui porte le nom des apôtres, ainsi que les symboles de Nicée et de Constantinople, qui sont du quatrième

ion de la félicité infinie de Dieu. La troisième qualité jeux sera l'agilité. Elle délivrera le corps du poids maintenant, et l'âme pourra le porter il lui plaira e facilité que de vitesse. Le corps, dit l'Apôtre, est nfirmité; il ressuscitera dans la force (6). Enfin, la

(1) Ibidem, v. 44. - (2) Voyez le Catéchisme du concile de Trente, fre partie, art. XI. — (3) Epitre aux Hébreux, c. IX, P. 27. - (4) Christus venturus (est) in fine sæculi judicare vivos et mortuos, et redditurus singulis secundum opera sua, tam reprobis, quam electis. Copil 1. - (5) Labbe, Concil., tom. xi, col. 963

:, C. IV, V.7. - (2) 11e épitre aux Corinthiens, c. IV, F. 17.Corinthiens, c. XV, v. 49,- () Tunc justi fulgebunt sier sol rum. Saint Matthiau, C. SIII, . 43.-(5) pre épitre ans Co7. 4.3. - 6 Thidem.

siècle, nous apprennent que le Fils de Dieu fait homme viendra de nouveau sur la terre, mais avec sa gloire, pour juger les vivants et les morts : Et iterum venturus est cum gloria judicare vivos et mortuos. C'est aussi l'enseignement des saints Pères. Comme ils admettent tous le dogme de la résurrection générale (1), ils admettent en même temps le jugement dernier. D'ailleurs, cette croyance n'a jamais été contestée, ni dans l'Église grecque, ni dans l'Église latine. Il serait donc superflu de rapporter ici ce qu'en ont dit tous les anciens docteurs. Qu'il nous suffise de citer les oracles sacrés qu'ils ont cités eux-mêmes pour établir le dogme catholique dont il s'agit.

251. Nous lisons dans l'Évangile que le Sauveur, reprochant à quelques villes qui avaient été témoins de ses miracles de n'avoir pas fait pénitence, leur dit : « Je vous déclare qu'au jour du juge« ment Tyr et Sidon seront traitées moins rigoureusement que « Vous (2). »S'adressant à une autre ville : « Je t'assure, dit-il, qu'au « jour du jugement Sodome sera traitée moins rigoureusement « que toi (3). » Dans un autre endroit : « Les Ninivites s'élèveront « contre ce peuple, et le condamneront, parce qu'ils ont fait pénia tence à la prédication de Jonas, et que celui qui est ici est plus « grand que Jonas. La reine du Midi s'élèvera au jour du jugement « contre cette race et la condamnera, parce qu'elle vint des ex« trémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et que « celui qui est ici est plus grand que Salomon (4). · Nous apprenons deux choses de ce discours, ajoute saint Augustin, savoir : que le jugement doit venir, et que les morts ressusciteront pour y comparaitre, attendu que les Ninivites et la reine du Midi étaient morts quand Notre-Seigneur disait ces choses; aussi annonce-t-il qu'ils ressusciteront au jour du jugement. Quant à ce qu'il dit, qu'ils condamneront les Juifs, ce n'est pas qu'ils les jugeront; mais c'est que les Juifs, en comparaison des Ninivites, mériteront d'être condamnés plus sévèrement (5).

252. Ailleurs, à propos du mélange qui se fait en ce monde des bons et des méchants, et de la séparation qui en sera faite au jour du jugement, il se sert de la parabole d'un champ semé de bon

(1) Voyez, ci-dessus, le n° 236. - (2) Tyro et Sidoni remissius erit in die judicii, quam tibi. Saint Matthieu, c. XI, v. 21. - (3) Terræ Sodomorum remissius erit in die judicii, quam tibi. Ibidem, v. 24. - (4) Viri Ninivitæ surgent in judicio cum generationc ista, et condemnabunt eam... Regina Austri surget in judicio cum generationc ista, ct condemnabit eam. Ibidem, c. XII, v. 41 et 42. - (5) Liv. XX, de la Cité de Dien, c. v.

