Théorie des formes lyriques de la tragédie grecque

Przednia ok³adka
C. Klincksieck, 1895 - 320
 

Inne wydania - Wy¶wietl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyra¿enia

Popularne fragmenty

Strona 111 - Neve minor neu sit quinto productior actu Fabula, quae posci vult et spectata reponi : 190 Nee Deus intersit, nisi dignus vindice nodus Incident ; nee quarta loqui persona laboret.
Strona 149 - ... shall none the less be present, and in order to dispense with a report. The Chorus shudder at hearing her being killed ' (see the French formula quoted earlier) (1402-8). Against the line in which Electra, reacting to the outcry of Clytemnestra, enjoins her brother to strike again, Racine writes: ' Ce vers est un peu cruel pour une fille; mais c'est une fille depuis longtemps enragee centre sa mere
Strona 92 - ... ténèbres et que nous commençons à entrevoir. Il ya d'abord ce qu'on peut appeler des vers lyriques, bien plus souples que les vers de la poésie ordinaire, bien plus variés par leur étendue et leur composition. Tandis que le vers ordinaire comprend toujours deux membres, le vers lyrique en comprend de un à six ; tandis que le vers ordinaire n'associe que. des membres ou égaux ou de formes à peu près semblables, le vers lyrique en réunit de très inégaux et de très différents...
Strona 294 - Les pluies de la fin de l'automne, et les neiges de l'hiver ne sont guère propres à stimuler le courage d'une armée alors surtout qu'elle est composée en partie de...
Strona 137 - Sophocle est bien loin de cette élégance si déplacée et si contraire à la vraisemblance; il ne fait dire à Œdipe que des mots entrecoupés ; tout est douleur : loù, loù, al, aï, aï- cpsu, (pcû.
Strona 263 - Sans doute, elle est fort éloignée des solos euripidéens : le style en est très ferme (ï) et la métrique assez simple. Néanmoins, elle porte déjà une grave atteinte aux privilèges du coryphée, qui l'écoute en entier sans chanter ni réciter une seule syllabe. » II est aisé de répondre à cette objection. Si la jeune fille chante, c'est que la surprise, l'effroi, les sentiments...
Strona 87 - L'antistrophe devait avoir la même valeur métrique que la strophe, puisque le chœur les chantait l'une et l'autre sur le même air, comme deux couplets d'une chanson moderne. Chez nous, la syllabe servant seule à mesurer les vers, l'égalité des strophes suppose l'égalité absolue, dans la déclamation ou dans le chant, de la somme des syllabes prononcées.
Strona 262 - Le prélude comprend deux parties. Dans la première (56i65), lo demande dans quel pays, au milieu de quel peuple elle se trouve, quel est le captif qui est là, cloué au rocher, et quelle fut sa faute. Le rythme est Yanapestique : un système h/ypermètre.
Strona 11 - Vers la fin du vc siècle, les poètes tragiques usaient de la plus grande liberté pour la distribution de la partie lyrique de leurs pièces, et il ne leur était pas interdit de donner au chœur un caractère plus dramatique en substituant quelquefois aux Stasima d'usage des morceaux plus vifs et d'une exécution plus animée3.
Strona 269 - ... apparaissent comme tout à fait secondaires, et qui se détache sur tout le reste par le moyen de termes expressifs qui ne permettent pas qu'on la perde de vue 2.

Informacje bibliograficzne