Obrazy na stronie
PDF
ePub

Mais il fut dédaigné, mais je fus [0!? vainqueur ;
Elle n'a pû trahir ses fermens & mon coeur.
Tant d'horreur n'entre point dans une ame (i belle ,
Elle en est incapable.

A LD A MON.

A regret j'ai parlé :
Mais ce secret horrible est partout revélé.
Τ Α Ν C R Ε Ι) Ε.

.
Ecoute, je connais l'envie & l'impoiture :
Eh! quel caur généreux échupe à leur injure!
Profcrit dès mon berceau , nourri dans le malheur,
Moi toujours éprouvé, moi qui luis mon ouvrage,
Qui d’états en états ai porté mon courage ,
Qui partout de l'envie ai senti la fureur ,
Depuis que je suis né, j'ai vû la calomnie
Exhaler les venins de sa bouche impunie,
Chez les Républicains, comme à la Cour des Rois.
Argire fut longtems accusé par fa voix ;
Il souffrit comme moi; cher ami, je m'abuse,
Ou ce monétre odieux règne dans Syracuse.
Ses ferpens font nourris de ces mortels poisons,
Que dans les cours trompés jettent les factions.
De l'esprit de parti je fais quelle est la rage ;
L'auguste Aménaïde en éprouve l'outrage.
Entrons : je veux la voir , l'entendre, & mclairer.

A L D A M O N.
Ah ! Seigneur, arrêtez; il faut donc tout vous dire,

On

On l'arrache des bras du malheureux Atgire ;
Elle est aux fers.

[merged small][merged small][ocr errors]

Et l'on va la livrer, Daris cette place même , au plus affreux suplice.

TAN CR E D E.

Aménaïde!

AL DAM ON.

Hélas ! si c'est une justice,
Elle est bien odieuse ; on ose en murmurer ;
On pleure ; mais , Seigneur, on se borne à pleurer.

TAN CR E D E.

Aménaïde! o cieux!..- crois moi, ce facrifice,
Cet horrible attentat ne s'achévera pas.

AL DAM ON.

Le peuple au tribunal précipite ses pas ;
Il la plaint, il gémit, en la nommant perfide
Et d'un cruel spectacle indignement avide,
Turbulent , curieux avec compassion,
Il s'agite en tumulte autour de la prison.
Etrange empressement de voir des misérables!
On hâte en gémiffant ces nomens formidables.

Théatre, Tom. V.

D

Ces

Ces portiques, ces lieux que vous voyez déserts,
De nombreux citoyens feront bientôt couverts.
Eloignez vous, venez.

TAN CRE DE.

Quel vieillard vénérable Sort d'un temple en tremblant, les yeux baignés de pleurs? Ses suivans confternés imitent ses douleurs.

ALD A MO N.

C'est Argire, Seigneur , c'est ce malheureux père...

TAN CR E D E. Retire-toi, - surtout ne me découvre pas. Que je le plains !

SCENE IV.

ARGIRE dans un des côtés de la scène , TANCREDE

sur le devant, ALDAMON loin de lui dans l'enfonce. cement.

ARG I R E.

[ocr errors]

Ciel! avance mon trépas. O mort ! vien me fraper , c'est ma seule prière !

TA NCR E D E.

RE
Noble Argire, excusez un de ces Chevaliers
Qui contre le Croissant déployant leur bannière,

Daus

Dans de fi faints combats vont chercher des lauriers.
Vous voyez le moins grand de ces dignes guerriers.
Je venais, - pardonnez dans l'état où vous êtes,
Si je mêle à vos pleurs mes larmes indiscrétes.

A R G I R E.
Ah ! vous êtes le seul qui m'osiez consoler ;
Tout le reste ne fuit , ou cherche à m'accabler.
Vous-même, pardonnez à mon désordre extrême.
A qui parlai-je ? hélas !

TANCRED E.

Je suis un étranger,
Plein de respect pour vous, touché comme vous-même,
Honteux & frémiffant de vous interroger ,
Malheureux comme vous.

Ah! par pitié, -
Une seconde fois excusez tant d'audace.
Est-il vrai ? - vôtre fille ! - est-il possible?
ARG I RE.

Hélas ! Il est trop vrai, bientôt on la mène au trépas.

TAN CR E DE.
Elle est coupable ?
ARGIRE ( avec des foupirs & des pleurs. )

Elle est .... la honte de son père !

TA N CR E D E.
Vôtre fille !.... Seigneur, nourri loin de ces lieux,
Je pensais, sur le bruit de son nom glorieux,
Que fi la vertu même habitait sur la terre,

de graces

Le cour d'Aménaïde était son fanctuaire.
Elle est coupable ! Ô jour ! Ô détestables bords !
Jours à jamais affreux !

ARGIRE.

Ce qui me désespère ,
Ce qui creuse ma tombe, & ce qui chez les morts
Avec plus d'amertume encor me fait descendre,
C'est qu'elle aime son crime, & qu'elle est sans reniords
Aulli, nul Chevalier ne cherche à la défendre ;
Ils ont en gémiífant signé l'arrèt mortel ;
Et malgré nôtre usage antique & folemnel,
Si vanté dans l’Europe & si cher au courage,
De défendre en champ clos le sexe qu'on outrage,
Celle qui fut ma fille , à mes yeux va périr ,
Sans trouver un guerrier qui l'ofe secourir.
Ma douleur s'en accroit, ma honte s'en augmente:
Tout frémit , tout se tait, aucun ne se présente.

T A N CR E D E.
Il s'en présentera : gardez vous d'en douter.

ARGIRE.
De quel espoir , Seigneur , daignez-vous me flater?

TANCREDE.

Il s'en présentera ,

on pas pour votre fille,
Elle est loin d'y prétendre & de le mériter ; -
Mais pour l'honneur facré de fa noble famille,
Pour vous, pour votre gloire , & pour votre vertu.

ARGIRE.

« PoprzedniaDalej »