us apprennent que le Fils de Dieu fait homme viendra u sur la terre, mais avec sa gloire, pour juger les vivants s: Et iterum venturus est cum gloria judicare vivos et 'est aussi l'enseignement des saints Pères. Comme ils adis le dogme de la résurrection générale (1), ils admettent emps le jugement dernier. D'ailleurs, cette croyance n'a contestée, ni dans l'Eglise grecque, ni dans l'Eglise la. ait donc superflu de rapporter ici ce qu'en ont dit tous 6 docteurs. Qu'il nous suffise de citer les oracles sacrés cités eux-mêmes pour établir le dogme catholique dont

us lisons dans l'Évangile que le Sauveur, reprochant à illes qui avaient été témoins de ses miracles de n'avoir nitence, leur dit : « Je vous déclare qu'au jour du jugeret Sidon seront traitées moins rigoureusement que

S'adressant à une autre ville: « Je t'assure, dit-il, qu'au
jugement Sodome sera traitée moins rigoureusement
3. » Dans un autre endroit : « Les Ninivites s'élèveront
? peuple, et le condamneront, parce qu'ils ont fait péni-
? predication de Jonas, et que celui qui est ici est plus
? Jonas. La reine du Midi s'élèvera au jour du jugement
te race et la condamnera, parce qu'elle vint des ex-
e la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et que
st ici est plus grand que Salomon (4). "Nous apprenons
de ce discours, ajoute saint Augustin, savoir : que le
sit venir, et que les morts ressusciteront pour y compa-
du que les Ninivites et la reine du Midi étaient morts
-- Seigneur disait ces choses; aussi annonce-t-il qu'ils
it au jour du jugement. Quant à ce qu'il dit, qu'ils
nt les Juifs, ce n'est pas qu'ils les jugeront; mais c'est

en comparaison des Ninivites, mériteront d'être con-
sévèrement (5).
urs, à propos du mélange qui se fait en ce monde des
néchants, et de la séparation qui en sera faite au jour
, il se sert de la parabole d'un champ semé de bov

grain, où l'on a répandu de l'ivraie ; et l'expliquant à ses disciples: « Celui qui sème le bon grain, dit-il, est le Fils de l'homme; le « champ est le monde; le bon grain, ce sont les enfants du royaume, « et l'ivraie, les enfants du démon ; l'ennemi qui l'a semée, c'est « le démon; la moisson, c'est la fin du monde; et les moissonneurs, * ce sont les anges. Comme donc on amasse l'ivraie et qu'on la

brûle dans le feu, il en sera de même à la fin des siècles. Le Fils « de l'homme enverra ses anges, qui enlèveront hors de son “ royaume ceux qui scandalisent les autres et qui commettent l'i. « niquité; et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il n'y « aura que pleurs et gripcements de dents. Alors les justes brille« ront comme le soleil dans le royaume du Père céleste (1). » Il est vrai que Notre-Seigneur ne nomme point ici le jour du jugement; mais il l'exprime åssez clairement par la chose même, et il prédit qu'il arrivera à la fin du monde.

253. On lit encore dans saint Matthieu : « Quand le Fils de « l'homme viendra dans sa majesté, accompagné de tous ses anges, « alors il s'asseoira sur le trône de sa gloire; et tous les peuples de a la terre seront assemblés devant lui, et il séparera les uns d'avec « les autres, comme un berger sépare les brebis d'avec les boucs ; « et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. Alors • le roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes « les bénis de mon Père; possédez le royaume qui vous a été pré« paré dès le commencement du monde ; car j'ai eu faim, et « vous m'avez donné à manger; j'ai eu sois, et vous m'avez « donné à boire; j'ai eu besoin de logement, et yous m'avez logé; « j'ai été nu, et vous m'avez vêtu ; j'ai été malade, et vous m'a« vez visité; j'ai été prisonnier, et vous êtes venus me voir. Je « vous le dis en vérité : autant de fois que vous avez fait ces « choses à l'un des moindres de mes frères que voilà, c'est à moia même que vous les avez faites. Il dira ensuite à ceux qui seront « à sa gauche : Rețirez-vous de moi, maudits; allez au feu éternel, * qui a été préparé à Satan et à ses anges; car j'ai eu faim, et vous

