Obrazy na stronie
PDF
ePub

Et les bienfaits de ce cour magnanime.

LE

MARQU I S.

Et... vous... Acante

A CAN T E.

[ocr errors]

Eh bien ! mon protecteur .... LE MARQUIS (à part.) Pourquoi tremblai-je en parlant ?

A C Α Ν Τ Ε.

Quoi , Monsieur ...,

LE MARQU I S.

Acante - vous - qui venez de renaitre,
Vous qu'une mère ici va reconnaitre ,
Vivez près d'elle; & de ses tristes jours
Adoucissez & prolongez le cours.
Vous commencez une nouvelle vie ,
Avec un frère, une mère, une amie ;
Je veux - Souffrez qu'à votre mère , à vous,
Je fasse un fort indépendant & doux.
Votre fortune, Acante, est affurée ;
L'acte est passé, vous vivrez honorée,

contente , autant que je le peux. J'aurais voulu mais goutez toutes deux,

Dor

Riche,

[ocr errors]

Dormène & vous, les douceurs fortunées
Que l'amitié donne aux ames bien nées.
Un autre bien que le cæur peut sentir
Est dangereux.

- Adieu, - je vais partir.

[blocks in formation]

Eh quoi! ma fæur , vous n'êtes point contente? Quoi ! vous pleurez ?

A C Α Ν Τ Ε.

que j'aime.

Je suis reconnaislante , Je suis confuse. — Ah c’en est trop pour moi.

. Mais j'ai perdu plus que je ne reçoi ; Et ce n'est pas la fortune Mon état change, & mon ame est la même; Elle doit être à vous. --- Ah permettez Que le cæur plein de vos rares bontés, J'aille oublier ma première misère, J'aille pleurer dans le sein de ma mère.

[blocks in formation]

De quel chagrin vos fens font agités ?
Qu'avez-vous donc? qu’ai-je fait ?

[blocks in formation]

D O R M E N E.

Ah ! qu'as-tu dit?

ACAN T E.

La vérité, madanie; La vérité plait à votre belle ame.

LE MARQU I S. Non, c'en est trop pour mes fens éperdus. Acante

A C Α Ν Τ Ε.

Hélas !....

LE MARQU I S.

Ne partirai-je plus ?

L E C H E V ALI E R.

Mon cher parent, de Laure elle est la fille ;
Elle retrouve un frère, une famille ;
Et moi je trouve un mariage heureux.
Mais je vois bien que vous en ferez deux.
Vous payerez, la gageure est perdue.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

Dormène & Laure, Acante , & vous , & moi,

(i Acante. )
Soyons heureux. Oui recevez ma foi,
Aimable Acante; allons que je vous mène
Chez vôtre mère, --- elle fera la mienne,
Elle oubliera pour jamais son malheur.

A C A N T E.

Ah! je tombe à vos pieds ....

L E C E V A LI E R.

Allons, ma suur, Je fus bien fou : fon ccur fut insensible; Mais on n'est pas toujours incorrigible.

FI N.

« PoprzedniaDalej »