Obrazy na stronie
PDF
ePub

que l'horreur pour ces cabales m'a fait prendre le parti de la retraite , qui seule m'a rendu heureux. Mais j'avoue en me temps que vous n'avez jamais écouté aucune de ces petites factions, que jamais Vous ne reçutes d'impression de l'imposture secrette qui blefse fourdement le mérite ni de l'impostire publique qui l'attaque insolemment. Vous avez fait du bien avec discernement, parce que vous avez jugé par 2018 - méme ; aufli je n'ai connu ni aucun homme de lettres, ni aucime perforne sans prévention , qui ne rendít justice à vôtre caractère, 1200 - seulement en public, mais dans les conversations particulières, l'on bláme beaucoup plus qu'on ne loue. Croyez , MADAME, que c’est quelque chose que le suffrage de ceux qui sçavent penser.

De tous les arts que nous cultivons en France , l'art de la Tragédie n'est pas celui qui incrite le inoins l'attention publi

que;

que; car il faut avoller que c'est celui dans lequel les Français se font le plus distingués. C'est, dailleurs, au thétire Seul que la nation se rassemble, c'ejt que l'esprii c le goût de la jeunesse se forment: les étrangers y viennent apprendre nótre langue; uille marrcise maxime n’y est tolérée, unul feniiment estimable n'y eft debité sans être applaudi ; c'est une école tolijours fubsistante de poësie de

Deriu.

La Tragédie n'est pas encore peili-être tout - à - fait ce qu'elle doit érre ; fupérieure à celle d'Alhènes en plusieurs chofes , il lui manque ce grand appareil que les magistrats d'Athènes sçavaient lui donner.

Permettez moi , MADAME, en vous dédiant une Tragédic, de in'éiendre sur cei art des Sophocles ☺ des Euripides. Je sçais que toute la pompe de l'appareil ne vaut pas une pensée fibiime", ou un

sentiment; de même que la parure n'est presque rien sans la beauté. Je fais bien que ce n'est pas un grand mérite de parler aux yeux; mais j'ose êre fír que le fieblime v le touchant portent un coup beaucoup plus sensible, quand ils sont foutenus d'un appareil convenable, qu'il faut fraper l'ame da les yeux à la fois. Ce sera le partage des génies qui viendront après 11015. J'aurai dit moins encouragé ceux qui me feront oublier.

C'est dans cet esprit , MADAME , que je dejmai la faible esquise que je soumets à vos lumières. Je la crayonnai dès que je sçus que le theatre de Paris était changé, & devenait un vrai spectacle. Des jeunes gens de beaucoup de talent la représentèrent avec moi sur un petii thécatre que je fis faire à la campagne. Quożque ce thélître fíît extrémnement étroit , les acteurs ne furent point génés, tout fut exécuié facilem: ni ; ces boucliers, ces de

vises,

ز

cises, ces armes qu’on fufpendait dans la lice , faisaient un effet qui redoublait l'inücrêt, parce que cette décoration, cette action , devenait une partie de l'inirigue. I ett falu que la piéce est joint à cet avantage celui d'"ître écrite avec plus de chaleur , que jeulje pîê éviter les longs réciis , que les vers euffent été faits avec plus de foin. Mais le temps nous 120115 étions proposé de nous donner ce divertissemeni , ne perinettait pas de lai; la piéce fut faite apprise en deulx inois.

Mes ainis me inandent que les Comédiens de Paris ne l'ont représentée que parce qu'il en courait une grande quantité de copies infidèles. Il a donc falu la laisfer paraître avec tous les défauts que je n'ai corriger. Mais ces défauts inéine instruiront ceux qui voudront travuiller dans le inéme goíit.

Il y a encor dans cette piéce une autre

nouveauté qui me parait mériter d'être pcifećtionnée ; elle est écrite en vers croisés. Cette forte de poësie sauve l’uniforinité de la rime ; mais ausji ce genre d'écrire est dangereux , car tout a son écueil. Ces grands tableaux que les anciens regardaient comme une partie effentielle de la Tragédie , peuvent aisément nuire au théâtre de France en le réduisant à n'être presque qu’une vaine décoration, a la sorte de vers que j'ai employés dans Tancrède, approche peut-être trop de la prose. Ainsi, il pourrait arriver qu'en voulant perfece tionner la scène Française , on la gâterait entiérement. Il se peut qu'on y ajoute un mérite qui lui manque, il se peut qu'on la corrompe.

J'insiste seulement sur une chose, c'est la varieté dont on a besoin dans une ville immense, la seule de la terre qui ait jamais eu des spectacles tous les jours. Tmo que nous sçaurons maintenir par cette vi

« PoprzedniaDalej »