(1) Qui seminat bonum semen, est Filius hominis. Ager autem, est mundus. Bonum vero semen, hi sunt filii regni. Zizania autem, filii sunt nequam. Inimicus autem qui seminavit ea, est diabolus. Messis vero, consummatio sæculi est. Messores autem , angeli sunt. Sicut ergo colliguntur zizania, et igni comburuntur ; sic erit in consummatione sæculi. Mittet Filius hominis angelos suos, et col. ligent de regno ejus omnia scandala, et eos qui faciunt iniquitatem : et mittent eos in caminum ignis. Ibi erit netus, et stridor dentium. Tunc justi fulgebunt sicut sol in regno Patris eorum. Saint Mallhieu, C. XIN, v. 37 etc.,

i-dessus, le n° 236. - (1) Tyro el Sidoni remissius erit in die ju· Saint Mallhieu, c. II, v. 21. ~ (3) Terræ Sodomorum remisudicii, quam tibi. Ibidem, v. 24. (4) Viri Ninivitæ surgent in jeralione isla, et condemnabunt eam... Regina Austri surget in jeratione ista, et condemnabit eam. Ibidem, c. XII, v. 41 et 43. de la Cité de Dieu, c. 1.

s ne m'avez pas donné à manger; j'ai eu soif, et vous ne m'avez se pas donné à boire ; j'ai eu besoin de logement, et vous ne m'a« vez pas logé ; j'ai été nu, et vous ne m'avez pas revêtu ; j'ai été • malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité. » Puis il conclut ainsi : « Alors ceux-ci iront au supplice éternel, et les justes dans « la vie éternelle: Et ibunt hi in supplicium æternum, justi au« tem in vitam æternam (1).»

254. Vous remarquerez que le Sauveur ne fait point ici l'énumération de toutes les cuvres qui seront récompensées, ni de toutes les mauvaises actions qui seront punies de Dieu, a Je m'approcherai x de vous, dit le Seigneur dans le prophète Malachie, et je serai « un prompt témoin contre les enchanteurs, les adultères et les « parjures, contre ceux qui retiennent le salaire de l'ouvrier, qui « oppriment les veuves, outragent les orphelins, se rendent coua pables d'injustice à l'égard de l'étranger, et ne craignent point « mon nom; car je suis le Seigneur votre Dieu, et je ne change

point (2). Ne savez-vous pas, écrivait saint Paul aux Corinthiens, « que les injustes ne seront point héritiers du royaume de Dieu ? « Ne vous trompez pas : ni les fornicateurs, ni ceux qui rendent a un culte aux idoles, ni les adultères, ni ceux qui commettent les « crimes de Sodome, ni les voleurs, ni les avares, ni les ivrognes, il ni les médisants, ni les ravisseurs du bien d'autrui ; ne posséde#ront le royaume de Dieu (3). »

255. Aux oracles de Jésus-Christ sur son futur avénement et le jugement dernier, nous pourrions ajouter le témoignage des apotres, de ceux-là.mêmes qu'il s'est choisis pour enseigner toutes les nations et prêcher son Évangile à toute créature. Soit qu'ils parlent aux Juifs, soit qu'ils parlent aux gentils, ils insistent sur ces deux points comme sur deux des principales vérités du christianisme (4). Nous ne citerons qu'un passage de saint Paul et un de saint Jean. « Nous devons tous, dit le premier, comparaître devant le tribunal

(1) Voyez le texte dans saint Matthieu , C. XXV, v. 31 et suivants. — (2) ACcedam ad vos in judicio, et ero testis velox maleficis , et adulteris , et perjuris, et qui calumuiantur mercedem mercenarii, viduas et pupillos, et opprimunt peregrinum, nec timuerunt me, dicit Dominus e ercituum. Ego enim Dominus, et non mutor. Malachie, c. III, v. 5 et 6, (3) An nescitis quia iniqui regnum Dei non possidebunt? Nolite errare; neque fornicarii , neque idolis servientes, heque adulteri, neque molles, neque masculorum concubitores, neque fures, neque avari, neque rapaces regnum Dei possidebunt. ["e épilre aux Corin. thiens, c. vi, v. 9 et 10. - (4) Voyez les Actes des apôtres, c. X, V. 42; C. XVII,

7. 31; C. XXIV, v. 25; l'épitre lle aux 'Thessaloniciens , c. iv, v. 14, 15 et 16; . Pépitre Ile de saint Pierre, c. III, v. 7, etc,

« PoprzedniaDalej »