Obrazy na stronie
PDF
ePub

cette magnificence; mais enfin, elles en retracent quelque idée; c'est la plus belle éducation qu'on puisse donner à la jeunesse, le plus noble délassement du travail, la meilleure instruction pour tous les ordres des citoyens. C'est presque la seule manière d'assembler les hommes pour les rendre fociables.

Emollit mores , rrec finit elle feros.

Aulli, je ne me lafferai point de répéter que parmi vous le Pape Léon dix, l'Archevêque Trillino, le Cardinal Bibiena, & parmi nous les Cardinaux de Richelieu & Mazarin, reffufcitèrent la scène ; ils savaient qu'il vaut mieux voir l'Oedipe de Sophocle , que de perdre au jeu la nourriture de ses enfans, son temps dans un caffé , fa raison dans un cabaret , fa santé dans des réduits de débauche, & toute la douceur de fa vie dans le besoin & dans la privation des plaifirs de l'esprit.

Il serait à souhaiter , Monsieur , que les specs tacles fussent dans les grandes villes , ce qu'ils sont dans vos terres & dans les miennes, & dans celles de tant d'amateurs; qu'elles ne fussent

point mercenaires ; que ceux qui font à la tête des gouvernemens , fifient ce que nous faisons , & ce qu'on fait dans tant de villes. C'est aux Ediles à donner les jeux publics ; s'ils deviennient une marchandise , ils risquent d'être avilis. Les honimes ne s'accoutument que trop à mépriser les services qu'ils payent. Alors l'intérêt plus fort encor que la jalousie , enfante les cabales. Les Claverets cherchent à perdre les Corneilles; les Pradons veulent écraser les Racines.

C'est une guerre toûjours renaissante, dans laquelle la méchanceté, le ridicule & la baffesse font sans cesse sous les armes.

Un entrepreneur des spectacles de la foire , tâche à Paris de miner les Comédiens qu'on nomme Italiens : ceux - ci veulent anéantir les Comédiens Français par des parodies ; les Comédiens Français se défendent comme ils pelvent. L'Opéra est jaloux d'eux tous; chaque compositeur a pour ennemis tous les autres compositeurs & leurs protecteurs , & les maîtresses des protecteurs.

Souvent pour empêcher une piéce nouvelle de paraître , pour la faire tomber au théâtre, & fi elle réullit , pour la décrier à la lecture, &

pour

[ocr errors]

pour abîmer l'auteur, on employe plus d'intrigues que les Wighs n'en ont tramé contre les Toris, les Guelfes contre les Gibelins , les Molinistes contre les Jansenijtes , les Cocceiens contre les Voetiens. &c. &c. &c. &c.

Je fais de science certaine , qu’on accusa Phèdre d’ètre Janséniste. Comment ( disaient les ennemis de l'auteur ) fera-t-il permis de débiter à une nation Chrétienne ces maximes diaboliques?

Vous aimez , oni ne peut vaincre sa destinée;
Par un charme fatal vous futes entraînée.

N'est-ce pas là évidemment un juste à qui la grace a manqué ? J'ai entendu tenir ces propos dans mon enfance, non pas une fois, mais trente. On a vû une cabale de canailles , & un Abbé Des Fontaines à la tête de cette cabale, au fortir de Biflètre , forcer le gouvernement à fuspendre les représentations de Mahomet , joué par ordre du gouvernement; ils avaient pris pour prétexte que dans cette tragédie de Mahomet il plusieurs traits contre ce faux prophète, qui pouvaient rejaillir sur les convulsionnaires ; ainst, ils eurent l'insolence d'empêcher pour quelque

tens

y avait

tems les représentations d'un ouvrage dédié à un Pape , approuvé par un Pape.

Si Mr. de l'Empirée , auteur de province , est jaloux de quelques autres auteurs, il ne manque pas d'assurer dans un long discours public?, que Messieurs ses rivaux sont tous des ennemis de l'Etat, & de l'Eglise Gallicane. Bientôt Arlequin accusera Polichinelle d'être Janséniste , Moliniste, Calviniste , Athée, Déifte, collective

ment.

Je ne sais quels écrivains subalternes se font avisés, dit-on, de faire un Journal Chrétien , comme si les autres journaux de l'Europe étaient idolatres. Mr. de Ste Foix, gentilhomme Breton, célèbre par la charmante comédie de l'Os'acle , avait fait un livre très utile & très agréable sur plusieurs points curieux de notre histoire de France. La plûpart de ces petits Dictionnaires ne font que des extraits des savans ouvrages du siécle passé. Celui-ci est d'un homme d'esprit qui a vû & pensé. Mais qu'est-il arrivé ? Sa comédie de l'Oracle, & fes recherches sur l'histoire, étaient si bonnes , que Mrs. du Journal Chrétien l'ont accusé de n'être pas Chrétien. Il est vrai qu'ils ont essuyé un procés criminel, &

G3

qu'ils

qu'ils ont été obligés de demander pardon ; mais rien ne rebute ces honnêtes gens.

La France fournissait à l'Europe un Diction2naire encyclopédique dont l'utilité était reconnue. Une foule d'articles excellens rachetaient bien quelques endroits qui n'étaient pas des mains des maîtres. On le traduisait dans votre langue; c'était un des plus grands monumens des progrès de l'esprit humain. Un convulsionnaire s'avise d'écrire contre ce vaste dépôt des sciences. Vous ignorez peut-être, Monsieur , ce que c'est qu'un convulsionnaire ; c'est un de ces énergumènes de la lie du peuple , qui pour prouver qu'une certaine bulle d'un Pape est erronnée , vont faire des miracles de grenier en grenier , rotissant des petites filles fans leur faire de mal, leur donnant des coups de buche & de fouet pour l'amour de Dieu , & criant contre le Pape. Ce Monsieur convulsionnaire se croit prédestiné, par la grace de Dieu, à détruire l'Encyclopédie ; il accuse, selon l'usage, les auteurs de n'ètre pas Chrétiens; il fait un inlisible libelle en forme de dénonciation ; il attaque à tort & à travers tout ce qu'il est incapable d'entendre. Ce pauvre homme s'imaginant que l'article Ame de ce Diction

« PoprzedniaDalej »