Obrazy na stronie
PDF
ePub

SCENE III.

ACANTE, COLETTE

C ο Ι Ε Τ Τ Ε.

MA

A chère Acante, on t'avait fiancée, Moi déboutée, on me marie.

A C Α Ν Τ Ε.

A qui ?

CO Ι. Ε Τ Τ Ε.

Maturin.

A C A N T E.

Le Ciel en soit béni. Et depuis quand ?

COLETT E.

Eh depuis tout à l'heure,

A C Α Ν Τ Ε.

Eft-il bien vrai?

C () L E T T E.

Du fond de ma demeure J'ai comparu par devant Monseigneur.

Al!

Ff 3

Ah! la belle ame! ah qu'il cit plein d'honneur!

A C A N T E.

Il l'est, sans doute !

COL E T TE,

Oui, mon aimable Acante; Il m'a promis une dot opulente , Fait ma fortune; & tout le monde dit Qu'il fait la tienne, & l'on s'en réjouit. Tu vas, dit-on, devenir chevalière , Cela te sied , car tou allure est fière. On te fera Dame de qualité, Et tu me recevras avec bonté.

A C Α Ν Τ Ε.

Ma chère enfant, je suis fort satisfaite
Que ta fortune ait été fi-tôt faite.
Mon cour reilent tout ton bonheur -Hélas !
Elle est heureuse, & je ne la suis pas !

COLETTE

Que dis-tu là ? qu’as-tu donc dans ton ame? Peut-on souffrir quand on cft grande Dame?

A C A N T E.

Va, ces seigneurs qui peuvent tout oser,

N'en

.

Nenlèvent point, croi moi, pour épouser.
Pour nous, Colette, ils ont des fantaisies.
Non de l'amour ; leurs démarches hardies.
Leurs procédés montrent avec éclat
Tout le mépris qu'ils font de notre état :
C'est ce dédain qui me met en colère.

Co L Ε Τ Τ Ε.

Bon, des dédains ! c'est bien tout le contraire :
Rien n'est plus beau que ton enlévement;
On t'aime, Acante, on t'aime atsurémcat.
Le Chevalier va t'épouser , te dis-je ,
Tout grand feigneur qu'il est: --- cela t'alllige?

A C Α Ν Τ Ε.

Mais Monseigneur le Marquis qu'a-t-il dit ?

COL E T T E.

Lui? rien du tout.

A C Α Ν Τ Ε.

Hélas !

COLE TT E.

C'est un esprit Tout en dedans , fecret, plein de mistère ; Mais il parait fort approuver

l'affaire,

ACAN

A C Α Ν Τ Ε.

Du Chevalier je déteste l'amour.

COL E T T E.

Oui, oui, plains toi de te voir en un jour
De Maturin pour jamais délivrée,
D'un beau Seigneur poursuivie , adorée ;
Un mariage en un moment caisé
Par Monseigneur, un autre commencé.
Si ce roman n'a pas de quoi te plaire,
Tu me parais difficile, ma chère. -
Tiens, le vois-tu, celui qui t'enleva?
Il vient à toi, n'est-ce rien que cela ?
T'ai-je trompée? es-tu donc tant à plaindre?

[blocks in formation]

Le Marquis vent que je fois à vos pieds.

COLETTE (à Acante. )

Qu'avais-je dit?

LE CHE VALIER ( à Acante. )

Eh quoi ! vous me fuiez?

A C Α Ν Τ Ε.

Osez-vous bien paraitre en ma présence ?

L E CHE V A LIE R.

Oui, vous devez oublier mon offense ;
Par moi, vous dis-je, il veut vous consoler,

A C Α Ν Τ Ε.

J'aimerais mieux qu'il daignát me parler.

Colette (jili vent s'en aller. ) Ah! refte ici : ce ravidleur m'accable.

COL E TT E.

Ce ravilleur est pourtant fort aimable.

LE CHEVALIER ( Acante. ) Conservez-vous au fond de vôtre caur Four ma prélence une invincible horreur ?

ACAN

« PoprzedniaDalej »